Archives de catégorie : Billets

Suite de ce blog dans le journal Le Temps

Après une période test du genre littéraire blog sur ce carnet de recherches, j’ai opté pour poursuivre ce type d’activité via un blog dans la presse quotidienne de Suisse Romande, dans le journal Le Temps. Le blog s’intitule «A Temps et à contre-Temps». Vous le trouverez ici à raison d’un article à quinzaine environ: https://blogs.letemps.ch/claire-clivaz/

Premiers blogs publiés: Le Temps de Lausanne, 1.05.16; Pourquoi les chinois foncent sur la reconnaissance vocale, 11.05.16; Internet avec ou sans majuscule, ou nos fantasmes d’ominprésence, 04.06.16.

 

Claire Clivaz

Claire Clivaz is Head of Digital Enhanced Learning at the Swiss Institute of Bioinformatics (VITAL-IT, Lausanne, CH) and belongs to an interdisciplinary team that started the Digital Humanities in Switzerland since 2011. She is also a member of the LADHUL (www.unil.ch/ladhul). This blog assumes to developp opinions and discussions on all the events and problematics around the Digital Humanities, particularly in the French speaking aerea. Claire Clivaz est Head of Digital Enhanced Learning à l'Institut Suisse de Bioinformatique (Lausanne, CH) et appartient à une équipe interdisciplinaire qui a lancé les Humanités Digitales en Suisse depuis 2011. Elle est membre du Ladhul (www.unil.ch/ladhul). Ce blog se propose de présenter et développer des sujets de discussions sur les événements et problématiques touchant aux Humanités Digitales, notamment dans l’ère linguistique et culturelle francophone.

More Posts - Website

Dire les Humanités Digitales depuis la Suisse Romande

Quel patrimoine pour les humanités digitales?

Babylone, 12 mai 2015

Capture d’écran 2015-05-19 à 21.08.16

Claire Clivaz

Claire Clivaz is Head of Digital Enhanced Learning at the Swiss Institute of Bioinformatics (VITAL-IT, Lausanne, CH) and belongs to an interdisciplinary team that started the Digital Humanities in Switzerland since 2011. She is also a member of the LADHUL (www.unil.ch/ladhul). This blog assumes to developp opinions and discussions on all the events and problematics around the Digital Humanities, particularly in the French speaking aerea. Claire Clivaz est Head of Digital Enhanced Learning à l'Institut Suisse de Bioinformatique (Lausanne, CH) et appartient à une équipe interdisciplinaire qui a lancé les Humanités Digitales en Suisse depuis 2011. Elle est membre du Ladhul (www.unil.ch/ladhul). Ce blog se propose de présenter et développer des sujets de discussions sur les événements et problématiques touchant aux Humanités Digitales, notamment dans l’ère linguistique et culturelle francophone.

More Posts - Website

2015: le printemps des DH à Lausanne!

Décidément, cela bouge du côté de l’Helvétie en Digital Humanities, et particulièrement sur les rives du Léman, à Lausanne, qui avait accueilli en juillet dernier le DH2014, dans une configuration conjointe UNIL-EPFL.

L’heure est à la mise au concours de postes académiques, l’EPFL en annoncé plusieurs, ainsi que l’Unil, dont deux postes de professeurs, accent sciences sociales et sciences humaines. Plateforme, centre: on discute structures pour ce qui semble être la reconfiguration des pratiques de recherche en sciences humaines et sociales.

L’actualité récente a été marqué par l’obtention par l’Unil d’un

Logo du projet, Unicom (Unil)
Logo du projet, Unicom (Unil)

partenariat stratégique ERASMUS+ en Digital Humanities, qui va lui permettre, en compagnie de 6 autres pays, de construire un portail web proposant divers modules d’enseignement des DH, d’ici à 2017. L’événement conclusif aura lieu à l’Unil au printemps 2017.

Quant aux projets de recherche DH, ils sont nombreux dans les deux institutions. Côté EPFL, on aime les grands projets fédérateurs, tels les archives du Montreux Jazz festival, ou le projet transdisciplinaire autour des archives d’Etat de Venise. Côté Unil, le LADHUL, laboratoire de cultures et Humanités Digitales de l’Unil, compte plus de 60 chercheurs sour la direction de Dominique Vinck et met en lumière de nombreux projets DH, comme «Lumières.Lausanne», «Undocumented Mobility (Tunisia-Switzerland) and Digital-Cultural Resources after the ‘Arab Spring’», «Les dessins de Dieux», «Les manuscrits arabes des Lettres de Paul de Tarse», ou encore l’étude sociologique des pratiques digitales.

Enfin, la culture digitale conduisant à l’interdisciplinarité, l’heure estDiapositive1 à la collaboration interinstitutionnelle, entre les domaines de recherche, comme en témoigne l’entreprise des eTalks, déclinés sur les thématiques des rites funéraires, de la biobanque de l’Unil-CHUV, et des DH. Ils seront présentés via ce poster au prochain salon des Digital Humanities de Genève.

Claire Clivaz

Claire Clivaz is Head of Digital Enhanced Learning at the Swiss Institute of Bioinformatics (VITAL-IT, Lausanne, CH) and belongs to an interdisciplinary team that started the Digital Humanities in Switzerland since 2011. She is also a member of the LADHUL (www.unil.ch/ladhul). This blog assumes to developp opinions and discussions on all the events and problematics around the Digital Humanities, particularly in the French speaking aerea. Claire Clivaz est Head of Digital Enhanced Learning à l'Institut Suisse de Bioinformatique (Lausanne, CH) et appartient à une équipe interdisciplinaire qui a lancé les Humanités Digitales en Suisse depuis 2011. Elle est membre du Ladhul (www.unil.ch/ladhul). Ce blog se propose de présenter et développer des sujets de discussions sur les événements et problématiques touchant aux Humanités Digitales, notamment dans l’ère linguistique et culturelle francophone.

More Posts - Website

Des disciplines aux projets: un enjeu pour la recherche et la formation

Paris, 5 décembre 2014, EHESS: DARIAH-FR a organisé une journée sur la formation en humanités digitales/numériques qui a été de grand intérêt. C’était notamment un privilège d’entendre à la suite Susan Schreibman and Elisabeth Burr, deux professeurs qui façonnent le monde des DH depuis bien des années. A l’image du titre du VCC2 de DARIAH, «Research and Education», bien des thématiques de la journée se sont situées au croisement de la recherche et de la formation, une synergie constante dans les DH, qui interagit également constamment avec la recherche sur les infrastructures.

J’ai notamment été ravie d’entendre Elisabeth Burr nous dire que la structuration académique se déplaçait progressivement des «disciplines» vers les «projets», en tous cas en ce qui concerne l’enseignement qu’elle pratique depuis des années dans les universités d’été de Leipzig, les DH summer schools. C’est aussi à partir d’un projet phare qu’elle mène en ce moment que Susan Schreibman a largement décrit son enseignement, «Letters of 1916. Creating History». Voici quelques réflexions que je fais à la suite de cette journée, dont j’ai partagé les slides de ma conférence, «Identité des sciences humaines et formation en humanités digitales».

Il vaut la peine de s’arrêter ici pour prendre le temps de la réflexion: si, pour mener un projet de recherche, il faut former, c’est que la recherche elle-même s’est déplacée depuis qui est – ou aurait été – sa matrice disciplinaire. Un projet de recherche en Humanités Digitales demande toujours un panel de compétences qu’on serait bien en peine de trouver chez des étudiants ou jeunes chercheurs issus de chemins de formation encore souvent centrés sur et façonnés par la notion de «discipline». Il faut donc compter désormais dans un projet de recherche le temps de formation et d’intégration de compétences qui ne sont pas disponibles telles quelles. La recherche devient ainsi recherche fondamentale et pédagogique en même temps, quand elle n’implique pas de surcroît de la recherche en infrastructure.

A lire un article de Jean-Louis Fabiani (2006, «A quoi sert la notion de discipline?»), on comprend mieux ce qui est à l’oeuvre dans les DH. D’une part, il y rappelle que la notion Kuhnienne de discipline – bien loin de l’habitus de Bourdieu, mais dont l’impact a été si fort (p. 17) – est construite sur la notion de textualité : «C’est le corps de textes admis comme référence à un moment donné du temps qui définit les frontières (boundaries) de l’objet et de la communauté qui lui est attachée. La référence à un corpus textuel implique qu’il y ait plusieurs niveaux de structuration des communautés» (p. 16). Comment mieux démontrer que la notion de «discipline» aura eu partie liée à la culture du texte, et en particulier du texte tel que fixé légalement dans la culture imprimée du milieu du 19ème siècle?

De fait, les DH remettent ensemble les deux définitions majeures que Fabiani reconnaît au terme de «discipline», soit celle qui met au centre le discipulus comme récepteur du message, et l’organisation particulière des savoirs modernes, développée dès le 19ème siècle. De fait, dans la recherche-pédagogie DH, toute les étapes de la construction du savoir sont remises en questions, comme le soulignait en 2012 le professeur d’Etudes Asiatiques d’Harvard, Peter Bol, dans son article «The Humanities, Digitized. Reconceiving the Study of the Culture»:«One way that scholars have sought to come to grips with digitization in the humanities is through the lens of information management, by understanding its impact on the four phases of a typical research cycle: finding, organizing, analyzing, and disseminating information. Scholars traditionally begin projects by figuring out what the good research questions are in a given field, and connecting with others interested in the same topics; they then gather and organize data; then analyze it; and finally, disseminate their findings through teaching or publication. Scholarship in a digital environment raises questions about every aspect of this process. For example, in gathering and organizing data».

Comment dès lors ne pas se joindre au cri du coeur de Fabiani, en 2006, mais qui devient de plus en plus une clameur qui s’amplifie: «A rebours des réflexions en cours sur les recompositions disciplinaires, les pratiques des commissions spécialisées insistent toujours sur l’allégeance à des formes ou à des rites considérés comme constituant le coeur de la discipline» (p. 34)?

Claire Clivaz

Claire Clivaz is Head of Digital Enhanced Learning at the Swiss Institute of Bioinformatics (VITAL-IT, Lausanne, CH) and belongs to an interdisciplinary team that started the Digital Humanities in Switzerland since 2011. She is also a member of the LADHUL (www.unil.ch/ladhul). This blog assumes to developp opinions and discussions on all the events and problematics around the Digital Humanities, particularly in the French speaking aerea. Claire Clivaz est Head of Digital Enhanced Learning à l'Institut Suisse de Bioinformatique (Lausanne, CH) et appartient à une équipe interdisciplinaire qui a lancé les Humanités Digitales en Suisse depuis 2011. Elle est membre du Ladhul (www.unil.ch/ladhul). Ce blog se propose de présenter et développer des sujets de discussions sur les événements et problématiques touchant aux Humanités Digitales, notamment dans l’ère linguistique et culturelle francophone.

More Posts - Website

Humanistica, c’est parti!

Voici l’annonce officielle du lancement de l’association francophone en humanités numériques/digitales, Humanistica. Permière assemblée générale le 8 juillet 2014, de 10h à 16h, à l’EPFL de Lausanne, en marge du DH2014.

********************************************************************************************************

Le mardi 8 juillet 2014 se tiendra à Lausanne la première assemblée générale (AG) d’Humanistica, l’association francophone des humanités numériques/digitales. Cette AG se tiendra sur le campus de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) de 10h à 16h, dans la salle CM1 105 du campus. Grâce au soutien du DH 2014, elle a lieu en tant qu’événement organisé en marge du colloque international.

Cette assemblée inaugurale, dont la préparation avait été confiée lors du THATCamp de Saint-Malo 2013 à un comité de quinze personnes élues par les participants pour préparer le processus de fondation de l’association, se déroulera en deux temps. Durant la matinée, les participants pourront prendre connaissance des statuts, les valider, élire le comité de l’association, et enfin adopter le règlement intérieur. L’après-midi s’organisera autour d’ateliers proposés par les participants souhaitant soumettre un projet à l’association. À partir de ces projets, Humanistica se structurera pour remplir ses missions de forum et de lobbying en faveur des digital humanities francophones.

L’AG est ouverte sans frais à toute personne intéressée par cette initiative. Il sera possible d’assister aux débats en tant qu’auditeur libre, ou de devenir sur place membre de l’association pour participer aux délibérations et aux prises de décisions collectives. Les statuts et le règlement intérieur qui seront présentés le 8 juillet seront prochainement disponibles en ligne sur le site de l’association (actuellement en cours de construction ; le site sera indiqué ici prochainement). Les personnes intéressées à candidater pour l’une des douze places au comité sont invitées à envoyer jusqu’au 28 juin une lettre de candidature à Pierre Mounier : pierre.mounier@openedition.org. Chaque candidat précisera, le cas échéant, s’il désire représenter un pays (et dans ce cas, lequel) ou représenter les doctorants. Les candidatures et leurs présentations seront mises en ligne sur le site de l’association au 1er juillet.

Cette annonce se trouve sur:

http://www.humanistica.eu/
http://dh2014.org/affiliated-events/humanistica-general-assembly/

Claire Clivaz

Claire Clivaz is Head of Digital Enhanced Learning at the Swiss Institute of Bioinformatics (VITAL-IT, Lausanne, CH) and belongs to an interdisciplinary team that started the Digital Humanities in Switzerland since 2011. She is also a member of the LADHUL (www.unil.ch/ladhul). This blog assumes to developp opinions and discussions on all the events and problematics around the Digital Humanities, particularly in the French speaking aerea. Claire Clivaz est Head of Digital Enhanced Learning à l'Institut Suisse de Bioinformatique (Lausanne, CH) et appartient à une équipe interdisciplinaire qui a lancé les Humanités Digitales en Suisse depuis 2011. Elle est membre du Ladhul (www.unil.ch/ladhul). Ce blog se propose de présenter et développer des sujets de discussions sur les événements et problématiques touchant aux Humanités Digitales, notamment dans l’ère linguistique et culturelle francophone.

More Posts - Website

eTalks : une nouvelle forme multi-média (Unil et EPFL, CH)

En cette journée mondiale du livre, ce blog présente une forme de communication qui ne tient pas dans un livre imprimé: l‘eTalk, une nouvelle forme multimédia de présentation et captation de la connaissance, conçue par Claire ClCapture d’écran 2014-04-23 à 12.29.10ivaz (Unil, FTSR et Ladhul), Frédéric Kaplan (DHLab EPFL), Cyril Bornet (DHLab EPFL) et Cécile Pache (FTSR, Unil). Elle fait appel à l’oral, à l’image, au texte, aux hyperliens et ressources online de tous odres, et est entièrement citable dans le détail. En open access ici (fonctionne sur Google Chrome ou Safari):

www.unil.ch/ritesfuneraires

Cette première édition propose douze etalks sur les rites funéraires, co-édités par Claire Clivaz (FTSR, Unil), Nicole Durisch Gauthier (HEPL), Christine Fawer Caputo (HEPL) et Christian Grosse (FTSR, Unil). Les auteurs ont conduit un travail éditorial sur la base d’une production orale, transcrite, en y ajoutant des slides, des images, des hyperliens; tout est citable avec précision via des url. Une video de présentation de l’utilisation des eTalks est disponible sur le site. Au point 3 de ce blog, on trouvera la table des matières. Sur le site, une introduction commente le contenu.

Ce blog présente quelques réflexions analytiques personnelles sur les eTalks:  ils permettent la présentation de la connaissance via une littératie plurielle, et la captation de cette connaissance par ceux et celles qui découvriront les eTalks.

1. Le pari d’une présentation orale dans une littératie plurielle

Que la culture occidentale aille vers une littératie plurielle au gré de l’émergence de la culture digitale, qu’elle redécouvre de plus en plus la transmission orale et visuelle de ce qu’elle produit online, est chaque jour plus évident. C’est ce qu’avait souligné le colloque Unil publié sous le titre Lire Demain. Des manuscrits antiques à l’ère digitale, Lausanne: PPUR, 2012 (ebook), qui avait mis en français au pluriel le terme de «litteracy». Côté anglo-saxon, la prise en compte des formes culturelles orales et visuelles avaient déjà conduit depuis plusieurs années ethnologues, anthropologues, puis spécialistes de l’Antiquité (Johnson & Parker, 2009) à mettre le terme de literacy au pluriel. C’est bien à une littératie plurielle que conduit la culture digitale, mais ses modalités sont à explorer et à construire (voir déjà Kress, 1997). De fait, des lieux culturels artistiques populaires testent déjà les interactions son, image, texte, tel le clip de Menace de mort, de Youssoufa.

Pour ce qui concerne la rhétorique académique, profondément marquée depuis le 19ème siècle par l’exigence rankéenne d’une écriture historique unschön, farblos et ennuyant le lecteur (von Ranke, 2000, p. 4), ses retrouvailles avec l’oralité et le visuel n’iront pas sans de profonds boulversements, comme je l’avais souligné à propos du fait culturel digital de l’«Evangile de la femme de Jésus» en 2012. C’est le retour du pathos et de l’ethos au sein d’une communication académique qui avait privilégié unilatéralement le logos imprimé: de fait, le sommet de la culture imprimée avait fini par chasser l’enseignement de la rhétorique des universités françaises ou allemandes à la fin du 19ème siècle (Belhoste, 1990). Les énoncés s’accompagnent ici de l’éthos et du pathos de leur auteur parlant: ils sont de l’ordre de la «présentation» multimodale.

Le tournant est d’autant plus à souligner que l’oralité est accompagnée ici de la plus grande précision et de la mémoire, car entièrement citable par url: un algorithme a découpé le discours en suivant le rythme du souffle du chercheur, produisant ainsi des «phrasés», groupes d’une, deux ou trois phrases, chacun citable par url, avec les images et liens l’accompagnant. Une transcription textuelle en a été établie de ces phrasés. L’écrit a parfois amené à réviser le découpage de l’oral pour respecter la logique de l’écrit: la rencontre écriture/oralité a sa part de contrainte, se croisant autour de l’algorithme. Dans la logique de l’eTalk, ce qu’aura dit le/la chercheur/se est donc tout autant citable que l’écrit. Ses propos en conférence l’engagent désormais, sans doute avec une pondération différente de celle de l’écrit publié, mais gageons qu’on pourra bientôt confronter les chercheurs en comparant ce qu’ils auront dit et écrit.

Un autre tournant à souligner est celui est celui de la diversité des genres littéraires, ou de présentation, faut-il peut-être dire, comme on est ici sorti du champ littéraire à proprement parler. Les intervenants sont tout aussi bien des personnes de terrain (infirmière en soins palliatifs, directeur de pompes funèbres) que des chercheurs. Les auteurs ont interprété leur eTalk chacun à leur manière, en en soignant plus ou moins l’esthétique: il y a diversité, elle fait partie de ces premières essais. Chacun s’exprimait dans le cader d’une formation continue: ce sont donc des communications à visée du grand public. L’eTalk se prête à tous les genres littéraires, on peut lui donner le degré de complexité ou de simplicité que l’on souhaite.  La forme ici, ne conditionne en rien un genre: elle se prêterait à toute exploration possible. Comme l’avait souligné Roger Chartier,

Enfin, ces discours, «dits» à un moment situé dans le temps, sont référencés par leur date d’énonciation; l’ensemble des eTalks sur les rites funéraires est daté du moment de la fin de leur préparation éditoriale (2014). Par exemple:

– Christian Grosse, «Perspective historique sur les rites funéraires réformés (XVIe-XIXe siècles)» (03.05.2013), dans C. Clivaz, Nicole Durisch Gauthier, Christine Fawer Caputo et Christian Grosse (éd.) en collaboration avec Frédéric Kaplan, Cyril Bornet et Cécile Pache, Rites funéraires (eTalks), 2014; Unil: unil.ch/ritesfuneraires.

2. L’auteur au risque de la captation de la connaissance

Michel Serre, dans une conférence récente, distinguait entre le livre qui nous rend «passager» du voyage, et l’écran qui nous met à la place du «pilote» dans le véhicule de la lecture. L’eTalk permet les deux, en alternance, au gré des souhaits de cette figure qu’on peine désormais à faire tenir dans le rôle de «lecteur». En effet, si dans les eTalks, le pôle de production auctorial demeure – ils sont «produits» par une instance, fût-elle collective, et ne sont pas modifiables –, leur contenu se fait open-ended via les hyperliens, en sorte à ce que les personnes qui s’aventureront dans les eTalks deviennent des «captateurs» de savoir, en développant le vocabulaire proposé par Johanna Drucker. Dans son article de 2011, Humanities Approaches to Graphical Display, elle a proposé en effet de remplacer l’idée de «données» (les data) par celles de «capta», ce qui est attrapé, construit, saisi.

En français, la «captation» est définie dans le Larousse ainsi: «Manœuvres pour s’emparer d’une succession, ou simplement pour arracher quelque libéralité à quelqu’un». Le/la «captateur» définirait donc un geste de prise, dans lequel l’ombre du pirate ne serait pas absent, partant à l’abordage de l’auteur pour aller au-delà des données innombrables pour lesquelles l’eTalk se fait portail. Une telle perspective consonne avec ce qu’Olivier Abel a développé en comparant filbustiers du 17ème siècle et internautes contemporains: «le temps des flibustiers est ouvert, et particulièrement dans les Caraïbes il fleurit entre 1630 et 1670. [D]ans les nouveaux mondes, tout est offert à profusion par la divine Providence. […] On n’est plus dans une économie du don et de l’échange, mais de la « prise », que l’on retrouve jusque le titre d’un livre du philosophe hollandais Grotius Le droit de prise. La tempête de l’histoire a brisé tous les liens, et le bateau pirate c’est l’utopie multi-religieuse et multiraciale d’une libre adhésion, après la tempête, même si on s’y donne des règles plus dures, comme dans une anti-réalité» (Abel, 2009, p. 107; voir Clivaz, à paraître). Ce «droit de la prise», des capta plutôt que des data, est de retour en culture digitale.

Si l’auteur d’un eTalk y présente la connaissance, sur modalité multimédia, les internautes peuvent s’y faire les «captateurs» de cette connaissance, se l’approprier, s’en emparer, en jouer, la remettre en question, la subvertir, et tout simplement aller au-delà d’elle. En effet, les citations sont, à chaque fois que cela a été possible, reliées par hyperlien à leur source: libre alors à celui/celle qui capte la connaissance de remettre en question la citation et son usage. Ainsi donc, si l’auteur de la culture imprimée était bien celui qui autorise, l’auctor, l’auteur de la culture digitale se livre avec son butin, ces «données» dont il avoue en fait la prise, et dont ses captateurs vont faire d’autre butins amalgamés. Ce sont désormais les «captateurs» qui autoriseront, la forme et/ou le contenu, en l’absence de l’armada des éditeurs et diffuseurs. C’est aux flibustiers de faire naviguer l’eTalk sur l’océan digital.

Les captateurs auront-ils ensuite envie à leur tour de se risquer à devenir auteurs d’eTalks? Qu’à cela ne tienne, le code est en open source.

3. Table des matières

On trouvera sur le site un lien en javascript pour citer chaque etalk. Une présentation des auteurs est disponible ici.

  1. Julien Abbeglen Verrazi: Cérémonies humanistes, ou comment faire face à notre besoin de consolation ? (07.02.2013)
  2. François-Xavier Amherdt: Les rites funéraires catholiques aujourd’hui (22.01.2013)
  3. Marc-Antoine Berthod: Vivre un deuil au travail: la mort dans les relations professionnelles (29.08.2013)
  4. Claire Clivaz: Les rites funéraires aujourd’hui: introduction autour d’un exemple vaudois (30.11.2010)
  5. Bernard Crettaz: Les nouveaux rites mortuaires (15.04.2013)
  6. Séverine Desponds et Julie Montandon: Les rites funéraires dans les nouveaux mouvements religieux (24.01.2013)
  7. Nicole Durisch Gauthier: Rites et mythes autour de la mort en Egypte ancienne (07.06.2013)
  8. Christine Fawer Caputo: L’enfant et les rituels autour de la mort (15.03.2013)
  9. Christian Grosse: Perspective historique sur les rites funéraires réformés  (XVIe – XIXe siècle) (03.05.2013)
  10. Nicole Meylan: Le deuil en établissement médico-social (14.06.2013)
  11. Edmond Pittet: Les demandes de rites funéraires auprès de pompes funèbres (09.04.2013)
  12. Monika Salzbrunn: A la découverte des rites musulmans en Suisse et ailleurs (19.04.2013)

4. Bibliographie citée

– O. Abel, «L’océan, le puritain, le pirate», Esprit 356 (2009), p. 104-110.

– B. Belhoste, «L’enseignement secondaire français et les sciences au début du XXe siècle. La réforme de 1902 des plans d’études et des programmes», Revue d’histoire des sciences,1990, n°43, p. 371-400.

– C. Clivaz – J. Meizoz – F. Vallotton – J. Verheyden (éd.), with B. Bertho, Reading Tomorrow. From Ancient Manuscripts to the Digital Era / Lire Demain. Des manuscrits antiques à l’ère digitale, Lausanne : PPUR, 2012. Paper and ebook versions. 734p.

– C. Clivaz, «En quête de couvertures et corpus. Quelques éclats d’humanités digitales», dans V. Carayol – F. Morandi, Les Humanités digitales, le tournant des sciences humaines, Presses Universitaires de Bordeaux, 2014, à paraître.

– Johanna Drucker, Humanities Approaches to Graphical Display, DHQ 5 (2011/1), http://www.digitalhumanities.org/dhq/vol/5/1/000091/000091.html

– G. Kress, “Visual and Verbal Modes of Representation in Electronically Mediated Communication: the potentials of New Forms of Text”, in Page to Screen. Taking Literacy Into the Electronic Era, Ilana Snyder (ed.), London/New York : Routledge, 1997, p. 53-79.

– W. A. Johnson – H. N. Parker (eds), Ancient Literacies. The Culture of Reading in Greece and Rome, New York, Oxford University Press, 2009.

– L. von Ranke, Geschichte der Germanischen Völker. Fürsten und Völker die Geschichte der romanischen und germanischen Völker von 1494 bis 1514, W. Andreas (éd.), Wiesbaden: Emil Vollmer Verlag, 2000.

Claire Clivaz

Claire Clivaz is Head of Digital Enhanced Learning at the Swiss Institute of Bioinformatics (VITAL-IT, Lausanne, CH) and belongs to an interdisciplinary team that started the Digital Humanities in Switzerland since 2011. She is also a member of the LADHUL (www.unil.ch/ladhul). This blog assumes to developp opinions and discussions on all the events and problematics around the Digital Humanities, particularly in the French speaking aerea. Claire Clivaz est Head of Digital Enhanced Learning à l'Institut Suisse de Bioinformatique (Lausanne, CH) et appartient à une équipe interdisciplinaire qui a lancé les Humanités Digitales en Suisse depuis 2011. Elle est membre du Ladhul (www.unil.ch/ladhul). Ce blog se propose de présenter et développer des sujets de discussions sur les événements et problématiques touchant aux Humanités Digitales, notamment dans l’ère linguistique et culturelle francophone.

More Posts - Website

Association francophone DH: en quête d’un nom

Vendredi 18 octobre 2013 est un jour à marquer d’une pierre blanche dans l’histoire des Digitales Humanities en francophonie.

En effet, dans le charmadsc-0494nt – mais peu connecté – château de la Briantais à St-Malo (THATCamp 2013), plus de quarante personnes ont tenu la première réunion, vendredi après-midi, en vue de la création d’une association francophone autour des transformations des sciences humaines via le numérique. Cinq suisses étaient présents (Lausanne, Genève, Neuchâtel et Fribourg), un belge, et des canadiens et luxembourgeois par skype. Un comité de 15 personnes a été désigné pour poursuivre la mise sur pied de l’association, avec mission de déposer les statuts au début 2014 et d’organiser une assemblée dans le cadre du DH 2014 à Lausanne en juillet (dh2014.org). Une première version des statuts a été discutée dans la séance, suite à cette préparation online: http://www.humanistica.eu/afhn-statuts/

De nombreuses questions vont être à préparer en vue de l’assemblée de juillet, par exemple les liens ou non de cette association à ADHO et/ou à EADH, les modalités de fonctionnement, etc.

Juste avant, un atelier animé par Aurélien Berra (EHESS, Paris) avait permis une discussion fournie sur l’alternative Humanités digitales / Humanités numériques pour nommer l’association, dont on retrouvera l’écho dans les «non actes» du THATCamp, rédigés collectivement sur framapad. J’en donnerai la référence ici, dès qu’il sera prêt.

Il a été décidé de n’appeler l’association ni «Humanités numériques», ni «Humanités digitales», mais de chercher un nom pour elle. Ce n’est pas du compromis normand ou vaudois, mais plutôt la nécessité de prendre acte que l’association accompagne ce tournant, qu’on le nomme numérique ou digital, mais au service des Humanités elles-mêmes, qui vont sans doute se redéployer bien au-delà encore de cette étape qui aura été cristallisée sous le label «Digital Humanities».

La chasse au nom est donc ouverte… toute proposition bienvenue, ici sur ce blog, sur la liste dh francophone ou ailleurs!

Le nom compte. Derrida  l’a tellement bien dit dans ce texte magistral, Sauf le nom, comme j’aime à l’évoquer.

Un vif merci en particulier à Pierre Mounier et à Frédéric Clavert pour toute leur préparation de ce moment fondateur pour la mise en place d’une association francophone DH.

Un vif merci aux organisateurs du THATCamp dans cette superbe ville de St-Malo: Nicolas Thély, Alexandre Serres,  Erwan Mahé, Guillaume Pinard, et Olivier Le Deuff.

Claire Clivaz

Claire Clivaz is Head of Digital Enhanced Learning at the Swiss Institute of Bioinformatics (VITAL-IT, Lausanne, CH) and belongs to an interdisciplinary team that started the Digital Humanities in Switzerland since 2011. She is also a member of the LADHUL (www.unil.ch/ladhul). This blog assumes to developp opinions and discussions on all the events and problematics around the Digital Humanities, particularly in the French speaking aerea. Claire Clivaz est Head of Digital Enhanced Learning à l'Institut Suisse de Bioinformatique (Lausanne, CH) et appartient à une équipe interdisciplinaire qui a lancé les Humanités Digitales en Suisse depuis 2011. Elle est membre du Ladhul (www.unil.ch/ladhul). Ce blog se propose de présenter et développer des sujets de discussions sur les événements et problématiques touchant aux Humanités Digitales, notamment dans l’ère linguistique et culturelle francophone.

More Posts - Website

La «vengeance de la gommette» 2: ne pas crier trop vite «au loup»!

Complément du 16 novembre 2014: en ce jour, dans le quotidien suisse Le Temps, Olivier Perrin signe un article intitulé «On n’apprendra plus à écrire à la main en Finlande». Après vérification, il s’agit, là encore, d’arrêter en Finlande l’apprentissage de l’écriture en attaché (cursive), et non pas l’apprentissage de l’écriture manuelle tout court.

En ces temps de chamboulement digital, l’envie nous prend parfois de crier au «loup» un peu vite (et que celle/celui qui n’y a pas cédé jette la première pierre…).

 

En particulier, la remise en question d’une manière d’enseigner l’écriture manuscrite – l’écriture

CC BY 3.0, auteur: Alisson Wood, http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Hand-writing-exam-classroom.jpg
CC BY 3.0, auteur: Alisson Wood, http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Hand-writing-exam-classroom.jpg  

liée ou «cursive writing» en anglais – a de quoi faire parler dans le Landerneau et nous émouvoir. Mais parfois, il faut savoir prendre le temps du recul, de l’analyse… gare au risque d’emballement d’une certaine culture digitale.

C’est ce qu’il m’est arrivé de penser en lisant cet article transmis sur Facebook par Lorenzo Scavo: «Apprendre à écrire ne sera plus obligatoire dans les écoles de 45 Etats américains».

Son auteur fait apparemment la confusion entre écriture cursive et manuelle. Le débat aux USA porte entre écriture cursive et print wirting, comme on le vérifie en cliquant sur un lien cité dans l’article: http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20121126.FAP6593/aux-etats-unis-l-ecriture-cursive-consideree-comme-un-vestige-du-passe.html

Il n’est pas question pour l’heure de supprimer aux USA l’apprentissage de l’écriture en caractères d’imprimeries, mais en «cursive», ce que nous appelons l’écriture liée. Ma mère enfant à l’école en Suisse, avait appris à écrire en «scripte», disait-elle: c’est ce type d’écriture manuelle que certains Etats américains veulent garder seulement. Mais toucher même à une partie de l’apprentissage de l’écriture manuscrite n’est pas anodin. C’est la transformation de la perception esthétique de l’écriture manuelle qui est en jeu. Laisser tomber la « cursive handwriting » (écriture liée) au profit de la « printed handwriting » semble une rationnalisation à peu de frais, mais elle indique sans doute un bouleversement plus profond, dont nous allons suivre les développements.

Dans mon blog précédant, «La vengeance de la gommette», pour faire faCapture d’écran 2013-06-18 à 11.07.51ce à l’inévitable tristesse surprise d’une telle annonce, j’étais partie à la recherche d’une frustration scolaire de mon enfance, souvenir encore bien vivace, celui d’une gommette avec une cocinelle rouge, un peu comme celle-là, que la maîtresse m’avait refusée. Je devais avoir 6-7 ans, j’apprenais à écrire, et je n’avais pas eu droit à la gommette, parce que mes «a» ne remplissaient pas tout le carré dans la page. Rebelle, j’avais trouvé totalement absurde l’argument, et ne voyais pas au monde pourquoi il fallait qu’un «a» remplisse obligatoirement tout un carré. Quelques 35 ans plus tard, c’est l’heure de la «vengeance de la gommette». Du fond de ma mémoire, le sourire malicieux de la fillette que j’ai été a ressurgi: la vengeance de la gommette m’a saisie. J’avais bien raison de considérer que ce n’était pas si important que cela, que le «a» remplisse tout le carré!

La «vengeance de la gommette» est donc bien là… mais ne jetons pas pour autant le bébé avec l’eau du bain: l’écriture manuelle demeure, y compris chez l’Oncle Sam pour le moment. Et même, c’est vrai, si nous la pratiquons de moins en moins. Pour la suite, la perdra-t-on un jour? Qui vivra verra. Impossible d’en dire plus pour le moment.

Claire Clivaz

Claire Clivaz is Head of Digital Enhanced Learning at the Swiss Institute of Bioinformatics (VITAL-IT, Lausanne, CH) and belongs to an interdisciplinary team that started the Digital Humanities in Switzerland since 2011. She is also a member of the LADHUL (www.unil.ch/ladhul). This blog assumes to developp opinions and discussions on all the events and problematics around the Digital Humanities, particularly in the French speaking aerea. Claire Clivaz est Head of Digital Enhanced Learning à l'Institut Suisse de Bioinformatique (Lausanne, CH) et appartient à une équipe interdisciplinaire qui a lancé les Humanités Digitales en Suisse depuis 2011. Elle est membre du Ladhul (www.unil.ch/ladhul). Ce blog se propose de présenter et développer des sujets de discussions sur les événements et problématiques touchant aux Humanités Digitales, notamment dans l’ère linguistique et culturelle francophone.

More Posts - Website

La vengeance de la gommette: on discute de cesser d’apprendre l’écriture manuelle cursive aux enfants Outre-Atlantique

Je la vois encore. C’était une gommette avec une cocinelle rouge, un peu comme celle-là:

Capture d’écran 2013-06-18 à 11.07.51

 

Je devais avoir 6-7 ans, j’apprenais à écrire, et la maîtresse m’avait refusé la gommette cocinnelle, parce que mes «a» ne remplissaient pas tout le carré dans la page. Rebelle, j’avais trouvé totalement absurde l’argument, et ne voyais pas au monde pourquoi il fallait qu’un «a» remplisse obligatoirement tout un carré.

Quelques 35 ans plus tard, c’est l’heure de la «vengeance de la gommette». Depuis jeudi, j’ai appris qu’outre-atlantique, on discute de commencer à cesser d’apprendre l’écriture manuelle cursive aux enfants. J’indique ci-dessous les liens à suivre pour le débat. Aucune surprise pour moi dans cette annonce: que le débat advienne me paraisse logique; la conclusion qu’on en tirera est ouverte, il va tout de même de la perte d’un savoir-faire, un savoir-faire qui n’est toutefois à la portée de tous que depuis la scolarisation de masse (milieu du 19ème siècle). Il s’agit de la transformation de la perception esthétique de l’écriture: laisser tomber la « cursive handwriting » (écriture liée) au profit de la « printed handwriting » semble une rationnalisation à peu de frais. Mais elle indique sans doute un bouleversement plus profond, dont nous allons suivre les développements.

A cette non-surprise se mêle bien sûr un peu d’effarement, un «tout de même» naturel, un peu de tristesse nostalgique, quand même. Un sentiment d’être un dinosaure, certain. Mais ce matin, du fond de ma mémoire, le sourire malicieux de la fillette que j’ai été a ressurgi: la vengeance de la gommette m’a saisie. J’avais bien raison de considérer que ce n’était pas si important que cela, que le «a» remplisse tout le carré!

Espérons que la mémoire de nos rébellions scolaires passées nous donnent l’élan de traverser nos nostalgies culturelles, inévitables.

http://www.nytimes.com/roomfordebate/2013/04/30/should-schools-require-children-to-learn-cursive/let-cursive-handwriting-die

http://www.cta.org/en/Professional-Development/Publications/2012/06/June-Educator-2012/cursive.aspx

Suite du débat en date du 28 juin 2013: http://www.livescience.com/37831-is-cursive-dead-cursive-writing.html

Claire Clivaz

Claire Clivaz is Head of Digital Enhanced Learning at the Swiss Institute of Bioinformatics (VITAL-IT, Lausanne, CH) and belongs to an interdisciplinary team that started the Digital Humanities in Switzerland since 2011. She is also a member of the LADHUL (www.unil.ch/ladhul). This blog assumes to developp opinions and discussions on all the events and problematics around the Digital Humanities, particularly in the French speaking aerea. Claire Clivaz est Head of Digital Enhanced Learning à l'Institut Suisse de Bioinformatique (Lausanne, CH) et appartient à une équipe interdisciplinaire qui a lancé les Humanités Digitales en Suisse depuis 2011. Elle est membre du Ladhul (www.unil.ch/ladhul). Ce blog se propose de présenter et développer des sujets de discussions sur les événements et problématiques touchant aux Humanités Digitales, notamment dans l’ère linguistique et culturelle francophone.

More Posts - Website

Thoughts on Digital Religion from Turku, Finland – a Marketplace of Ideas

Un écho d’un colloque 2012 en Finlande sur le thème  «Digital Religion» sous les doigts de Ruth Tsuria, dans «Network for New Media, Religion and Digital Culture Studies»:

Thoughts on Digital Religion from Turku, Finland – a Marketplace of Ideas


 

Claire Clivaz

Claire Clivaz is Head of Digital Enhanced Learning at the Swiss Institute of Bioinformatics (VITAL-IT, Lausanne, CH) and belongs to an interdisciplinary team that started the Digital Humanities in Switzerland since 2011. She is also a member of the LADHUL (www.unil.ch/ladhul). This blog assumes to developp opinions and discussions on all the events and problematics around the Digital Humanities, particularly in the French speaking aerea. Claire Clivaz est Head of Digital Enhanced Learning à l'Institut Suisse de Bioinformatique (Lausanne, CH) et appartient à une équipe interdisciplinaire qui a lancé les Humanités Digitales en Suisse depuis 2011. Elle est membre du Ladhul (www.unil.ch/ladhul). Ce blog se propose de présenter et développer des sujets de discussions sur les événements et problématiques touchant aux Humanités Digitales, notamment dans l’ère linguistique et culturelle francophone.

More Posts - Website

Les Humanités Digitales: un shaker pour servir les cocktails du savoir de demain

C’est dans le cadre des journées bordelaises 2013 des Humanités Digitales (3-4 avril) que j’ai proposé cette métaphore rapidement twittée par Olivier LeDeuff. En effet, à mon sens, après deux générations de travaux entre Humanités, puis Sciences Sociales, et informatique, le succès fulgurant du nom Digital Humanities indique non pas tant l’émergence d’un nouveau champ d’études, mais le marquage institutionnel fort BG6Z_9kCIAEh92Rd’un tournant épistémologique. Depuis l’énonciation du terme (par oral en 2001, par écrit en 2005 dans le Companion to the Digital Humanities), nous sommes à mon sens en train de traverser une vingtaine d’années de transition culturelle.

J’ouvre le pari que, tels des M. et Mme Jourdain, nous auront réalisé à la fin de la traversée que les Humanités (SHS tout compris) seront devenues digitales: le qualificatif tombera par évidence.

C’est bien ce qui inviterait à penser à des doctorats avec mention DH, plutôt qu’à des doctorats en DH. Ou à créer des crédits de master en spécialisation DH, plutôt que des master en DH. Il s’agit d’accompagner la transition de tous, plutôt que de créer un nouveau champ.

C’est dans cet esprit que s’est ouvert à l’Université de Lausanne le LADHUL, Laboratoire des cultures et humanités digitales de l’Université dCapture d’écran 2013-04-07 à 12.42.23e Lausanne, comme plateforme interfacultaire (description et inscription ici).

C’est dans cet esprit que l’équipe bordelaise, sous l’égide de Valérie Carayol, a rassemblé 8 laboratoires pour lancer une dynamique Humanités Digitales: l’accueil fut magnifique pour ces journées d’avril, un grand merci! Les vidéos et slides seront bientôt à disposition online. Site du colloque: http://www.msha.fr/ihdb/je2013/

Vive les Humanités Digitales, shakers d’aujourd’hui pour les cocktails du savoir de demain!

 

Claire Clivaz

Claire Clivaz is Head of Digital Enhanced Learning at the Swiss Institute of Bioinformatics (VITAL-IT, Lausanne, CH) and belongs to an interdisciplinary team that started the Digital Humanities in Switzerland since 2011. She is also a member of the LADHUL (www.unil.ch/ladhul). This blog assumes to developp opinions and discussions on all the events and problematics around the Digital Humanities, particularly in the French speaking aerea. Claire Clivaz est Head of Digital Enhanced Learning à l'Institut Suisse de Bioinformatique (Lausanne, CH) et appartient à une équipe interdisciplinaire qui a lancé les Humanités Digitales en Suisse depuis 2011. Elle est membre du Ladhul (www.unil.ch/ladhul). Ce blog se propose de présenter et développer des sujets de discussions sur les événements et problématiques touchant aux Humanités Digitales, notamment dans l’ère linguistique et culturelle francophone.

More Posts - Website

Le Nouveau Testament à Venise au 15ème siècle: vers les Humanités Délivrées

Ce samedi 23 février est marqué par une annonce ats importante pour les Humanités Digitales en Suisse: l’EPFL, avec le DH Lab de Frédéric Kaplan, a signé un contrat avec l’Université Ca Foscari de Venise, pour la création d’un “Joint Research Center for Digital Humanities and Future Cities in Venice”. Gageons que c’est là le début d’une aventure étonnante, qui va voir notamment se créer la «Venice Time Machine», une modélisation de la cité des doges.

Photo wikicommons
Photo wikicommons

Derrière le rêve de cette machine se tient la potentialité de repenser l’histoire dans sa densité géographique et spatiale. Qui se rappelle encore qu’au 15ème siècle, le cardinal Basilios Bessarion, recopiait près de 1’000 manuscrits, s’intéressant et commenant tant Platon qu’Archimède, les poètes ou le Nouveau Testament?

La modernité a développé avec art une philologie des «casiers»: qui se penchait sur la philosophie n’avait pas la moindre opportunité de lire les commentaires de Bessarion sur le Nouveau Testament. Qui traquait l’histoire des mathématiques et des sciences en charchant l’histoire de l’interprétation d’Archimède ne se questionnait pas sur la perspective de Bessarion sur Platon.

Basilios Bessarion, wikicommons
Basilios Bessarion, wikicommons

La modernité a classé les manuscrits par branche, imposant à une culture humaniste la répartition stricte des champs clôturé de la culture imprimée, stabilisée juridiquement. Le 19ème siècle intrônisera la momification des textes.

La perspective de la «Venice Time Machine» devrait nous permettre de resituer le geste intellectuel de Bessarion dans son entier, à travers un corpus de textes très vaste, dans une cité où se font tractations commerciales, créations musicales, et où se vivent des épisodes anecdotiques de toutes sortes. Gageons qu’il pourrait émerger de cette entreprise un regard très neuf sur le manuscrit Gr. Z. 5 (420), 15ème siècle, NT: fol. 362-441 (GA 205), ce morceau du Nouveau Testament transmis par la plume de Bessarion.  Numérisé, accessible, il reprendra en plus sa place dans une cité vibrant de vie et d’énigmes, en plein humanisme.

Les manuscrits vénitiens digitalisés sont prêts à nous faire vivre les Humanités Délivrées.

 

Claire Clivaz

Claire Clivaz is Head of Digital Enhanced Learning at the Swiss Institute of Bioinformatics (VITAL-IT, Lausanne, CH) and belongs to an interdisciplinary team that started the Digital Humanities in Switzerland since 2011. She is also a member of the LADHUL (www.unil.ch/ladhul). This blog assumes to developp opinions and discussions on all the events and problematics around the Digital Humanities, particularly in the French speaking aerea. Claire Clivaz est Head of Digital Enhanced Learning à l'Institut Suisse de Bioinformatique (Lausanne, CH) et appartient à une équipe interdisciplinaire qui a lancé les Humanités Digitales en Suisse depuis 2011. Elle est membre du Ladhul (www.unil.ch/ladhul). Ce blog se propose de présenter et développer des sujets de discussions sur les événements et problématiques touchant aux Humanités Digitales, notamment dans l’ère linguistique et culturelle francophone.

More Posts - Website

Comment éviter le retour des travers de l’Age Classique dans les DH?

Personne n’aime endosser un rôle de Cassandre. Pourtant, depuis que je l’avais énoncé en colloque en août 2011, ma crainte d’un retour des travers de l’Age Classique dans l’approche du savoir se renforce chaque jour davantage: à moins de mener les recherches en équipe pluridisciplinaires s’interpellant depuis différents points de vue, les machines à standardiser la connaissance pourraient une nouvelle fois expulser la différance et l’assymétrie, pour reprendre les termes chers à Derrida. Je m’interroge devant les approches «object-centered» qui nous promettent un savoir global, transparent et non équivoque. «OCHRE» (Object-centered high-level reference ontology) nous vient de Leipzig.

Comme autre exemple qui demande urgemment un travail en équipe multi-disciplinaire, il y a cette «infographie» de la version anglaise des «Misérables» de Jeff Clarke, très judicieusemement présentée en français par l’équipe de Pégasus Data (ici Yannick Rochat) sur leur site. Y. Rochat en amorce une très bonne critique, qui se poursuit dans le blog de discussion. J’ajoute ici quelques réflexions sur cette infographie qui met en représentations visuelles certaines données quantitatives de cette traduction anglaise des Misérables, tel ceci:

Des équipes interdisciplinaires sont nécessaires pour comprendre comment associer analyse quantitative et qualitative en sciences humaines, toute comme le font les science sociales. Les sciences sociales intègrent le qualitatif au quantitatif, parfois dans l’effort et la douleur; les sciences humaines vont devoir clamer le droit au qualitatif dans la déferlante du quantitatif. J’imagine en effet déjà les enseignants du primaire et secondaire remplir de jolis tableaux en couleur les salles de classe de littérature française… Pratique, efficace, esthétique: les enfants et jeunes y prendront goût très vite!

Il est clair que les infographies de Clarke reposent toutes sur les choix de traduction du français en anglais. Il me semble qu’il faut considérer cette infographie dans une perspective de «versionning» des Misérables. Ce n’est pas une analyse des Misérables, mais de la version n° XX des Misérables, dans une traduction anglaise datée. Un texte – et ses réécritures – ne peut plus être considéré comme une entité fixe et stable. On travaillera informatiquement toujours sur une «version» du texte. C’est ce qui amène l’équipe d’Homère Multitexte à commencer à citer les versets de l’Iliade par «manuscrit», par «version» donc du texte. Le concept d’archivage même est sans doute appeler à évoluer vers du «versionning», via des enregistrements réguliers de ce qu’on veut garder et qui va forcément évoluer au cours du temps.

Cela fait sérieusement grincer des dents de lire dans la première infographie de Clarke (image ci-dessus) qu’il y aurait des mots «positifs», tel «amour», et des mots négatifs. Un bon siècle de psychanalyse nous a pourtant montré qu’une «mère qui aime son enfant», c’est potentiellement ambigu pour la suite de l’histoire… S’il y avait des «valeurs absolues» aux mots (pour mixer les langues mathématiques et littéraires), on le saurait! La particularité du langage est son ambiguité, son aspect flottant. Toutes les sciences humaines se sont construites sur le petit pourcentage de sens qui échappera toujours à toutes les ontologies, car il n’est pas possible de mettre totalement en équation «les mots et les choses», pour reprendre Foucault. Le célèbre penseur a à juste titre diagnostiqué le règne du roman au 19ème comme la revanche du langage sur «sa mise en boîte» à l’Age Classique. Puisque tout cela a été dit et pensé, nous n’allons tout de même pas reproduire au sortir de la post-modernité un Age Classique 2!

Dire, comme le fait Clarke, que la fréquence détermine l’importance des personnages est réducteur. Les concepts d’effet papillon, de sérendipité, nous rappellent bien que c’est peut-être le personnage mentionné le temps de quelques pages, ou même de deux paragraphes, qui va tout changer. Dans cette belle et ébouriffante rencontre par-delà les champs et les genres, il conviendrait que les Humanités Digitales ne soient pas seulement une rencontre entre geeks et poètes, mais sans doute aussi entre geeks, poètes et philosophes, en élargissant l’expression de Martin Foys dans le NY Times.

Claire Clivaz

Claire Clivaz is Head of Digital Enhanced Learning at the Swiss Institute of Bioinformatics (VITAL-IT, Lausanne, CH) and belongs to an interdisciplinary team that started the Digital Humanities in Switzerland since 2011. She is also a member of the LADHUL (www.unil.ch/ladhul). This blog assumes to developp opinions and discussions on all the events and problematics around the Digital Humanities, particularly in the French speaking aerea. Claire Clivaz est Head of Digital Enhanced Learning à l'Institut Suisse de Bioinformatique (Lausanne, CH) et appartient à une équipe interdisciplinaire qui a lancé les Humanités Digitales en Suisse depuis 2011. Elle est membre du Ladhul (www.unil.ch/ladhul). Ce blog se propose de présenter et développer des sujets de discussions sur les événements et problématiques touchant aux Humanités Digitales, notamment dans l’ère linguistique et culturelle francophone.

More Posts - Website

A Vision of Students Today

Domenico Fiormonte (Roma 3) m’a signalé cette excellente video youtube sur le point de vue des étudiants aujourd’hui.

Certains éléments sont marqués de la culture anglo-saxonnes, mais la plupart des points de vue sont transposables à divers cadres académiques occidentaux. Quelques minutes à ne pas manquer, postées par Michael Wesh.

Pendant ce temps, on teste le dépassement des frontières du côté de Lausanne (CH): voici le début du journal de bord du groupe de doctorants Unil-EPFL en sciences humaines, sociales et technologiques, avec quelques échos de la présentation d’Héloïse Pocry, doctorante en histoire de l’art à Paris et Lausanne, sur l’histoire des écoles de photographie en France, Allemagne et Suisse, 1900-2010, avec un focus sur le tournant des années 1980 en France.

 

Claire Clivaz

Claire Clivaz is Head of Digital Enhanced Learning at the Swiss Institute of Bioinformatics (VITAL-IT, Lausanne, CH) and belongs to an interdisciplinary team that started the Digital Humanities in Switzerland since 2011. She is also a member of the LADHUL (www.unil.ch/ladhul). This blog assumes to developp opinions and discussions on all the events and problematics around the Digital Humanities, particularly in the French speaking aerea. Claire Clivaz est Head of Digital Enhanced Learning à l'Institut Suisse de Bioinformatique (Lausanne, CH) et appartient à une équipe interdisciplinaire qui a lancé les Humanités Digitales en Suisse depuis 2011. Elle est membre du Ladhul (www.unil.ch/ladhul). Ce blog se propose de présenter et développer des sujets de discussions sur les événements et problématiques touchant aux Humanités Digitales, notamment dans l’ère linguistique et culturelle francophone.

More Posts - Website

Des rencontres doctorales par-delà la frontière sciences humaines / sciences dures à Lausanne (CH)

Cette année 2013 démarre à Lausanne (CH) sur les chapeaux de roue digitaux.

Convaincus que la nouvelle académie et les futures structures de recherches seront pensées et portées par la génération des «born digital», une équipe de chercheurs lausannois a ouvert ce vendredi 11 janvier un groupe de doctorants impliqués en Humanités Digitales et provenant des sciences humaines, sociales et des nouvelles technologies.

Par-delà les divisions nées au 19ème siècles entre sciences dites humaines et sciences dures, il s’agit de retrouver les «Humanités» dans leur sens générique, comprenant sciences humaines, sociales et techniques, et mettant l’humain au centre des recherches. La remise en question des modèles scientifiques et académiques et tout aussi grande pour des branches comme la biologie, la physique ou la chimie que pour l’histoire, la codicologie ou la sociologie. Le mailström digital vient bousculer tous les domaines de recherche, telle est la conviction de l’équipe DH lausannoise.

L’expérience va culminer dans une école d’été DH à Berne (CH), du 26 au 29 juin:

http://www.dhsummerschool.ch/

Une doctorante du labo junior DH de l’ENS de Lyon, Cécile Armand, était présente et a fait un compte-rendu de la séance de ce 11 janvier 2013:

http://dhlyon.hypotheses.org/47

Une première série de présentations de travaux de doctorants auront lieu jusqu’en mars 2013, et sont annoncées dans cet article; site: http://dhlausanne.ch/.

A Berne, les grands noms des Digital Humanities seront présents, dont Ray Siemens et Susan Schreibman, pour initier doctorants et chercheurs de Suisse au Digital Humanities, du 26 au 29 juin 2013, avant le grand rendez-vous du DH 2014, du 6 au 12 juillet 2014 à Lausanne (Unil et EPFL).

Claire Clivaz

Claire Clivaz is Head of Digital Enhanced Learning at the Swiss Institute of Bioinformatics (VITAL-IT, Lausanne, CH) and belongs to an interdisciplinary team that started the Digital Humanities in Switzerland since 2011. She is also a member of the LADHUL (www.unil.ch/ladhul). This blog assumes to developp opinions and discussions on all the events and problematics around the Digital Humanities, particularly in the French speaking aerea. Claire Clivaz est Head of Digital Enhanced Learning à l'Institut Suisse de Bioinformatique (Lausanne, CH) et appartient à une équipe interdisciplinaire qui a lancé les Humanités Digitales en Suisse depuis 2011. Elle est membre du Ladhul (www.unil.ch/ladhul). Ce blog se propose de présenter et développer des sujets de discussions sur les événements et problématiques touchant aux Humanités Digitales, notamment dans l’ère linguistique et culturelle francophone.

More Posts - Website