«Humanités Digitales»: mais oui, un néologisme consciemment choisi! Suite

Texte retravaillé le lundi 28 octobre 2013, pour penser ces «Humanités Digitales» comme un shaker pour préparer les coktails du savoir de demain!

L’usage en français de l’expression «Humanités Digitales» a démarré à l’Université de Bordeaux 3 dès 2008, et à celle de Lausanne en 2010, sans qu’il n’y ait eu de contact entre les groupes de chercheurs des deux universités. Depuis 2013, la Suisse compte 3 laboratoires d’Humanités Digitales, à l’Université de Bâle, à l’EPFL et à l’Université de Lausanne.

L’apparition d’un néologisme tient du fait de société, et demandera bien du temps pour être analysé. De fait, les discussions sur ce thème sont en pleine effervescence, d’où la réécriture de ce blog, qui ignorait encore en septembre 2012, lors de sa première rédaction, l’antériorité de l’usage bordelais. En l’état actuel des débats, je vais renvoyer ci-dessous à la bibliographie sur la question, la complétant au fur et à mesure.

Je soulignerai simplement ici qu’ «ordinateur» ou l’anglais «computer» désignent un concept cérébral. Or, d’une part, avec la culture de l’iphone/ipad, nous entrons en contact avec le monde digital avec nos doigts. C’est un tournant que le directeur des bibliothèques de Harvard, Robert Darnton, illustre en évoquant le concept allemand de «Fingerspitzengefühl» dans The Case for Books: Past, Present, Future, PublicAffairs, 2009: “we find our way through the world by means of a sensory disposition that the Germans call Fingerspitzengefühl. If you were trained to guide a pen with your finger index, look at the way young people use their thumbs on mobile phones, and you will see how technology penetrates a new generation, body and soul” (p. XIII).

D’autre part, le chercheur en Humanités Digitales tient de l’Homo Faber et réellement fabrique, crée les nouvelles sciences humaines et sociales. C’est de ces nouveaux moyens d’expression culturelle et académique que naissent en un temps second les questions de recherche fondamentales, complètement transformées, comme l’exprimait en mai dernier un article du magazine de Harvard (Harvard Magazine article :  “Scholars traditionally begin projects by figuring out what the good research questions are in a given field, and connecting with others interested in the same topics; they then gather and organize data; then analyze it; and finally, disseminate their findings through teaching or publication. Scholarship in a digital environment raises questions about every aspect of this process. For example, in gathering and organizing data”).

En amont du débat (forcément en partie stérile) «numérique»/«digital», la question-clé est sans doute de se demander si ce flottement n’indique pas que c’est au terme d’«humanités» qu’il convient de porter attention, et qui est le véritable enjeu des transformations à l’oeuvre.

****************************************************

Indications bibliographiques (liste à compléter, toute suggestion bienvenue!):

Jeffrey Schnapp, Todd Presner et UCLA Digital Humanities & Media Studies (Mellon Seminar), Digital Humanities Manifesto 2.0, 2009, http://www.humanitiesblast.com/manifesto/Manifesto_V2.pdf

Michel Serres, Petite Poucette, Paris: Le Pommier, 2012.

Claire Clivaz, «Common Era 2.0. Mapping the Digital Era from Antiquity and Modernity», in Reading Tomorrow. From Ancient Manuscripts to the Digital Era / Lire Demain. Des manuscrits antiques à l’ère digitale, C. Clivaz – J. Meizoz – F. Vallotton – J. Verheyden (eds.), with Benjamin Bertho, Lausanne : PPUR, 2012, ebook, p. 23-60. Téléchargeable ici: http://www.ppur.org/produit/9782880749583; version française abrégée dans l’ebook.

Actes du THATCamp à Saint-Malo 2013, atelier 1: à paraître online bientôt

Voir aussi, dans la presse:

  • Hubert Guillaud, «La réalité augmentée au bout des doigts», Le Monde, 23.02.2009
  • Joëlle Fabre, «Le monde au bout des doigts. Humanités Digitales. Ressusciter le passé est l’une des promesses du savoir numérisé», 24Heures, 12.09.2013, p. 36.

Claire Clivaz

Claire Clivaz is Head of Digital Enhanced Learning at the Swiss Institute of Bioinformatics (VITAL-IT, Lausanne, CH) and belongs to an interdisciplinary team that started the Digital Humanities in Switzerland since 2011. She is also a member of the LADHUL (www.unil.ch/ladhul). This blog assumes to developp opinions and discussions on all the events and problematics around the Digital Humanities, particularly in the French speaking aerea. Claire Clivaz est Head of Digital Enhanced Learning à l'Institut Suisse de Bioinformatique (Lausanne, CH) et appartient à une équipe interdisciplinaire qui a lancé les Humanités Digitales en Suisse depuis 2011. Elle est membre du Ladhul (www.unil.ch/ladhul). Ce blog se propose de présenter et développer des sujets de discussions sur les événements et problématiques touchant aux Humanités Digitales, notamment dans l’ère linguistique et culturelle francophone.

More Posts - Website

Une réflexion au sujet de « «Humanités Digitales»: mais oui, un néologisme consciemment choisi! Suite »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *