eTalks : une nouvelle forme multi-média (Unil et EPFL, CH)

En cette journée mondiale du livre, ce blog présente une forme de communication qui ne tient pas dans un livre imprimé: l‘eTalk, une nouvelle forme multimédia de présentation et captation de la connaissance, conçue par Claire ClCapture d’écran 2014-04-23 à 12.29.10ivaz (Unil, FTSR et Ladhul), Frédéric Kaplan (DHLab EPFL), Cyril Bornet (DHLab EPFL) et Cécile Pache (FTSR, Unil). Elle fait appel à l’oral, à l’image, au texte, aux hyperliens et ressources online de tous odres, et est entièrement citable dans le détail. En open access ici (fonctionne sur Google Chrome ou Safari):

www.unil.ch/ritesfuneraires

Cette première édition propose douze etalks sur les rites funéraires, co-édités par Claire Clivaz (FTSR, Unil), Nicole Durisch Gauthier (HEPL), Christine Fawer Caputo (HEPL) et Christian Grosse (FTSR, Unil). Les auteurs ont conduit un travail éditorial sur la base d’une production orale, transcrite, en y ajoutant des slides, des images, des hyperliens; tout est citable avec précision via des url. Une video de présentation de l’utilisation des eTalks est disponible sur le site. Au point 3 de ce blog, on trouvera la table des matières. Sur le site, une introduction commente le contenu.

Ce blog présente quelques réflexions analytiques personnelles sur les eTalks:  ils permettent la présentation de la connaissance via une littératie plurielle, et la captation de cette connaissance par ceux et celles qui découvriront les eTalks.

1. Le pari d’une présentation orale dans une littératie plurielle

Que la culture occidentale aille vers une littératie plurielle au gré de l’émergence de la culture digitale, qu’elle redécouvre de plus en plus la transmission orale et visuelle de ce qu’elle produit online, est chaque jour plus évident. C’est ce qu’avait souligné le colloque Unil publié sous le titre Lire Demain. Des manuscrits antiques à l’ère digitale, Lausanne: PPUR, 2012 (ebook), qui avait mis en français au pluriel le terme de «litteracy». Côté anglo-saxon, la prise en compte des formes culturelles orales et visuelles avaient déjà conduit depuis plusieurs années ethnologues, anthropologues, puis spécialistes de l’Antiquité (Johnson & Parker, 2009) à mettre le terme de literacy au pluriel. C’est bien à une littératie plurielle que conduit la culture digitale, mais ses modalités sont à explorer et à construire (voir déjà Kress, 1997). De fait, des lieux culturels artistiques populaires testent déjà les interactions son, image, texte, tel le clip de Menace de mort, de Youssoufa.

Pour ce qui concerne la rhétorique académique, profondément marquée depuis le 19ème siècle par l’exigence rankéenne d’une écriture historique unschön, farblos et ennuyant le lecteur (von Ranke, 2000, p. 4), ses retrouvailles avec l’oralité et le visuel n’iront pas sans de profonds boulversements, comme je l’avais souligné à propos du fait culturel digital de l’«Evangile de la femme de Jésus» en 2012. C’est le retour du pathos et de l’ethos au sein d’une communication académique qui avait privilégié unilatéralement le logos imprimé: de fait, le sommet de la culture imprimée avait fini par chasser l’enseignement de la rhétorique des universités françaises ou allemandes à la fin du 19ème siècle (Belhoste, 1990). Les énoncés s’accompagnent ici de l’éthos et du pathos de leur auteur parlant: ils sont de l’ordre de la «présentation» multimodale.

Le tournant est d’autant plus à souligner que l’oralité est accompagnée ici de la plus grande précision et de la mémoire, car entièrement citable par url: un algorithme a découpé le discours en suivant le rythme du souffle du chercheur, produisant ainsi des «phrasés», groupes d’une, deux ou trois phrases, chacun citable par url, avec les images et liens l’accompagnant. Une transcription textuelle en a été établie de ces phrasés. L’écrit a parfois amené à réviser le découpage de l’oral pour respecter la logique de l’écrit: la rencontre écriture/oralité a sa part de contrainte, se croisant autour de l’algorithme. Dans la logique de l’eTalk, ce qu’aura dit le/la chercheur/se est donc tout autant citable que l’écrit. Ses propos en conférence l’engagent désormais, sans doute avec une pondération différente de celle de l’écrit publié, mais gageons qu’on pourra bientôt confronter les chercheurs en comparant ce qu’ils auront dit et écrit.

Un autre tournant à souligner est celui est celui de la diversité des genres littéraires, ou de présentation, faut-il peut-être dire, comme on est ici sorti du champ littéraire à proprement parler. Les intervenants sont tout aussi bien des personnes de terrain (infirmière en soins palliatifs, directeur de pompes funèbres) que des chercheurs. Les auteurs ont interprété leur eTalk chacun à leur manière, en en soignant plus ou moins l’esthétique: il y a diversité, elle fait partie de ces premières essais. Chacun s’exprimait dans le cader d’une formation continue: ce sont donc des communications à visée du grand public. L’eTalk se prête à tous les genres littéraires, on peut lui donner le degré de complexité ou de simplicité que l’on souhaite.  La forme ici, ne conditionne en rien un genre: elle se prêterait à toute exploration possible. Comme l’avait souligné Roger Chartier,

Enfin, ces discours, «dits» à un moment situé dans le temps, sont référencés par leur date d’énonciation; l’ensemble des eTalks sur les rites funéraires est daté du moment de la fin de leur préparation éditoriale (2014). Par exemple:

– Christian Grosse, «Perspective historique sur les rites funéraires réformés (XVIe-XIXe siècles)» (03.05.2013), dans C. Clivaz, Nicole Durisch Gauthier, Christine Fawer Caputo et Christian Grosse (éd.) en collaboration avec Frédéric Kaplan, Cyril Bornet et Cécile Pache, Rites funéraires (eTalks), 2014; Unil: unil.ch/ritesfuneraires.

2. L’auteur au risque de la captation de la connaissance

Michel Serre, dans une conférence récente, distinguait entre le livre qui nous rend «passager» du voyage, et l’écran qui nous met à la place du «pilote» dans le véhicule de la lecture. L’eTalk permet les deux, en alternance, au gré des souhaits de cette figure qu’on peine désormais à faire tenir dans le rôle de «lecteur». En effet, si dans les eTalks, le pôle de production auctorial demeure – ils sont «produits» par une instance, fût-elle collective, et ne sont pas modifiables –, leur contenu se fait open-ended via les hyperliens, en sorte à ce que les personnes qui s’aventureront dans les eTalks deviennent des «captateurs» de savoir, en développant le vocabulaire proposé par Johanna Drucker. Dans son article de 2011, Humanities Approaches to Graphical Display, elle a proposé en effet de remplacer l’idée de «données» (les data) par celles de «capta», ce qui est attrapé, construit, saisi.

En français, la «captation» est définie dans le Larousse ainsi: «Manœuvres pour s’emparer d’une succession, ou simplement pour arracher quelque libéralité à quelqu’un». Le/la «captateur» définirait donc un geste de prise, dans lequel l’ombre du pirate ne serait pas absent, partant à l’abordage de l’auteur pour aller au-delà des données innombrables pour lesquelles l’eTalk se fait portail. Une telle perspective consonne avec ce qu’Olivier Abel a développé en comparant filbustiers du 17ème siècle et internautes contemporains: «le temps des flibustiers est ouvert, et particulièrement dans les Caraïbes il fleurit entre 1630 et 1670. [D]ans les nouveaux mondes, tout est offert à profusion par la divine Providence. […] On n’est plus dans une économie du don et de l’échange, mais de la « prise », que l’on retrouve jusque le titre d’un livre du philosophe hollandais Grotius Le droit de prise. La tempête de l’histoire a brisé tous les liens, et le bateau pirate c’est l’utopie multi-religieuse et multiraciale d’une libre adhésion, après la tempête, même si on s’y donne des règles plus dures, comme dans une anti-réalité» (Abel, 2009, p. 107; voir Clivaz, à paraître). Ce «droit de la prise», des capta plutôt que des data, est de retour en culture digitale.

Si l’auteur d’un eTalk y présente la connaissance, sur modalité multimédia, les internautes peuvent s’y faire les «captateurs» de cette connaissance, se l’approprier, s’en emparer, en jouer, la remettre en question, la subvertir, et tout simplement aller au-delà d’elle. En effet, les citations sont, à chaque fois que cela a été possible, reliées par hyperlien à leur source: libre alors à celui/celle qui capte la connaissance de remettre en question la citation et son usage. Ainsi donc, si l’auteur de la culture imprimée était bien celui qui autorise, l’auctor, l’auteur de la culture digitale se livre avec son butin, ces «données» dont il avoue en fait la prise, et dont ses captateurs vont faire d’autre butins amalgamés. Ce sont désormais les «captateurs» qui autoriseront, la forme et/ou le contenu, en l’absence de l’armada des éditeurs et diffuseurs. C’est aux flibustiers de faire naviguer l’eTalk sur l’océan digital.

Les captateurs auront-ils ensuite envie à leur tour de se risquer à devenir auteurs d’eTalks? Qu’à cela ne tienne, le code est en open source.

3. Table des matières

On trouvera sur le site un lien en javascript pour citer chaque etalk. Une présentation des auteurs est disponible ici.

  1. Julien Abbeglen Verrazi: Cérémonies humanistes, ou comment faire face à notre besoin de consolation ? (07.02.2013)
  2. François-Xavier Amherdt: Les rites funéraires catholiques aujourd’hui (22.01.2013)
  3. Marc-Antoine Berthod: Vivre un deuil au travail: la mort dans les relations professionnelles (29.08.2013)
  4. Claire Clivaz: Les rites funéraires aujourd’hui: introduction autour d’un exemple vaudois (30.11.2010)
  5. Bernard Crettaz: Les nouveaux rites mortuaires (15.04.2013)
  6. Séverine Desponds et Julie Montandon: Les rites funéraires dans les nouveaux mouvements religieux (24.01.2013)
  7. Nicole Durisch Gauthier: Rites et mythes autour de la mort en Egypte ancienne (07.06.2013)
  8. Christine Fawer Caputo: L’enfant et les rituels autour de la mort (15.03.2013)
  9. Christian Grosse: Perspective historique sur les rites funéraires réformés  (XVIe – XIXe siècle) (03.05.2013)
  10. Nicole Meylan: Le deuil en établissement médico-social (14.06.2013)
  11. Edmond Pittet: Les demandes de rites funéraires auprès de pompes funèbres (09.04.2013)
  12. Monika Salzbrunn: A la découverte des rites musulmans en Suisse et ailleurs (19.04.2013)

4. Bibliographie citée

– O. Abel, «L’océan, le puritain, le pirate», Esprit 356 (2009), p. 104-110.

– B. Belhoste, «L’enseignement secondaire français et les sciences au début du XXe siècle. La réforme de 1902 des plans d’études et des programmes», Revue d’histoire des sciences,1990, n°43, p. 371-400.

– C. Clivaz – J. Meizoz – F. Vallotton – J. Verheyden (éd.), with B. Bertho, Reading Tomorrow. From Ancient Manuscripts to the Digital Era / Lire Demain. Des manuscrits antiques à l’ère digitale, Lausanne : PPUR, 2012. Paper and ebook versions. 734p.

– C. Clivaz, «En quête de couvertures et corpus. Quelques éclats d’humanités digitales», dans V. Carayol – F. Morandi, Les Humanités digitales, le tournant des sciences humaines, Presses Universitaires de Bordeaux, 2014, à paraître.

– Johanna Drucker, Humanities Approaches to Graphical Display, DHQ 5 (2011/1), http://www.digitalhumanities.org/dhq/vol/5/1/000091/000091.html

– G. Kress, “Visual and Verbal Modes of Representation in Electronically Mediated Communication: the potentials of New Forms of Text”, in Page to Screen. Taking Literacy Into the Electronic Era, Ilana Snyder (ed.), London/New York : Routledge, 1997, p. 53-79.

– W. A. Johnson – H. N. Parker (eds), Ancient Literacies. The Culture of Reading in Greece and Rome, New York, Oxford University Press, 2009.

– L. von Ranke, Geschichte der Germanischen Völker. Fürsten und Völker die Geschichte der romanischen und germanischen Völker von 1494 bis 1514, W. Andreas (éd.), Wiesbaden: Emil Vollmer Verlag, 2000.


Claire Clivaz

Claire Clivaz is Head of Digital Enhanced Learning at the Swiss Institute of Bioinformatics (VITAL-IT, Lausanne, CH) and belongs to an interdisciplinary team that started the Digital Humanities in Switzerland since 2011. She is also a member of the LADHUL (www.unil.ch/ladhul). This blog assumes to developp opinions and discussions on all the events and problematics around the Digital Humanities, particularly in the French speaking aerea. Claire Clivaz est Head of Digital Enhanced Learning à l'Institut Suisse de Bioinformatique (Lausanne, CH) et appartient à une équipe interdisciplinaire qui a lancé les Humanités Digitales en Suisse depuis 2011. Elle est membre du Ladhul (www.unil.ch/ladhul). Ce blog se propose de présenter et développer des sujets de discussions sur les événements et problématiques touchant aux Humanités Digitales, notamment dans l’ère linguistique et culturelle francophone.

More Posts - Website

2 réflexions au sujet de « eTalks : une nouvelle forme multi-média (Unil et EPFL, CH) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *