La «vengeance de la gommette» 2: ne pas crier trop vite «au loup»!

Complément du 16 novembre 2014: en ce jour, dans le quotidien suisse Le Temps, Olivier Perrin signe un article intitulé «On n’apprendra plus à écrire à la main en Finlande». Après vérification, il s’agit, là encore, d’arrêter en Finlande l’apprentissage de l’écriture en attaché (cursive), et non pas l’apprentissage de l’écriture manuelle tout court.

En ces temps de chamboulement digital, l’envie nous prend parfois de crier au «loup» un peu vite (et que celle/celui qui n’y a pas cédé jette la première pierre…).

 

En particulier, la remise en question d’une manière d’enseigner l’écriture manuscrite – l’écriture

CC BY 3.0, auteur: Alisson Wood, http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Hand-writing-exam-classroom.jpg
CC BY 3.0, auteur: Alisson Wood, http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Hand-writing-exam-classroom.jpg  

liée ou «cursive writing» en anglais – a de quoi faire parler dans le Landerneau et nous émouvoir. Mais parfois, il faut savoir prendre le temps du recul, de l’analyse… gare au risque d’emballement d’une certaine culture digitale.

C’est ce qu’il m’est arrivé de penser en lisant cet article transmis sur Facebook par Lorenzo Scavo: «Apprendre à écrire ne sera plus obligatoire dans les écoles de 45 Etats américains».

Son auteur fait apparemment la confusion entre écriture cursive et manuelle. Le débat aux USA porte entre écriture cursive et print wirting, comme on le vérifie en cliquant sur un lien cité dans l’article: http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20121126.FAP6593/aux-etats-unis-l-ecriture-cursive-consideree-comme-un-vestige-du-passe.html

Il n’est pas question pour l’heure de supprimer aux USA l’apprentissage de l’écriture en caractères d’imprimeries, mais en «cursive», ce que nous appelons l’écriture liée. Ma mère enfant à l’école en Suisse, avait appris à écrire en «scripte», disait-elle: c’est ce type d’écriture manuelle que certains Etats américains veulent garder seulement. Mais toucher même à une partie de l’apprentissage de l’écriture manuscrite n’est pas anodin. C’est la transformation de la perception esthétique de l’écriture manuelle qui est en jeu. Laisser tomber la « cursive handwriting » (écriture liée) au profit de la « printed handwriting » semble une rationnalisation à peu de frais, mais elle indique sans doute un bouleversement plus profond, dont nous allons suivre les développements.

Dans mon blog précédant, «La vengeance de la gommette», pour faire faCapture d’écran 2013-06-18 à 11.07.51ce à l’inévitable tristesse surprise d’une telle annonce, j’étais partie à la recherche d’une frustration scolaire de mon enfance, souvenir encore bien vivace, celui d’une gommette avec une cocinelle rouge, un peu comme celle-là, que la maîtresse m’avait refusée. Je devais avoir 6-7 ans, j’apprenais à écrire, et je n’avais pas eu droit à la gommette, parce que mes «a» ne remplissaient pas tout le carré dans la page. Rebelle, j’avais trouvé totalement absurde l’argument, et ne voyais pas au monde pourquoi il fallait qu’un «a» remplisse obligatoirement tout un carré. Quelques 35 ans plus tard, c’est l’heure de la «vengeance de la gommette». Du fond de ma mémoire, le sourire malicieux de la fillette que j’ai été a ressurgi: la vengeance de la gommette m’a saisie. J’avais bien raison de considérer que ce n’était pas si important que cela, que le «a» remplisse tout le carré!

La «vengeance de la gommette» est donc bien là… mais ne jetons pas pour autant le bébé avec l’eau du bain: l’écriture manuelle demeure, y compris chez l’Oncle Sam pour le moment. Et même, c’est vrai, si nous la pratiquons de moins en moins. Pour la suite, la perdra-t-on un jour? Qui vivra verra. Impossible d’en dire plus pour le moment.


Claire Clivaz

Claire Clivaz is Head of Digital Enhanced Learning at the Swiss Institute of Bioinformatics (VITAL-IT, Lausanne, CH) and belongs to an interdisciplinary team that started the Digital Humanities in Switzerland since 2011. She is also a member of the LADHUL (www.unil.ch/ladhul). This blog assumes to developp opinions and discussions on all the events and problematics around the Digital Humanities, particularly in the French speaking aerea. Claire Clivaz est Head of Digital Enhanced Learning à l'Institut Suisse de Bioinformatique (Lausanne, CH) et appartient à une équipe interdisciplinaire qui a lancé les Humanités Digitales en Suisse depuis 2011. Elle est membre du Ladhul (www.unil.ch/ladhul). Ce blog se propose de présenter et développer des sujets de discussions sur les événements et problématiques touchant aux Humanités Digitales, notamment dans l’ère linguistique et culturelle francophone.

More Posts - Website

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *