Le véritable scoop de «l’Evangile de la femme de Jésus»: la transformation des normes de publication académique (peer-review)

21 octobre 2012
Par

Quoi qu’il en soit de l’authenticité du fragment dit de l’«Evangile de la femme de Jésus», la publicité donnée à ce fragment aura eu l’avantage de mettre le projecteur sur le rôle des femmes dans certains mouvements chrétiens anciens, et de faire parler de textes apocryphes peu connus du grand public, comme l’Evangile selon Philippe. On ne peut que s’en réjouir.

Mais le véritable «scoop» de cet effet d’annonce se situe à un autre niveau, car un article de Live Science, écrit par Jeanna Bryner, a signalé le 19 octobre que la Harvard Theological Review (HTR) retirait pour l’instant de la publication du numéro de janvier 2013 l’article de la prof. Karen King, dont le brouillon est disponible online.

Comme je l’avais développé dans mon blog du 23 septembre, le point le plus intéressant de cet épisode médiatique est sans doute son impact en termes de culture digitale, et la transformation qu’il annonce du système «peer-review» des articles scientifiques en sciences humaines, pilier sans faille du débat et de la promotion académique.

La suspension de la publication par la HTR suscite diverses réactions, relayées par J. Bryner: Andrew Bernhard, diplômé d’Oxford, considère qu’on assiste probablement là à un moment historique dans l’histoire des processus académiques, en assistant à un progrès vers l’ouverture et la transparence dans le système du «peer-review». Hershel Shanks (Biblical Archeological Society) qualifie quant à lui d’«honteux» et de «couard» le retrait de l’article par HTR, tandis que Robert Bagnall, célèbre papyrologue qui a cautionné l’authenticité du document, se tait prudemment en attendant la fin de l’expertise.

Il est passionnant de voir se réaliser ici un tournant annoncé depuis au moins trois ans par Kathleen Fitzpatrick dans son excellent ouvrage Planned Obsolescence. Publishing, Technology, and the Future of the Academy, disponible online: «je souhaiterais suggérer que le moment est venu de considérer que nous pouvons obtenir de meilleurs résultats en séparant la question de l’accréditation de celle du processus de publication, en permettant un large accès à la publication, et en mettant au point un processus de peer review post-publication qui mette en lumière la manière dont un texte académique doit être reçu, plutôt que comment il doit être produit».

De fait, l’exemple de l’article de Karen King publié online sous forme de brouillon ouvre la porte à cette étape. Premièrement, il fait mention au début du texte du travail des reviewers officiels, nouveauté pour HTR. Deuxièmement, il est en ce moment en train d’être «reviewé» par de nombreux pairs, sur de multiples sites web, y compris sur ce blog. On voit que ce qui manque ici, c’est la centralisation et la modération des informations. En effet, comme je l’ai souligné dans mon blog précédant, Harvard n’a pas été jusqu’à oser la mise en discussion – le processus peer-review post-publication – de l’article «brouillon». Il aurait fallu, il faudrait encore le faire, plutôt que batailler sur l’accès à une publication dans une revue dont le format n’est plus satisfaisant.

Le regard historique est ici plus qu’instructif: le 17ème siècle a vu la naissance des revues scientifiques, parce que c’était le meilleur moyen de diffuser rapidement des opinions. Dans le monde anglo-saxon, ce sont les «Philosophical transactions» qui ouvrirent le bal des articles académiques en 1662. Dans le monde francophone, comme le rappelle Dominique Vinck dans un article (Hermès 57, 2010), c’est le «Journal des Savants» qui en 1665 succéda au système informel des 200 correspondants épistoliers du Père Mersenne à travers toute l’Europe.

N’est-il pas quasi tautologique d’affirmer que nous sommes désormais à un tournant similaire, et que la qualité des échanges et de la pratique scientifique en sciences humaines et sociales demande, exige, appelle la transformation du système de production académique? Comme le propose Kathleen Fitzpatrick, il faut désormais dissocier le moment de la publication de celui de l’accréditation. Il faut mettre en place une modalité efficace de peer-review post-publication, qui modère et intègre les meilleurs réactions du domaine sur la question.

Qu’aurons-nous alors fait? Rien d’autre que ce que le philosophe Charles S. Peirce exprimait si clairement il y a plusieurs décennies: «L’origine même de la conception de la réalité montre que cette conception implique essentiellement la notion d’une communauté sans limites définies et susceptible d’une croissance indéfinie de la connaissance. Et ainsi ces deux séries de connaissances – le réel et l’irréel – comprennent celles qu’à une époque suffisamment future la communauté continuera toujours de réaffirmer, et celles que, dans les mêmes conditions, elle ne cessera jamais de nier» (Peirce, The Essential Peirce, vol. 1, Houser et alii (éd.), p. 52).


Claire Clivaz

Claire Clivaz is assistant professor at the University of Lausanne (CH) and belongs to an interdisciplinary team that started the Digital Humanities in Switzerland since 2011 (www.unil.ch/digitalera). This blog assumes to developp opinions and discussions on all the events and problematics around the Digital Humanities, particularly in the French speaking aerea. Claire Clivaz est professeur assistante à l’Université de Lausanne (CH) et appartient à une équipe interdisciplinaire qui a lancé les Humanités Digitales en Suisse depuis 2011 (www.unil.ch/digitalera). Ce blog se propose de présenter et développer des sujets de discussions sur les événements et problématiques touchant aux Humanités Digitales, notamment dans l’ère linguistique et culturelle francophone.

More Posts - Website

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , , , , , , , ,

Posté dans : Academic Publishing, Jesus Wife Gospel

6 commentaires pour “ Le véritable scoop de «l’Evangile de la femme de Jésus»: la transformation des normes de publication académique (peer-review) ”

  1. Cazab le 26/10/2012 à 14:00

    Peut-être serait-il judicieux de suggérer ce processus de peer review post-publication aux éditions Brill.

    En effet, elles vont publier en 2013 des fragments inédits de manuscrits du Nouveau Testament, dont un daterait du Ier siècle. Et le même phénomène médiatique et académique risque de se reproduire, sans du tout préjuger de l’authenticité des papyri.

    Voir un texte publié ici : http://www.agoravox.fr/actualites/religions/article/jesus-marie-ou-la-science-a-123379

    • Claire Clivaz le 26/10/2012 à 15:48

      C’est édivemment une excellente idée.

      Dans un billet précédant, le 23 septembre (http://claireclivaz.hypotheses.org/129), j’ai du reste lié l’annonce sur youtube par Dan Wallace en mai de la «découverte» de ces papyrus et l’annonce par Karen King de ce fragment copte.

      Il y a évolution parallèle dans l’usage d’une nouvelle rhétorique et d’un nouveau rythme d’annonce médiatique.
      Maintenant la question est: comment passer de la culture «blog» à un effet sur l’éditeur?
      Plus de 570 personnes ont lu mon dernier billet sur ce thème, soit en français, soit en anglais. Il est déjà cité sur des cites de collègues anglo-saxons. La préoccupation est partagée.
      Mais comment obtenir un effet sur les éditeurs?
      Je suis déjà très reconnaissante aux PPUR d’avoir accepté de publier un ebook! Les «grands éditeurs» comme Peeters ne l’acceptent pas encore.

      • Cazab le 26/10/2012 à 17:38

        Félicitations! je n’avais pas vu que vous aviez déjà fait le rapprochement avec Wallace (je découvre votre blog, très intéressant, seulement aujourd’hui grâce à Mark Goodacre).

        Petit correctif cependant : Dan Wallace n’a pas annoncé sa “découverte” en mai sur Youtube dans cette video avec Mike Licona, mais dans un débat universitaire le 1er février avec Bart Ehrman.

        http://www.youtube.com/watch?v=kg-dJA3SnTA (video du débat)

        http://danielbwallace.com/2012/03/22/first-century-
        fragment-of-marks-gospel-found/

  2. [...] of scholarship and scholarly publication.Mark Goodacre shared some thoughts on this, linking to an article by Claire Clivaz about changing norms for scholarly publication and peer review. See also Jim Davila’s brief [...]

  3. Claire Clivaz le 25/10/2012 à 0:31

    Voici un commentaire de ce blog par Mark Goodacre:
    http://ntweblog.blogspot.co.nz/2012/10/the-jesus-wife-fragment-and.html

  4. Blogging needs Facebook - Sansblogue le 24/10/2012 à 23:15

    [...] Wife Fragment and the Transformation of Peer Review? which linked to an equally interesting post Le véritable scoop de «l’Evangile de la femme de Jésus»: la transformation des normes de publi…), raising questions about what the Gospel of Jesus’ Wife saga may teach us about peer-review [...]

Laisser un commentaire

Calendrier

    julio 2014
    L M X J V S D
    « jun    
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    28293031  

Carnets de recherche