Archives de catégorie : Epistemology

Des disciplines aux projets: un enjeu pour la recherche et la formation

Paris, 5 décembre 2014, EHESS: DARIAH-FR a organisé une journée sur la formation en humanités digitales/numériques qui a été de grand intérêt. C’était notamment un privilège d’entendre à la suite Susan Schreibman and Elisabeth Burr, deux professeurs qui façonnent le monde des DH depuis bien des années. A l’image du titre du VCC2 de DARIAH, «Research and Education», bien des thématiques de la journée se sont situées au croisement de la recherche et de la formation, une synergie constante dans les DH, qui interagit également constamment avec la recherche sur les infrastructures.

J’ai notamment été ravie d’entendre Elisabeth Burr nous dire que la structuration académique se déplaçait progressivement des «disciplines» vers les «projets», en tous cas en ce qui concerne l’enseignement qu’elle pratique depuis des années dans les universités d’été de Leipzig, les DH summer schools. C’est aussi à partir d’un projet phare qu’elle mène en ce moment que Susan Schreibman a largement décrit son enseignement, «Letters of 1916. Creating History». Voici quelques réflexions que je fais à la suite de cette journée, dont j’ai partagé les slides de ma conférence, «Identité des sciences humaines et formation en humanités digitales».

Il vaut la peine de s’arrêter ici pour prendre le temps de la réflexion: si, pour mener un projet de recherche, il faut former, c’est que la recherche elle-même s’est déplacée depuis qui est – ou aurait été – sa matrice disciplinaire. Un projet de recherche en Humanités Digitales demande toujours un panel de compétences qu’on serait bien en peine de trouver chez des étudiants ou jeunes chercheurs issus de chemins de formation encore souvent centrés sur et façonnés par la notion de «discipline». Il faut donc compter désormais dans un projet de recherche le temps de formation et d’intégration de compétences qui ne sont pas disponibles telles quelles. La recherche devient ainsi recherche fondamentale et pédagogique en même temps, quand elle n’implique pas de surcroît de la recherche en infrastructure.

A lire un article de Jean-Louis Fabiani (2006, «A quoi sert la notion de discipline?»), on comprend mieux ce qui est à l’oeuvre dans les DH. D’une part, il y rappelle que la notion Kuhnienne de discipline – bien loin de l’habitus de Bourdieu, mais dont l’impact a été si fort (p. 17) – est construite sur la notion de textualité : «C’est le corps de textes admis comme référence à un moment donné du temps qui définit les frontières (boundaries) de l’objet et de la communauté qui lui est attachée. La référence à un corpus textuel implique qu’il y ait plusieurs niveaux de structuration des communautés» (p. 16). Comment mieux démontrer que la notion de «discipline» aura eu partie liée à la culture du texte, et en particulier du texte tel que fixé légalement dans la culture imprimée du milieu du 19ème siècle?

De fait, les DH remettent ensemble les deux définitions majeures que Fabiani reconnaît au terme de «discipline», soit celle qui met au centre le discipulus comme récepteur du message, et l’organisation particulière des savoirs modernes, développée dès le 19ème siècle. De fait, dans la recherche-pédagogie DH, toute les étapes de la construction du savoir sont remises en questions, comme le soulignait en 2012 le professeur d’Etudes Asiatiques d’Harvard, Peter Bol, dans son article «The Humanities, Digitized. Reconceiving the Study of the Culture»:«One way that scholars have sought to come to grips with digitization in the humanities is through the lens of information management, by understanding its impact on the four phases of a typical research cycle: finding, organizing, analyzing, and disseminating information. Scholars traditionally begin projects by figuring out what the good research questions are in a given field, and connecting with others interested in the same topics; they then gather and organize data; then analyze it; and finally, disseminate their findings through teaching or publication. Scholarship in a digital environment raises questions about every aspect of this process. For example, in gathering and organizing data».

Comment dès lors ne pas se joindre au cri du coeur de Fabiani, en 2006, mais qui devient de plus en plus une clameur qui s’amplifie: «A rebours des réflexions en cours sur les recompositions disciplinaires, les pratiques des commissions spécialisées insistent toujours sur l’allégeance à des formes ou à des rites considérés comme constituant le coeur de la discipline» (p. 34)?

Claire Clivaz

Claire Clivaz is Head of Digital Enhanced Learning at the Swiss Institute of Bioinformatics (VITAL-IT, Lausanne, CH) and belongs to an interdisciplinary team that started the Digital Humanities in Switzerland since 2011. She is also a member of the LADHUL (www.unil.ch/ladhul). This blog assumes to developp opinions and discussions on all the events and problematics around the Digital Humanities, particularly in the French speaking aerea.

Claire Clivaz est Head of Digital Enhanced Learning à l’Institut Suisse de Bioinformatique (Lausanne, CH) et appartient à une équipe interdisciplinaire qui a lancé les Humanités Digitales en Suisse depuis 2011. Elle est membre du Ladhul (www.unil.ch/ladhul). Ce blog se propose de présenter et développer des sujets de discussions sur les événements et problématiques touchant aux Humanités Digitales, notamment dans l’ère linguistique et culturelle francophone.

More Posts - Website

«Evangile de la femme de Jésus» (GJW): nouvel épisode

http://abcnews.go.com/blogs/headlines/2012/09/was-jesus-married-ancient-papyrus-mentions-his-wife/
http://abcnews.go.com/blogs/headlines/2012/09/was-jesus-married-ancient-papyrus-mentions-his-wife/

C’est bientôt Pâques, et voici que nous parvient le nouvel épisode de l’«Evangile de la femme de Jésus», suite à une publication d’un numéro qui lui est consacré dans l’Harvard Theological Review du 10 avril dernier, avec un résumé dans ce communiqué de presse. On trouvera ci-dessous trois types de réflexions sur ce fait typique de la culture «digitalo-académique» en émergence. A écouter également: une émission sur la radio suisse romande sur ce thème.

1) Réponses brèves aux questions récurrentes; 2) une analyse du point de vue de la culture digitale; 3) conclusion: faut-il parler de ce manuscrit?

1) Réponses brèves aux questions récurrentes

«Jésus était-il marié ou non?»: nous n’avons aucune documentation historique ancienne sur les années 12-29 ans de Jésus. Il a donc pu être marié ou non. Dans la période de son ministère, il est présenté comme un prédicateur itinérant sans attache. Il a pu pour ce faire quitter une vie de famille, à la mode de Nicolas de Fluë, ou non. Nous n’en savons rien.

«Si Jésus a été marié, cela change-t-il quelque chose théologiquement?»: pour la confession protestante, cela n’a aucun impacte particulier. On peut présupposer que cela soit problématique pour la confession catholique notamment, mais il est à noter qu’à ce jour, le site du Vatican ne mentionne absolument pas ce manuscrit, ni la thématique elle-même d’un Jésus marié, pour autant que j’ai pu le constater. (http://gsearch.vatican.va).

«Y a-t-il des sources anciennes qui présente Jésus avec une compagne?»: oui, par exemple l’Evangile selon Philippe 59,6-11, qui remonte au 2ème siècle : «Il y avait trois femmes qui étaient proches du Seigneur: sa mère Marie et <sa> soeur et Marie Madeleine, qu’on appelait sa compagner [koinônios]. En effet, sa soeur était une Marie, sa mère et son épouse [hôtre] aussi». Certains mouvements chrétiens des premiers siècles ont donc pu avoir cette représentation de Jésus, et concevoir le couple comme une expression de cheminement spirituel.

«Qu’apprend-t-on de plus avec le papyrus dit de l’«Evangile de la femme de Jésus»?»: ce fragement confirme que des mouvements chrétiens anciens pouvaient concevoir Jésus comme marié, et est la première source mettre sur les lèvres de Jésus le terme copte «ma femme» [tahime].

«De quand date le document en question?»: depuis l’annonce et la première publication de ce papyrus à l’automne 2012, des analyses scientifiques complètes ont été menées quant à la composition chimique de l‘encre, la détermination du radiocarbonne du papyrus par spectométrie de masse accélérée (AMS) et par  spectroscopie infrarouge à transformée de Fourier (spectroscopie IRTF). Ces analyses permettent d’arrêter la marge de datation de 659 à 859 de notre ère. Aucun élément paléographique ne la contredit.

2) Une analyse du point de vue de la culture digitale

2. 1 La communication digitale par Harvard

Comme je l’avais développé dans deux blogs en 2012 (http://claireclivaz.hypotheses.org/147; http://claireclivaz.hypotheses.org/189), le plus particulier dans cet épisode de la recherche sur les christianismes anciens est sans doute son impact sur la culture digitale académique. De manière encore plus nette cette fois, Harvard a pris en main la communication digitale, en offrant un site complet et organisé, avec l’historique et tout le matériel – en open access – du numéro de l’Harvard Theological Review 107/2: http://gospelofjesusswife.hds.harvard.edu/

On remarquera toutefois que la video où Karen King présentait en 2012 le document a été retirée du site: j’avais signalé alors qu’elle indiquait un tournant conséquent au sein de la rhétorique historique, dont Leopold von Ranke avait posé comme norme l’absence de toute émotion. On la trouve encore sur youtube, mais son exil loin du site de la célèbre institution en amoindrit le statut. Je trouve dommageable ce retrait: cette video fait partie à part entière de l’histoire de cet épisode de la recherche.

On constate que le moment de la publication de ce numéro de revue a eu un impact très important: le fait de l’avoir attendu, et qu’il soit publié à un moment précis lui donne un poids énorme, même si le débat est en cours et continue. Le fait que plusieurs chercheurs se prononcent dans ce numéro contribue aussi à sa force. Toutefois, comme je le regrettais déjà en 2012, Harvard ne franchit pas le pas d’offrir un forum de discussion aux chercheurs.  Je persiste à penser que le débat dans son ensemble s’appauvrit ainsi: en effet, si les chercheurs pouvaient adresser leur remarques sur le site même de l’institution, au sein d’un forum qui serait bien sûr modéré, ils seraient poussés à consulter l’entier du dossier, et à réfléchir à deux fois avant d’écrire. Un forum permettrait de façon claire de faire montre la qualité d’ensemble de la discussion de par l’émulation qu’il susciterait en permettant la publication de contre-arguments.

Enfin, on ne pourrait que souhaiter que la Divinity School se dote de compétences en Digital Humanities: un outil d’aggrégation des lieux de débats – twitt, radio, blogs, TV, etc. – serait on ne peut plus intéressant. Il y a donc encore de quoi faire en matière de gestion de ce cas selon une perspective de culture digitale, même si on ne peut qu’apprécier ce qui est déjà fait.

2.2 Les discours subséquents

Les blogs ou remarques sur facebook se multiplient à l’envi, mais on ne peut manquer d’être surpris par certaines réactions. Les réseaux sociaux permettent aux chercheurs d’écrire plus vite, mais parfois à l’emporte-pièce, leurs réactions.

– Il y a les chercheurs qui restent en retrait et s’abstiennent par élitisme de bon ton, cCapture d’écran 2014-04-13 à 20.25.03omme celui-ci sur son site facebook:

 

– Il y a les chercheurs qui ne prennent pas le temps de regarder en détails le dossier, comme Candida Moss qui dit sur son site que «unfortunately, the papyrus was too fragile to allow for carbon testing of the ink». Or au contraire, le site de Harvard explique que «James Yardley, Senior Research Scientist in the Center for Integrated Science and Engineering, Columbia University, and Alexis Hagadorn, Head of Conservation at Columbia University Libraries, used a technique called micro-Raman spectroscopy to determine that the carbon character of the ink matched samples of other papyri that date from the first to eighth centuries CE».

– Il y a les chercheurs, comme Larry Hurtado, qui tentent de renvoyer en corner cette représentation de Jésus en l’imaginant venue de l’Islam, en raison de la datation du papyrus: «in fact, the fragment might reflect in some way the influence of Islamic ideas about Jesus». Or c’est négliger les traces anciennes de cette représentation dans le christianisme lui-même, comme je l’ai souligné au point 1. Par ailleurs, comme Karen King le rappelle, «the Qur’an does not state specifically that Jesus was married». Les échanges d’idées entre Islam et textes apocryphes chrétiens sont nombreux (par exemple, cf. la Vie de Jésus en arabe). Ce fragment est à lire dans cette période historique, mais l’idée d’un Jésus avec une compagne ne peut en aucune manière être rapporté à une influence islamique.

– Ou encore, il y a les chercheurs comme Brice C. Jones, qui trouve qu’on ferait mieux de s’intéresser à leur papyrus qu’à celui-ci, et taxe le thème d’occidento-centré: «the discussions about the GJW are a product of Western political, economic, and social interests». A vrai dire, c’est bien plutôt face à un discours à contre-courant que nous place cet épisode, comme je vais le conclure.

3) Conclusion: faut-il parler de ce manuscrit?

A première vue, dans la mesure où ce document ne change rien ni pour ce qui concerne le Jésus historique, ni théologiquement d’un point de vue protestant, ni n’amène de tsunami pour ce qu’on savait des opinions de certains mouvements chrétiens anciens (cf. EvPhil 59,6-11, cité plus haut), mérite-t-il en effet toute cette effervescence? J’aurais spontanément répondu plutôt non, à part son aspect de test de la nouvelle culture digitale académique, comme je l’avais élaboré en 2012. Au vu des réactions soulignées en 2.2, je porte aujourd’hui un regard un peu différent, notamment pour deux raisons.

Premièrement, cette effervescence montre qu’un des grands tournants de la culture digitale est en train de faire son chemin par-delà les passionnés de manuscrits: un public de plus en plus large, chercheurs et quidam confondus, est en train de réaliser que nous faisons face désormais à des documents, et non plus à des textes. Ce n’est que le début d’un séisme: qui sait en effet, par exemple, que nous n’avons pas d’exmplaire complet de l’Evangile selon Marc antérieur au 4ème siècle? Cet évangile est très mal documenté, nous n’en avons que peu de papyrus anciens, et toujours fragmentaires. Voilà la réalité documentaire pour cet Evangile toujours considéré par la critique moderne comme le plus authentique, et gravé comme un texte des années 60 dans les consciences des exégètes. Si la culture imprimée avait intronisé le statut de «l’oeuvre» et du «texte», la culture digitale nous met radicalement face aux documents. C’est un autre continent de notre rapport à la textualité qui s’annonce, et l’impact de cet épisode le souligne.

Deuxièmement, il est intriguant de voir la vivacité des réactions de plusieurs chercheurs, alors même que tant du point de vue du contenu que de la datation, il n’y a pas de scoop total dans cette affaire. Deux mille ans plus tard, il reste de fait perturbant pour la majorité des théologiens chrétiens de voir des textes anciens indiquer le couple comme un chemin de spiritualité possible, et accorder à la femme la dignitié de dire quelque chose sur ce sujet. Mardi soir 15 avril, Stéphane Bern invite exclusivement des hommes à s’exprimer dans son émission sur le Jésus de l’histoire: gageons qu’on n’y parlera en tous cas pas de l’«Evangile de la femme de Jésus», ni sans doute de l’Evangile de Marie. Chaque année, je lis avec les étudiant(e)s ce passage de la fin de cet évangile apocryphe (composé sans doute dans la 2ème moitié du 2ème siècle). Il faudra poursuivre.

Evangile selon Marie 17,10- 18,11: «André prit la parole et dit à (ses) frères: «Dites, que pensez-vous de ce qu’elle vient d’affirmer? Pour ma part, je ne crois pas que le Sauveur ait dit cela. Car, semble-t-il, ces enseignements diffèrent par la pensée». Pierre prit la parole et, discutant de questions du même ordre, il les interrogea sur le Sauveur: «Est-il possible qu’il se soit entretenu avec une femme en secret – à notre insu – et non ouvertement si bien que nous devrions, nous, former un cercle et tous l’écouter? Il l’aurait choisie, de préférence à nous?». Alors Marie se mit à pleurer. Elle dit à Pierre: «Pierre, mon frère, que vas-tu donc penser? Crois-tu que c’est toute seule dans mon coeur que j’ai eu ces pensées ou que, à propos du Sauveur, je mente?». Lévi prit la prole et dit à Pierre: «Pierre, depuis toujours tu es un tempérament bouillant, je te vois maintenant argumenter contre la femme comme un adversaire. Pourant, si le Sauveur l’a rendue digne, qui es-tu, toi, pour la rejeter?».

Claire Clivaz

Claire Clivaz is Head of Digital Enhanced Learning at the Swiss Institute of Bioinformatics (VITAL-IT, Lausanne, CH) and belongs to an interdisciplinary team that started the Digital Humanities in Switzerland since 2011. She is also a member of the LADHUL (www.unil.ch/ladhul). This blog assumes to developp opinions and discussions on all the events and problematics around the Digital Humanities, particularly in the French speaking aerea.

Claire Clivaz est Head of Digital Enhanced Learning à l’Institut Suisse de Bioinformatique (Lausanne, CH) et appartient à une équipe interdisciplinaire qui a lancé les Humanités Digitales en Suisse depuis 2011. Elle est membre du Ladhul (www.unil.ch/ladhul). Ce blog se propose de présenter et développer des sujets de discussions sur les événements et problématiques touchant aux Humanités Digitales, notamment dans l’ère linguistique et culturelle francophone.

More Posts - Website

Les Humanités Digitales: un shaker pour servir les cocktails du savoir de demain

C’est dans le cadre des journées bordelaises 2013 des Humanités Digitales (3-4 avril) que j’ai proposé cette métaphore rapidement twittée par Olivier LeDeuff. En effet, à mon sens, après deux générations de travaux entre Humanités, puis Sciences Sociales, et informatique, le succès fulgurant du nom Digital Humanities indique non pas tant l’émergence d’un nouveau champ d’études, mais le marquage institutionnel fort BG6Z_9kCIAEh92Rd’un tournant épistémologique. Depuis l’énonciation du terme (par oral en 2001, par écrit en 2005 dans le Companion to the Digital Humanities), nous sommes à mon sens en train de traverser une vingtaine d’années de transition culturelle.

J’ouvre le pari que, tels des M. et Mme Jourdain, nous auront réalisé à la fin de la traversée que les Humanités (SHS tout compris) seront devenues digitales: le qualificatif tombera par évidence.

C’est bien ce qui inviterait à penser à des doctorats avec mention DH, plutôt qu’à des doctorats en DH. Ou à créer des crédits de master en spécialisation DH, plutôt que des master en DH. Il s’agit d’accompagner la transition de tous, plutôt que de créer un nouveau champ.

C’est dans cet esprit que s’est ouvert à l’Université de Lausanne le LADHUL, Laboratoire des cultures et humanités digitales de l’Université dCapture d’écran 2013-04-07 à 12.42.23e Lausanne, comme plateforme interfacultaire (description et inscription ici).

C’est dans cet esprit que l’équipe bordelaise, sous l’égide de Valérie Carayol, a rassemblé 8 laboratoires pour lancer une dynamique Humanités Digitales: l’accueil fut magnifique pour ces journées d’avril, un grand merci! Les vidéos et slides seront bientôt à disposition online. Site du colloque: http://www.msha.fr/ihdb/je2013/

Vive les Humanités Digitales, shakers d’aujourd’hui pour les cocktails du savoir de demain!

 

Claire Clivaz

Claire Clivaz is Head of Digital Enhanced Learning at the Swiss Institute of Bioinformatics (VITAL-IT, Lausanne, CH) and belongs to an interdisciplinary team that started the Digital Humanities in Switzerland since 2011. She is also a member of the LADHUL (www.unil.ch/ladhul). This blog assumes to developp opinions and discussions on all the events and problematics around the Digital Humanities, particularly in the French speaking aerea.

Claire Clivaz est Head of Digital Enhanced Learning à l’Institut Suisse de Bioinformatique (Lausanne, CH) et appartient à une équipe interdisciplinaire qui a lancé les Humanités Digitales en Suisse depuis 2011. Elle est membre du Ladhul (www.unil.ch/ladhul). Ce blog se propose de présenter et développer des sujets de discussions sur les événements et problématiques touchant aux Humanités Digitales, notamment dans l’ère linguistique et culturelle francophone.

More Posts - Website

Vannevar Bush l’avait dit en 1945…

«There is a new profession of trail blazers, those who find delight in the task of establishing useful trails through the enormous mass of the common record».

«As We May Think», The Atlantic Journal, 1945, http://www.theatlantic.com/magazine/archive/1945/07/as-we-may-think/303881/

images
http://lis201-section309.blogspot.ch/2012/10/memex_3415.html

[…] «

Wholly new forms of encyclopedias will appear, ready made with a mesh of associative trails running through them, ready to be dropped into the memex and there amplified. The lawyer has at his touch the associated opinions and decisions of his whole experience, and of the experience of friends and authorities. The patent attorney has on call the millions of issued patents, with familiar trails to every point of his client’s interest. The physician, puzzled by a patient’s reactions, strikes the trail established in studying an earlier similar case, and runs rapidly through analogous case histories, with side references to the classics for the pertinent anatomy and histology. The chemist, struggling with the synthesis of an organic compound, has all the chemical literature before him in his laboratory, with trails following the analogies of compounds, and side trails to their physical and chemical behavior.

The historian, with a vast chronological account of a people, parallels it with a skip trail which stops only on the salient items, and can follow at any time contemporary trails which lead him all over civilization at a particular epoch. There is a new profession of trail blazers, those who find delight in the task of establishing useful trails through the enormous mass of the common record. The inheritance from the master becomes, not only his additions to the world’s record, but for his disciples the entire scaffolding by which they were erected. […]».

».

Claire Clivaz

Claire Clivaz is Head of Digital Enhanced Learning at the Swiss Institute of Bioinformatics (VITAL-IT, Lausanne, CH) and belongs to an interdisciplinary team that started the Digital Humanities in Switzerland since 2011. She is also a member of the LADHUL (www.unil.ch/ladhul). This blog assumes to developp opinions and discussions on all the events and problematics around the Digital Humanities, particularly in the French speaking aerea.

Claire Clivaz est Head of Digital Enhanced Learning à l’Institut Suisse de Bioinformatique (Lausanne, CH) et appartient à une équipe interdisciplinaire qui a lancé les Humanités Digitales en Suisse depuis 2011. Elle est membre du Ladhul (www.unil.ch/ladhul). Ce blog se propose de présenter et développer des sujets de discussions sur les événements et problématiques touchant aux Humanités Digitales, notamment dans l’ère linguistique et culturelle francophone.

More Posts - Website

How to avoid the return of the risks of the Classical Age in the Digital Humanities?

This article has been corrected by Jon Wilcox (UK), after a first automatized translation from my French blog article.

Nobody likes the role of Cassandra. However, since my presentation in the Symposium in August 2011, my fear of a return of the Classical Age in the approach to knowledge has increased every day. Rather than enable the multidisciplinary research team to interrogate from, and engage with, different points of view, the machinery to standardise knowledge that the Digital Humanities represents could once again expel différance and the asymmetry, to take the words of Derrida. I ask myself this face-to-face with the “object-centred” approach which promises us a global, transparent and unequivocal knowledge base. ”OCHRE” (Object-centred high-level reference ontology) comes from Leipzig.

To take an example of the dangers of such an approach and which urgently requires  multi-disciplinary research, let us consider the “computer graphics” of the English version of the “miserable” Jeff Clarke, very judiciously presented in French by the Pegasus Data team (here Yannick Rochat) on their website. Rochet commenced with an excellent review, which continues in the blog discussion. I add here some thoughts on this ‘infographic’ that visually represents some quantitative data of an English translation of les Misérables:

Interdisciplinary teams are necessary if we are to understand how to connect and relate all quantitative and qualitative analysis in the humanities, as is the practice of the social sciences. The social sciences integrate the qualitative with the quantitative, sometimes with a great deal of pain and effort. The humanities will have to proclaim the right to the qualitative in the wave of the quantitative. Indeed, I imagine already primary and secondary school teachers filling with beautiful coloured paintings their classes about French Literature…practical, effective, aesthetic: the children and young people will develop a taste for it very quickly!

It is clear that Clarke’s infographics are all based on the choice of translation from French into English. It seems to me we must consider this infographic from the perspective of “versioning” of les Misérables. This is not an analysis of les Misérables, but a version of it, in a dated English translation. A text – and its rewriting – can no longer be regarded as a fixed and stable entity. When technologically re-produced, that which proceeds is only ever a “version” of the text. This is what led the research team of Homer Multitexte to start quoting verses of The Iliad by “manuscript”; by “version” rather than text. Even the concept of archiving is undoubtedly moving towards this “versioning”, via the regular recording of what we want to retain, which will necessarily evolve over time.

It is seriously cringe-worthy to read in Clarke’s first infographic (image above) that there is ‘positive’ words, such as “love”, and negative ones. A century of psychoanalysis has shown us that a “mother who loves her child”, is potentially ambiguous for the rest of the story… If there is “absolute values” in words (to combine the language of mathematics and literature), then perhaps we could be certain! But the peculiarity of language is its ambiguity, its floating appearance. All human sciences are built on the small percentage of meaning which always escapes all ontologies, because it is not possible to equate totally “words and things”, to quote Foucault. The celebrated French thinker has rightly diagnosed the reign of the novel in the 19th century as the revenge of language of its “canning” in the Classical Age. Since all of this has been said and thought, we will not reproduce at the end of post-modernity a Classical Age part 2!

To say, as Clarke does, that the frequency determines the importance of the characters is reductive. The concepts of the butterfly effect and of serendipity, well remind us that it may be those characters mentioned on just a few pages, or even in two paragraphs, that will change everything. In this beautiful and breathtaking meeting across fields and genres, it would be appropriate to talk of the Digital Humanities as being not just a meeting between geeks and poets, but perhaps between geeks, poets and philosophers, to extending the expression of Martin Foys in the NY Times.

 

Claire Clivaz

Claire Clivaz is Head of Digital Enhanced Learning at the Swiss Institute of Bioinformatics (VITAL-IT, Lausanne, CH) and belongs to an interdisciplinary team that started the Digital Humanities in Switzerland since 2011. She is also a member of the LADHUL (www.unil.ch/ladhul). This blog assumes to developp opinions and discussions on all the events and problematics around the Digital Humanities, particularly in the French speaking aerea.

Claire Clivaz est Head of Digital Enhanced Learning à l’Institut Suisse de Bioinformatique (Lausanne, CH) et appartient à une équipe interdisciplinaire qui a lancé les Humanités Digitales en Suisse depuis 2011. Elle est membre du Ladhul (www.unil.ch/ladhul). Ce blog se propose de présenter et développer des sujets de discussions sur les événements et problématiques touchant aux Humanités Digitales, notamment dans l’ère linguistique et culturelle francophone.

More Posts - Website

D. Fiormonte: Humanités Digitales et Sciences Sociales: un mariage conclu dans les cieux

En ce 31 janvier 2013, l’Université de Lausanne ouvre son «Laboratoire d’Humanités Digitales de l’Université de Lausanne (LADHUL)», interfacultaire et ancré dans la Faculté des Sciences Sociales et Politiques. Des informations plus détaillées suivront ici. Unil et EPFL vont ainsi pouvoir continuer de pair l’aventure des «Humanités Digitales» sur le campus lausannois, en se préparant notamment au DH 2014 (6-13 juillet 2014).

Pour fêter cet heureux événement, Domenico Fiormonte (Roma Tre) nous offre un beau texte sur la rencontre entre Humanités Digitales et Sciences Sociales, que j’ai traduit en français. Pour la version italienne et un commentaire de l’auteur, voir ici.

 

Humanités Digitales et Sciences Sociales : un mariage conclu dans les cieux

Domenico Fiormonte, Université de Roma Tre (IT)

Il existe de nombreuses définitions des Humanités Digitales, au moins autant qu’on compte d’écoles européennes et nord-américaines, qui, de manière indépendante, ont trouvé leur origine dans l’application des méthodes informatiques aux disciplines humanistes. Mais il est sans doute utile de commencer par clarifier un point de terminologie. Le mot anglais Humanities vient, comme nous le savons, du latin studia humanitatis, labellisé à la fin du Moyen-Age/début de la Renaissance, pour désigner un courant d’études qui comprenait la grammaire, la rhétorique, la poésie, l’histoire, la philosophie morale, mais également l’arithmétique et la dialectique. Toutefois, le terme humanitas, en latin classique, a désigné, pour nous les modernes, quelque chose qui s’approche de «civilisation», c’est-à-dire d’un style de vie et de pensée inspiré par des valeurs déterminées – retenues comme universelles. De telles valeurs, transformées et réinterprétées, ont assumé une fonction «prescriptive» et ont déterminé un curriculum à partir du XVIIIème siècle, en particulier grâce à l’élan des Lumières françaises et de l’Aufklärung allemande. Au siècle suivant se sont confirmées de nouvelles disciplines et savoirs (sociologie, psychologie, anthropologie, etc.) qui, de concert avec certaines «migrations» – par exemple philosophie et histoire ont toujours été à cheval entre les sciences humaines et les «humanités» -, ont conduit à la naissance du déploiement des «sciences humaines». Cette expression a fait florès avant tout dans le monde francophone, alors que le monde anglo-saxon a préféré Social Sciences (vs. Arts and the Humanities), augmentant ainsi la Babel académique.

 

Que reste-t-il aujourd’hui d’une histoire si complexe à l’intérieur des lieux de formation occidentaux ? Difficile de le dire. Mais si cette question avait peut-être encore un sens hier, elle ne l’a plus aujourd’hui. Parce qu’il est évident que la dimension digitale de la connaissance (production, transmission, accès) a abattu les barrières créées au 19ème siècle pour diviser les disciplines «scientifiques», basées sur une méthode expérimentale, et les disciplines humanistes, traditionnellement spéculatives. Toutes les différentiations de ce type apparaissent aujourd’hui non seulement comme un résidu académique anachronique, mais aussi comme un obstacle pesant à l’innovation.

 

Si nous nous tournons maintenant vers les HD, je choisirai une définition récente, qui me semble très utile pour illustrer la rigidité futile des divisions disciplinaires actuelles :

(…) the proper object of Digital Humanities is what one might call “media consciousness” in a digital age, a particular kind of critical attitude analogous to, and indeed continuous with, a more general media consciousness as applied to cultural production in any nation or period. Such an awareness will begin in a study of linguistic and rhetorical forms, but it does not stop there. (…) Digital Humanities has also a reciprocal and complementary project. Not only do we study digital media and the cultures and cultural impacts of digital media; also we are concerned with designing and making them. (W. Piez, “Something called Digital Humanities”.

http://digitalhumanities.org/dhq/vol/2/1/000020/000020.html

 

Dans cette définition sont comprises au moins quatre ou cinq disciplines différentes, que nous trouvons aujourd’hui réparties dans différentes facultés : non seulement les langues et les littératures, mais aussi la sociologie de la communication, les études anthropologiques et éthnographiques sur les nouveaux média, l’archivistique, la bibliothéconomie, le patrimoine culturel, et bien sûr, l’informatique.

 

Mais les raisons pour lesquelles il est inutile et nuisible de circonscrire les Humanités Digitales au plan historico-littéraro-linguistique – à part les motifs d’ordre pratique, puisque que nous savons que Social Sciences et Humanités font partie ensemble du secteur «SH» du Conseil Européen de la Recherche) –, sont avant tout d’ordre épistémologique et méthodologique.

 

Du point de vue épistémologique, je crois que le terme central est la redéfinition des objets de connaissance, soit de leurs supports et de leur forme. De tels objets sont devenus perenni mutanti, en sorte à ne plus pouvoir être étudiés et analysés d’un seul point de vue. Je donnerai un seul exemple : le concept de «document». La codification digitale d’un document, de quelque nature qu’il soit (écrit, oral, filmé, etc.), est aujourd’hui un des terrains les plus importants de redéfinition de la connaissance. Avant tout parce que nous savons que toute codification est un acte herméneutique. L’enjeu n’est pas seulement découvrir l’entropie informative du passage du support analogique au digital (qu’on considère l’aspect singulier de l’alphabet hangeul ou le manuscrit d’un auteur canonique), mais c’est aussi choisir ce qu’on conserve et transmet, et comment on le fait. Il ne s’agit pas seulement de dénoncer les limites et les implications géopolitiques de l’algorithme de Google et la commercialisation de notre identité par les média sociaux. L’enjeu est plus profond. Par exemple, pouvons-nous parler aujourd’hui des droits humains sans évoquer en même temps les procédures et les valeurs qui sont médiatisées par les pratiques discursives, les documents et les flux informatifs largement dépendants (je dirais dépendants quant à leur processus même) des technologies informatiques ? L’intervention du sociologue ne peut cependant prendre place seulement en tant que processus achevé, parce que chaque étape du processus de digitalisation (ou production native) – des représentations digitales d’un passage singulier à un produit complet de communication – présente des revers sémiotiques, sociaux, culturels, politiques, etc.

La question méthodologique se résume à ces énoncés, quand bien même elle appelle une auto-réflexion ultérieure (et probablement une auto-critique). Nous avons tous à faire avec des standards, des instruments et des ressources qui influencent et informent notre recherche et notre didactique. Mais l’attrait de nos regards pour les instruments dont nous faisons usage est le plus souvent passif. Chercher à avoir un mot à dire dans le processus de construction de tels instruments et ressources est vital pour garantir non seulement l’efficacité, mais aussi pour éviter les usages détournés, anti-démocratiques et socialement injustes. Les problématiques de la représentation, de la production, de l’accès et de la transmission des savoirs dans les dimensions digitales devraient toutes être conduites à l’articulation des sciences humaines et sociales.

Pour conclure, donc, comment pouvons-nous penser l’affrontement de tous ces défis sans une alliance entre sciences sociales, sciences informatiques et sciences humaines ? D’un certain point de vue, la route conduisant à ce mariage est amplement tracée. Elle a été indiquée, dans les années 50-60, par des pionniers comme Pierre Bourdieu, Régis Debray, Umberto Eco, Jack Goody, Eric Havelock, Harold Innis, André Leroi-Gourhan, Bruno Latour, Marshall McLuhan, Edgar Morin, Walter Ong, Raymond Williams, etc. Je vous souhaite à tous que le Laboratoire des Cultures et Humanités Digitales de l’Université de Lausanne sache relever ce défi magnifique.

Traduction C. Clivaz, Unil

 

Claire Clivaz

Claire Clivaz is Head of Digital Enhanced Learning at the Swiss Institute of Bioinformatics (VITAL-IT, Lausanne, CH) and belongs to an interdisciplinary team that started the Digital Humanities in Switzerland since 2011. She is also a member of the LADHUL (www.unil.ch/ladhul). This blog assumes to developp opinions and discussions on all the events and problematics around the Digital Humanities, particularly in the French speaking aerea.

Claire Clivaz est Head of Digital Enhanced Learning à l’Institut Suisse de Bioinformatique (Lausanne, CH) et appartient à une équipe interdisciplinaire qui a lancé les Humanités Digitales en Suisse depuis 2011. Elle est membre du Ladhul (www.unil.ch/ladhul). Ce blog se propose de présenter et développer des sujets de discussions sur les événements et problématiques touchant aux Humanités Digitales, notamment dans l’ère linguistique et culturelle francophone.

More Posts - Website

Comment éviter le retour des travers de l’Age Classique dans les DH?

Personne n’aime endosser un rôle de Cassandre. Pourtant, depuis que je l’avais énoncé en colloque en août 2011, ma crainte d’un retour des travers de l’Age Classique dans l’approche du savoir se renforce chaque jour davantage: à moins de mener les recherches en équipe pluridisciplinaires s’interpellant depuis différents points de vue, les machines à standardiser la connaissance pourraient une nouvelle fois expulser la différance et l’assymétrie, pour reprendre les termes chers à Derrida. Je m’interroge devant les approches «object-centered» qui nous promettent un savoir global, transparent et non équivoque. «OCHRE» (Object-centered high-level reference ontology) nous vient de Leipzig.

Comme autre exemple qui demande urgemment un travail en équipe multi-disciplinaire, il y a cette «infographie» de la version anglaise des «Misérables» de Jeff Clarke, très judicieusemement présentée en français par l’équipe de Pégasus Data (ici Yannick Rochat) sur leur site. Y. Rochat en amorce une très bonne critique, qui se poursuit dans le blog de discussion. J’ajoute ici quelques réflexions sur cette infographie qui met en représentations visuelles certaines données quantitatives de cette traduction anglaise des Misérables, tel ceci:

Des équipes interdisciplinaires sont nécessaires pour comprendre comment associer analyse quantitative et qualitative en sciences humaines, toute comme le font les science sociales. Les sciences sociales intègrent le qualitatif au quantitatif, parfois dans l’effort et la douleur; les sciences humaines vont devoir clamer le droit au qualitatif dans la déferlante du quantitatif. J’imagine en effet déjà les enseignants du primaire et secondaire remplir de jolis tableaux en couleur les salles de classe de littérature française… Pratique, efficace, esthétique: les enfants et jeunes y prendront goût très vite!

Il est clair que les infographies de Clarke reposent toutes sur les choix de traduction du français en anglais. Il me semble qu’il faut considérer cette infographie dans une perspective de «versionning» des Misérables. Ce n’est pas une analyse des Misérables, mais de la version n° XX des Misérables, dans une traduction anglaise datée. Un texte – et ses réécritures – ne peut plus être considéré comme une entité fixe et stable. On travaillera informatiquement toujours sur une «version» du texte. C’est ce qui amène l’équipe d’Homère Multitexte à commencer à citer les versets de l’Iliade par «manuscrit», par «version» donc du texte. Le concept d’archivage même est sans doute appeler à évoluer vers du «versionning», via des enregistrements réguliers de ce qu’on veut garder et qui va forcément évoluer au cours du temps.

Cela fait sérieusement grincer des dents de lire dans la première infographie de Clarke (image ci-dessus) qu’il y aurait des mots «positifs», tel «amour», et des mots négatifs. Un bon siècle de psychanalyse nous a pourtant montré qu’une «mère qui aime son enfant», c’est potentiellement ambigu pour la suite de l’histoire… S’il y avait des «valeurs absolues» aux mots (pour mixer les langues mathématiques et littéraires), on le saurait! La particularité du langage est son ambiguité, son aspect flottant. Toutes les sciences humaines se sont construites sur le petit pourcentage de sens qui échappera toujours à toutes les ontologies, car il n’est pas possible de mettre totalement en équation «les mots et les choses», pour reprendre Foucault. Le célèbre penseur a à juste titre diagnostiqué le règne du roman au 19ème comme la revanche du langage sur «sa mise en boîte» à l’Age Classique. Puisque tout cela a été dit et pensé, nous n’allons tout de même pas reproduire au sortir de la post-modernité un Age Classique 2!

Dire, comme le fait Clarke, que la fréquence détermine l’importance des personnages est réducteur. Les concepts d’effet papillon, de sérendipité, nous rappellent bien que c’est peut-être le personnage mentionné le temps de quelques pages, ou même de deux paragraphes, qui va tout changer. Dans cette belle et ébouriffante rencontre par-delà les champs et les genres, il conviendrait que les Humanités Digitales ne soient pas seulement une rencontre entre geeks et poètes, mais sans doute aussi entre geeks, poètes et philosophes, en élargissant l’expression de Martin Foys dans le NY Times.

Claire Clivaz

Claire Clivaz is Head of Digital Enhanced Learning at the Swiss Institute of Bioinformatics (VITAL-IT, Lausanne, CH) and belongs to an interdisciplinary team that started the Digital Humanities in Switzerland since 2011. She is also a member of the LADHUL (www.unil.ch/ladhul). This blog assumes to developp opinions and discussions on all the events and problematics around the Digital Humanities, particularly in the French speaking aerea.

Claire Clivaz est Head of Digital Enhanced Learning à l’Institut Suisse de Bioinformatique (Lausanne, CH) et appartient à une équipe interdisciplinaire qui a lancé les Humanités Digitales en Suisse depuis 2011. Elle est membre du Ladhul (www.unil.ch/ladhul). Ce blog se propose de présenter et développer des sujets de discussions sur les événements et problématiques touchant aux Humanités Digitales, notamment dans l’ère linguistique et culturelle francophone.

More Posts - Website

Des rencontres doctorales par-delà la frontière sciences humaines / sciences dures à Lausanne (CH)

Cette année 2013 démarre à Lausanne (CH) sur les chapeaux de roue digitaux.

Convaincus que la nouvelle académie et les futures structures de recherches seront pensées et portées par la génération des «born digital», une équipe de chercheurs lausannois a ouvert ce vendredi 11 janvier un groupe de doctorants impliqués en Humanités Digitales et provenant des sciences humaines, sociales et des nouvelles technologies.

Par-delà les divisions nées au 19ème siècles entre sciences dites humaines et sciences dures, il s’agit de retrouver les «Humanités» dans leur sens générique, comprenant sciences humaines, sociales et techniques, et mettant l’humain au centre des recherches. La remise en question des modèles scientifiques et académiques et tout aussi grande pour des branches comme la biologie, la physique ou la chimie que pour l’histoire, la codicologie ou la sociologie. Le mailström digital vient bousculer tous les domaines de recherche, telle est la conviction de l’équipe DH lausannoise.

L’expérience va culminer dans une école d’été DH à Berne (CH), du 26 au 29 juin:

http://www.dhsummerschool.ch/

Une doctorante du labo junior DH de l’ENS de Lyon, Cécile Armand, était présente et a fait un compte-rendu de la séance de ce 11 janvier 2013:

http://dhlyon.hypotheses.org/47

Une première série de présentations de travaux de doctorants auront lieu jusqu’en mars 2013, et sont annoncées dans cet article; site: http://dhlausanne.ch/.

A Berne, les grands noms des Digital Humanities seront présents, dont Ray Siemens et Susan Schreibman, pour initier doctorants et chercheurs de Suisse au Digital Humanities, du 26 au 29 juin 2013, avant le grand rendez-vous du DH 2014, du 6 au 12 juillet 2014 à Lausanne (Unil et EPFL).

Claire Clivaz

Claire Clivaz is Head of Digital Enhanced Learning at the Swiss Institute of Bioinformatics (VITAL-IT, Lausanne, CH) and belongs to an interdisciplinary team that started the Digital Humanities in Switzerland since 2011. She is also a member of the LADHUL (www.unil.ch/ladhul). This blog assumes to developp opinions and discussions on all the events and problematics around the Digital Humanities, particularly in the French speaking aerea.

Claire Clivaz est Head of Digital Enhanced Learning à l’Institut Suisse de Bioinformatique (Lausanne, CH) et appartient à une équipe interdisciplinaire qui a lancé les Humanités Digitales en Suisse depuis 2011. Elle est membre du Ladhul (www.unil.ch/ladhul). Ce blog se propose de présenter et développer des sujets de discussions sur les événements et problématiques touchant aux Humanités Digitales, notamment dans l’ère linguistique et culturelle francophone.

More Posts - Website

Ebook published: Reading Tomorrow/ Lire Demain, PPUR, Lausanne, 2012

Voici paru l’ebook du premier colloque en Suisse d’Humanités Digitales, qui a eu lieu à Lausanne en août 2011. On pourra se le procurer sur ce site pour 17frs50:

http://www.ppur.com/produit/549/9782889141494/Lire%20demain

Plus de quarante contributions y figurent, en français ou en anglais, parfois dans les deux langues.

79 pages peuvent être consultées online gratuitement:

Des chercheurs de différents horizons réfléchissent à la transformation en cours des supports scientifiques et de leurs techniques de recherche. Plus généralement, ils envisagent les modes de lecture/écriture émergents, liés à l’évolution de l’internet et aux technologies de lecture digitale. Cet ouvrage propose un tour d’horizon de l’histoire de la lecture et des littératies, c’est- à-dire des diverses formes du « savoir-lire », ainsi qu’une large réflexion épistémologique sur les nouvelles formes de communication savante engendrées par la révolution de la dématérialisation de la lecture. Une version ebook propose une publication élargie, enrichie de différents liens multimédia, regroupant toutes les conférences du premier colloque lausannois sur les Humanités Digitales. Edité par Claire Clivaz, Jérôme Meizoz, François Vallotton, Joseph Verheyden. Avec la collaboration de Benjamin Bertho.

Claire Clivaz

Claire Clivaz is Head of Digital Enhanced Learning at the Swiss Institute of Bioinformatics (VITAL-IT, Lausanne, CH) and belongs to an interdisciplinary team that started the Digital Humanities in Switzerland since 2011. She is also a member of the LADHUL (www.unil.ch/ladhul). This blog assumes to developp opinions and discussions on all the events and problematics around the Digital Humanities, particularly in the French speaking aerea.

Claire Clivaz est Head of Digital Enhanced Learning à l’Institut Suisse de Bioinformatique (Lausanne, CH) et appartient à une équipe interdisciplinaire qui a lancé les Humanités Digitales en Suisse depuis 2011. Elle est membre du Ladhul (www.unil.ch/ladhul). Ce blog se propose de présenter et développer des sujets de discussions sur les événements et problématiques touchant aux Humanités Digitales, notamment dans l’ère linguistique et culturelle francophone.

More Posts - Website

«Humanités Digitales»: mais oui, un néologisme consciemment choisi! Suite

Texte retravaillé le lundi 28 octobre 2013, pour penser ces «Humanités Digitales» comme un shaker pour préparer les coktails du savoir de demain!

L’usage en français de l’expression «Humanités Digitales» a démarré à l’Université de Bordeaux 3 dès 2008, et à celle de Lausanne en 2010, sans qu’il n’y ait eu de contact entre les groupes de chercheurs des deux universités. Depuis 2013, la Suisse compte 3 laboratoires d’Humanités Digitales, à l’Université de Bâle, à l’EPFL et à l’Université de Lausanne.

L’apparition d’un néologisme tient du fait de société, et demandera bien du temps pour être analysé. De fait, les discussions sur ce thème sont en pleine effervescence, d’où la réécriture de ce blog, qui ignorait encore en septembre 2012, lors de sa première rédaction, l’antériorité de l’usage bordelais. En l’état actuel des débats, je vais renvoyer ci-dessous à la bibliographie sur la question, la complétant au fur et à mesure.

Je soulignerai simplement ici qu’ «ordinateur» ou l’anglais «computer» désignent un concept cérébral. Or, d’une part, avec la culture de l’iphone/ipad, nous entrons en contact avec le monde digital avec nos doigts. C’est un tournant que le directeur des bibliothèques de Harvard, Robert Darnton, illustre en évoquant le concept allemand de «Fingerspitzengefühl» dans The Case for Books: Past, Present, Future, PublicAffairs, 2009: “we find our way through the world by means of a sensory disposition that the Germans call Fingerspitzengefühl. If you were trained to guide a pen with your finger index, look at the way young people use their thumbs on mobile phones, and you will see how technology penetrates a new generation, body and soul” (p. XIII).

D’autre part, le chercheur en Humanités Digitales tient de l’Homo Faber et réellement fabrique, crée les nouvelles sciences humaines et sociales. C’est de ces nouveaux moyens d’expression culturelle et académique que naissent en un temps second les questions de recherche fondamentales, complètement transformées, comme l’exprimait en mai dernier un article du magazine de Harvard (Harvard Magazine article :  “Scholars traditionally begin projects by figuring out what the good research questions are in a given field, and connecting with others interested in the same topics; they then gather and organize data; then analyze it; and finally, disseminate their findings through teaching or publication. Scholarship in a digital environment raises questions about every aspect of this process. For example, in gathering and organizing data”).

En amont du débat (forcément en partie stérile) «numérique»/«digital», la question-clé est sans doute de se demander si ce flottement n’indique pas que c’est au terme d’«humanités» qu’il convient de porter attention, et qui est le véritable enjeu des transformations à l’oeuvre.

****************************************************

Indications bibliographiques (liste à compléter, toute suggestion bienvenue!):

Jeffrey Schnapp, Todd Presner et UCLA Digital Humanities & Media Studies (Mellon Seminar), Digital Humanities Manifesto 2.0, 2009, http://www.humanitiesblast.com/manifesto/Manifesto_V2.pdf

Michel Serres, Petite Poucette, Paris: Le Pommier, 2012.

Claire Clivaz, «Common Era 2.0. Mapping the Digital Era from Antiquity and Modernity», in Reading Tomorrow. From Ancient Manuscripts to the Digital Era / Lire Demain. Des manuscrits antiques à l’ère digitale, C. Clivaz – J. Meizoz – F. Vallotton – J. Verheyden (eds.), with Benjamin Bertho, Lausanne : PPUR, 2012, ebook, p. 23-60. Téléchargeable ici: http://www.ppur.org/produit/9782880749583; version française abrégée dans l’ebook.

Actes du THATCamp à Saint-Malo 2013, atelier 1: à paraître online bientôt

Voir aussi, dans la presse:

  • Hubert Guillaud, «La réalité augmentée au bout des doigts», Le Monde, 23.02.2009
  • Joëlle Fabre, «Le monde au bout des doigts. Humanités Digitales. Ressusciter le passé est l’une des promesses du savoir numérisé», 24Heures, 12.09.2013, p. 36.

Claire Clivaz

Claire Clivaz is Head of Digital Enhanced Learning at the Swiss Institute of Bioinformatics (VITAL-IT, Lausanne, CH) and belongs to an interdisciplinary team that started the Digital Humanities in Switzerland since 2011. She is also a member of the LADHUL (www.unil.ch/ladhul). This blog assumes to developp opinions and discussions on all the events and problematics around the Digital Humanities, particularly in the French speaking aerea.

Claire Clivaz est Head of Digital Enhanced Learning à l’Institut Suisse de Bioinformatique (Lausanne, CH) et appartient à une équipe interdisciplinaire qui a lancé les Humanités Digitales en Suisse depuis 2011. Elle est membre du Ladhul (www.unil.ch/ladhul). Ce blog se propose de présenter et développer des sujets de discussions sur les événements et problématiques touchant aux Humanités Digitales, notamment dans l’ère linguistique et culturelle francophone.

More Posts - Website

The Gene Ontology as a language: Investigating Gene Ontology annotations with Ziph’s law

Un envoi de Marc Robinson, lors d’un échange bio-informatique, médecine, humanités digitales.

Claire Clivaz

Claire Clivaz is Head of Digital Enhanced Learning at the Swiss Institute of Bioinformatics (VITAL-IT, Lausanne, CH) and belongs to an interdisciplinary team that started the Digital Humanities in Switzerland since 2011. She is also a member of the LADHUL (www.unil.ch/ladhul). This blog assumes to developp opinions and discussions on all the events and problematics around the Digital Humanities, particularly in the French speaking aerea.

Claire Clivaz est Head of Digital Enhanced Learning à l’Institut Suisse de Bioinformatique (Lausanne, CH) et appartient à une équipe interdisciplinaire qui a lancé les Humanités Digitales en Suisse depuis 2011. Elle est membre du Ladhul (www.unil.ch/ladhul). Ce blog se propose de présenter et développer des sujets de discussions sur les événements et problématiques touchant aux Humanités Digitales, notamment dans l’ère linguistique et culturelle francophone.

More Posts - Website

What does it mean a “fundamental research question” in DH?

Scholars reluctant to the DH scholarship often say: “OK… you build tools, you are able to deal with a huge amount of data, and what? What is the purpose? What do you get as new ideas, results?”. As far as I can see today, I guess that “fundamental research questions” are coming very often at a second time in the DH approach, by nature one can say, as I will argue.

With a lot of various scholars, I am also frustrated to see so often “fundamental research questions” apparently omitted. For example, I was this afternoon to a DH short paper here in Hamburg on “Experiments in Digital Philosophy” by Lou Bernard. The paper did not offer a word about a fundamental question in philosophy, but only questions regarding TEI encoding of texts and new ways to observe the academic production. Such a phenomenon occurs often in the DH papers. Why?

In May, an Harvard Magazine article clearly explained that “Scholars traditionally begin projects by figuring out what the good research questions are in a given field, and connecting with others interested in the same topics; they then gather and organize data; then analyze it; and finally, disseminate their findings through teaching or publication. Scholarship in a digital environment raises questions about every aspect of this process. For example, in gathering and organizing data”.

Digital Humanities are Humanities «made with the fingers», the «digitus» in Latin. Scholars have begun with a «Homo Faber» step in the DH scholarship, by litteraly «making» them. I am not arguing that it is good or not: it is the present situation. We are facing now a lot, a lot of diverse tools, particularly in the field of history, timelines and cartography representations, but we have got also a lot of diverse tools to analyze textuality. But – at a certain point – that’s logical.

Indeed, as the example developed by Debbie Rabina and Anthony Cocciolo this morning in their short paper shows, user research and user interaction can preceed and lead to theory and Humanities Content research (see the pattern below).

That’s the point: Humanities made with the fingers – Digital Humanities – open next to the research on the content and to reconsider then the produced tools again.

Claire Clivaz

Claire Clivaz is Head of Digital Enhanced Learning at the Swiss Institute of Bioinformatics (VITAL-IT, Lausanne, CH) and belongs to an interdisciplinary team that started the Digital Humanities in Switzerland since 2011. She is also a member of the LADHUL (www.unil.ch/ladhul). This blog assumes to developp opinions and discussions on all the events and problematics around the Digital Humanities, particularly in the French speaking aerea.

Claire Clivaz est Head of Digital Enhanced Learning à l’Institut Suisse de Bioinformatique (Lausanne, CH) et appartient à une équipe interdisciplinaire qui a lancé les Humanités Digitales en Suisse depuis 2011. Elle est membre du Ladhul (www.unil.ch/ladhul). Ce blog se propose de présenter et développer des sujets de discussions sur les événements et problématiques touchant aux Humanités Digitales, notamment dans l’ère linguistique et culturelle francophone.

More Posts - Website

Dh 2012 in Hamburg

The DH 2012 in Hamburg has started with a brilliant conference by Claudine Moulin, available here:

http://lecture2go.uni-hamburg.de/konferenzen/-/k/13910

Image

The first two workshop days were like a «caverne d’Ali Baba», with for example a meeting on the tool «Voyant», a funny new way to do literary analysis.

http://voyant-tools.org/

http://hermeneuti.ca/workshops/dh12

Good news: Lausanne (Unil and EPFL) will organize the DH 2014. DH 2013 will happen in Nebraska (16-22 July 2013).

Claire Clivaz

Claire Clivaz is Head of Digital Enhanced Learning at the Swiss Institute of Bioinformatics (VITAL-IT, Lausanne, CH) and belongs to an interdisciplinary team that started the Digital Humanities in Switzerland since 2011. She is also a member of the LADHUL (www.unil.ch/ladhul). This blog assumes to developp opinions and discussions on all the events and problematics around the Digital Humanities, particularly in the French speaking aerea.

Claire Clivaz est Head of Digital Enhanced Learning à l’Institut Suisse de Bioinformatique (Lausanne, CH) et appartient à une équipe interdisciplinaire qui a lancé les Humanités Digitales en Suisse depuis 2011. Elle est membre du Ladhul (www.unil.ch/ladhul). Ce blog se propose de présenter et développer des sujets de discussions sur les événements et problématiques touchant aux Humanités Digitales, notamment dans l’ère linguistique et culturelle francophone.

More Posts - Website

Pinterest

Pinterest, vous connaissez?

Ce tableau géant où il s’agit «d’épingler» (to pin) des images est en passe de devenir le 3ème réseau social derrière Facebook et Twitter chez nos voisins des USA, alors même qu’il n’existe encore qu’en version béta test (sur inscription).

http://pinterest.com/

C’est la revanche de l’image sur le texte qui ne survit plus qu’à l’état de commentaire! De manière ciblée, l’image exprime un contenu de manière ramassée, autrement que le texte. C’est la «littératie» plurielle à l’oeuvre: il ne manque plus que de pouvoir ajouter de la musique ou enregistrer le commentaire pour que l’oralité soit de la partie.

Voici la version «épinglée» de ce blog:

http://pinterest.com/pin/151363237446838972/

A vos «pins»d’été!

Claire Clivaz

Claire Clivaz is Head of Digital Enhanced Learning at the Swiss Institute of Bioinformatics (VITAL-IT, Lausanne, CH) and belongs to an interdisciplinary team that started the Digital Humanities in Switzerland since 2011. She is also a member of the LADHUL (www.unil.ch/ladhul). This blog assumes to developp opinions and discussions on all the events and problematics around the Digital Humanities, particularly in the French speaking aerea.

Claire Clivaz est Head of Digital Enhanced Learning à l’Institut Suisse de Bioinformatique (Lausanne, CH) et appartient à une équipe interdisciplinaire qui a lancé les Humanités Digitales en Suisse depuis 2011. Elle est membre du Ladhul (www.unil.ch/ladhul). Ce blog se propose de présenter et développer des sujets de discussions sur les événements et problématiques touchant aux Humanités Digitales, notamment dans l’ère linguistique et culturelle francophone.

More Posts - Website

Les «Born Digital» sont là

A l’évidence, la création de la culture digitale va prendre un tournant de plus en plus prononcé au fur et à mesure que la génération des «born digital» arrive. Ce sont ces jeunes qui dès l’enfance auront découvert l’accès à la culture et au monde via l’écran informatique, et dont le nom a été popularisé par l’ouvrage de John Paffrey et Urs Gasser (Born Digital, 2010).

C’est le cas d’Amanda Visconti, qui sur son blog affiche une photo d’elle enfant derrière l’ordinateur:Image

Cette jeune américaine vient de recevoir une «micro-bourse» de l’Association for Computers and the Humanities. En utilisant la plateforme de visualisation interactive GEPHI, elle permet de voir le flux des auteurs cité dans la revue Digital Humanities Quarterly.

Image

Entre la génération qui ne lâchera pas le livre papier et celle qui ne pourra plus penser autrement qu’en associant oral, visuel et écrit, la génération des quarantenaires occupe le rôle ardu mais décisif d’assurer malgré tout la transmission culturelle, par-delà la mutation complète de son support d’expression. Reste à savoir si cette génération saura être le héro d’une aventure qu’elle n’a pas consciemment choisie…

Claire Clivaz

Claire Clivaz is Head of Digital Enhanced Learning at the Swiss Institute of Bioinformatics (VITAL-IT, Lausanne, CH) and belongs to an interdisciplinary team that started the Digital Humanities in Switzerland since 2011. She is also a member of the LADHUL (www.unil.ch/ladhul). This blog assumes to developp opinions and discussions on all the events and problematics around the Digital Humanities, particularly in the French speaking aerea.

Claire Clivaz est Head of Digital Enhanced Learning à l’Institut Suisse de Bioinformatique (Lausanne, CH) et appartient à une équipe interdisciplinaire qui a lancé les Humanités Digitales en Suisse depuis 2011. Elle est membre du Ladhul (www.unil.ch/ladhul). Ce blog se propose de présenter et développer des sujets de discussions sur les événements et problématiques touchant aux Humanités Digitales, notamment dans l’ère linguistique et culturelle francophone.

More Posts - Website