Archives de catégorie : Jesus Wife Gospel

«Evangile de la femme de Jésus» (GJW): nouvel épisode

http://abcnews.go.com/blogs/headlines/2012/09/was-jesus-married-ancient-papyrus-mentions-his-wife/
http://abcnews.go.com/blogs/headlines/2012/09/was-jesus-married-ancient-papyrus-mentions-his-wife/

C’est bientôt Pâques, et voici que nous parvient le nouvel épisode de l’«Evangile de la femme de Jésus», suite à une publication d’un numéro qui lui est consacré dans l’Harvard Theological Review du 10 avril dernier, avec un résumé dans ce communiqué de presse. On trouvera ci-dessous trois types de réflexions sur ce fait typique de la culture «digitalo-académique» en émergence. A écouter également: une émission sur la radio suisse romande sur ce thème.

1) Réponses brèves aux questions récurrentes; 2) une analyse du point de vue de la culture digitale; 3) conclusion: faut-il parler de ce manuscrit?

1) Réponses brèves aux questions récurrentes

«Jésus était-il marié ou non?»: nous n’avons aucune documentation historique ancienne sur les années 12-29 ans de Jésus. Il a donc pu être marié ou non. Dans la période de son ministère, il est présenté comme un prédicateur itinérant sans attache. Il a pu pour ce faire quitter une vie de famille, à la mode de Nicolas de Fluë, ou non. Nous n’en savons rien.

«Si Jésus a été marié, cela change-t-il quelque chose théologiquement?»: pour la confession protestante, cela n’a aucun impacte particulier. On peut présupposer que cela soit problématique pour la confession catholique notamment, mais il est à noter qu’à ce jour, le site du Vatican ne mentionne absolument pas ce manuscrit, ni la thématique elle-même d’un Jésus marié, pour autant que j’ai pu le constater. (http://gsearch.vatican.va).

«Y a-t-il des sources anciennes qui présente Jésus avec une compagne?»: oui, par exemple l’Evangile selon Philippe 59,6-11, qui remonte au 2ème siècle : «Il y avait trois femmes qui étaient proches du Seigneur: sa mère Marie et <sa> soeur et Marie Madeleine, qu’on appelait sa compagner [koinônios]. En effet, sa soeur était une Marie, sa mère et son épouse [hôtre] aussi». Certains mouvements chrétiens des premiers siècles ont donc pu avoir cette représentation de Jésus, et concevoir le couple comme une expression de cheminement spirituel.

«Qu’apprend-t-on de plus avec le papyrus dit de l’«Evangile de la femme de Jésus»?»: ce fragement confirme que des mouvements chrétiens anciens pouvaient concevoir Jésus comme marié, et est la première source mettre sur les lèvres de Jésus le terme copte «ma femme» [tahime].

«De quand date le document en question?»: depuis l’annonce et la première publication de ce papyrus à l’automne 2012, des analyses scientifiques complètes ont été menées quant à la composition chimique de l‘encre, la détermination du radiocarbonne du papyrus par spectométrie de masse accélérée (AMS) et par  spectroscopie infrarouge à transformée de Fourier (spectroscopie IRTF). Ces analyses permettent d’arrêter la marge de datation de 659 à 859 de notre ère. Aucun élément paléographique ne la contredit.

2) Une analyse du point de vue de la culture digitale

2. 1 La communication digitale par Harvard

Comme je l’avais développé dans deux blogs en 2012 (http://claireclivaz.hypotheses.org/147; http://claireclivaz.hypotheses.org/189), le plus particulier dans cet épisode de la recherche sur les christianismes anciens est sans doute son impact sur la culture digitale académique. De manière encore plus nette cette fois, Harvard a pris en main la communication digitale, en offrant un site complet et organisé, avec l’historique et tout le matériel – en open access – du numéro de l’Harvard Theological Review 107/2: http://gospelofjesusswife.hds.harvard.edu/

On remarquera toutefois que la video où Karen King présentait en 2012 le document a été retirée du site: j’avais signalé alors qu’elle indiquait un tournant conséquent au sein de la rhétorique historique, dont Leopold von Ranke avait posé comme norme l’absence de toute émotion. On la trouve encore sur youtube, mais son exil loin du site de la célèbre institution en amoindrit le statut. Je trouve dommageable ce retrait: cette video fait partie à part entière de l’histoire de cet épisode de la recherche.

On constate que le moment de la publication de ce numéro de revue a eu un impact très important: le fait de l’avoir attendu, et qu’il soit publié à un moment précis lui donne un poids énorme, même si le débat est en cours et continue. Le fait que plusieurs chercheurs se prononcent dans ce numéro contribue aussi à sa force. Toutefois, comme je le regrettais déjà en 2012, Harvard ne franchit pas le pas d’offrir un forum de discussion aux chercheurs.  Je persiste à penser que le débat dans son ensemble s’appauvrit ainsi: en effet, si les chercheurs pouvaient adresser leur remarques sur le site même de l’institution, au sein d’un forum qui serait bien sûr modéré, ils seraient poussés à consulter l’entier du dossier, et à réfléchir à deux fois avant d’écrire. Un forum permettrait de façon claire de faire montre la qualité d’ensemble de la discussion de par l’émulation qu’il susciterait en permettant la publication de contre-arguments.

Enfin, on ne pourrait que souhaiter que la Divinity School se dote de compétences en Digital Humanities: un outil d’aggrégation des lieux de débats – twitt, radio, blogs, TV, etc. – serait on ne peut plus intéressant. Il y a donc encore de quoi faire en matière de gestion de ce cas selon une perspective de culture digitale, même si on ne peut qu’apprécier ce qui est déjà fait.

2.2 Les discours subséquents

Les blogs ou remarques sur facebook se multiplient à l’envi, mais on ne peut manquer d’être surpris par certaines réactions. Les réseaux sociaux permettent aux chercheurs d’écrire plus vite, mais parfois à l’emporte-pièce, leurs réactions.

– Il y a les chercheurs qui restent en retrait et s’abstiennent par élitisme de bon ton, cCapture d’écran 2014-04-13 à 20.25.03omme celui-ci sur son site facebook:

 

– Il y a les chercheurs qui ne prennent pas le temps de regarder en détails le dossier, comme Candida Moss qui dit sur son site que «unfortunately, the papyrus was too fragile to allow for carbon testing of the ink». Or au contraire, le site de Harvard explique que «James Yardley, Senior Research Scientist in the Center for Integrated Science and Engineering, Columbia University, and Alexis Hagadorn, Head of Conservation at Columbia University Libraries, used a technique called micro-Raman spectroscopy to determine that the carbon character of the ink matched samples of other papyri that date from the first to eighth centuries CE».

– Il y a les chercheurs, comme Larry Hurtado, qui tentent de renvoyer en corner cette représentation de Jésus en l’imaginant venue de l’Islam, en raison de la datation du papyrus: «in fact, the fragment might reflect in some way the influence of Islamic ideas about Jesus». Or c’est négliger les traces anciennes de cette représentation dans le christianisme lui-même, comme je l’ai souligné au point 1. Par ailleurs, comme Karen King le rappelle, «the Qur’an does not state specifically that Jesus was married». Les échanges d’idées entre Islam et textes apocryphes chrétiens sont nombreux (par exemple, cf. la Vie de Jésus en arabe). Ce fragment est à lire dans cette période historique, mais l’idée d’un Jésus avec une compagne ne peut en aucune manière être rapporté à une influence islamique.

– Ou encore, il y a les chercheurs comme Brice C. Jones, qui trouve qu’on ferait mieux de s’intéresser à leur papyrus qu’à celui-ci, et taxe le thème d’occidento-centré: «the discussions about the GJW are a product of Western political, economic, and social interests». A vrai dire, c’est bien plutôt face à un discours à contre-courant que nous place cet épisode, comme je vais le conclure.

3) Conclusion: faut-il parler de ce manuscrit?

A première vue, dans la mesure où ce document ne change rien ni pour ce qui concerne le Jésus historique, ni théologiquement d’un point de vue protestant, ni n’amène de tsunami pour ce qu’on savait des opinions de certains mouvements chrétiens anciens (cf. EvPhil 59,6-11, cité plus haut), mérite-t-il en effet toute cette effervescence? J’aurais spontanément répondu plutôt non, à part son aspect de test de la nouvelle culture digitale académique, comme je l’avais élaboré en 2012. Au vu des réactions soulignées en 2.2, je porte aujourd’hui un regard un peu différent, notamment pour deux raisons.

Premièrement, cette effervescence montre qu’un des grands tournants de la culture digitale est en train de faire son chemin par-delà les passionnés de manuscrits: un public de plus en plus large, chercheurs et quidam confondus, est en train de réaliser que nous faisons face désormais à des documents, et non plus à des textes. Ce n’est que le début d’un séisme: qui sait en effet, par exemple, que nous n’avons pas d’exmplaire complet de l’Evangile selon Marc antérieur au 4ème siècle? Cet évangile est très mal documenté, nous n’en avons que peu de papyrus anciens, et toujours fragmentaires. Voilà la réalité documentaire pour cet Evangile toujours considéré par la critique moderne comme le plus authentique, et gravé comme un texte des années 60 dans les consciences des exégètes. Si la culture imprimée avait intronisé le statut de «l’oeuvre» et du «texte», la culture digitale nous met radicalement face aux documents. C’est un autre continent de notre rapport à la textualité qui s’annonce, et l’impact de cet épisode le souligne.

Deuxièmement, il est intriguant de voir la vivacité des réactions de plusieurs chercheurs, alors même que tant du point de vue du contenu que de la datation, il n’y a pas de scoop total dans cette affaire. Deux mille ans plus tard, il reste de fait perturbant pour la majorité des théologiens chrétiens de voir des textes anciens indiquer le couple comme un chemin de spiritualité possible, et accorder à la femme la dignitié de dire quelque chose sur ce sujet. Mardi soir 15 avril, Stéphane Bern invite exclusivement des hommes à s’exprimer dans son émission sur le Jésus de l’histoire: gageons qu’on n’y parlera en tous cas pas de l’«Evangile de la femme de Jésus», ni sans doute de l’Evangile de Marie. Chaque année, je lis avec les étudiant(e)s ce passage de la fin de cet évangile apocryphe (composé sans doute dans la 2ème moitié du 2ème siècle). Il faudra poursuivre.

Evangile selon Marie 17,10- 18,11: «André prit la parole et dit à (ses) frères: «Dites, que pensez-vous de ce qu’elle vient d’affirmer? Pour ma part, je ne crois pas que le Sauveur ait dit cela. Car, semble-t-il, ces enseignements diffèrent par la pensée». Pierre prit la parole et, discutant de questions du même ordre, il les interrogea sur le Sauveur: «Est-il possible qu’il se soit entretenu avec une femme en secret – à notre insu – et non ouvertement si bien que nous devrions, nous, former un cercle et tous l’écouter? Il l’aurait choisie, de préférence à nous?». Alors Marie se mit à pleurer. Elle dit à Pierre: «Pierre, mon frère, que vas-tu donc penser? Crois-tu que c’est toute seule dans mon coeur que j’ai eu ces pensées ou que, à propos du Sauveur, je mente?». Lévi prit la prole et dit à Pierre: «Pierre, depuis toujours tu es un tempérament bouillant, je te vois maintenant argumenter contre la femme comme un adversaire. Pourant, si le Sauveur l’a rendue digne, qui es-tu, toi, pour la rejeter?».

Claire Clivaz

Claire Clivaz is Head of Digital Enhanced Learning at the Swiss Institute of Bioinformatics (VITAL-IT, Lausanne, CH) and belongs to an interdisciplinary team that started the Digital Humanities in Switzerland since 2011. She is also a member of the LADHUL (www.unil.ch/ladhul). This blog assumes to developp opinions and discussions on all the events and problematics around the Digital Humanities, particularly in the French speaking aerea. Claire Clivaz est Head of Digital Enhanced Learning à l'Institut Suisse de Bioinformatique (Lausanne, CH) et appartient à une équipe interdisciplinaire qui a lancé les Humanités Digitales en Suisse depuis 2011. Elle est membre du Ladhul (www.unil.ch/ladhul). Ce blog se propose de présenter et développer des sujets de discussions sur les événements et problématiques touchant aux Humanités Digitales, notamment dans l’ère linguistique et culturelle francophone.

More Posts - Website

Jesus’ Wife Gospel and academic research: how could we join the blog culture, the scholars and the publishers world? Dans le sillage de l’Evangile de la femme de Jésus: comment articuler la culture blogue, les chercheurs et la sphère des éditeurs?

English version below. All collaborative English checking is welcome 🙂

FRENCH VERSION

La préoccupation est partagée (voir notamment ces reprises): la façon dont est publié et discuté le fragment dit «de l’Evangile de la femme de Jésus» appelle à repenser les procédés de discussion, de publication et de peer-review académique. Tout sent le moment de transition, et c’est finalement un joli pied de nez de l’histoire que cela soit l’éventuelle «femme de Jésus» qui provoque ce tournant dans la communication académique dévolue à la recherche sur les christianismes anciens.

Un lecteur du blogue suggère que Brill, pour la publication à venir d’un volume présentant de nouveaux papyrus du Nouveau Testament, anticipe et propose un système de peer-review post-publication, ou, dirais-je, en tous cas un forum de discussion des fragments. Il n’est pas difficile de prévoir qu’il y en aura besoin! J’avais déjà mis en parallèle l’annonce sur youtube par Dan Wallace de ces nouveaux papyrus et celle par Karen King dans un billet précédant. On a là des phénomènes parallèles.

Je liste ici quelques suggestions pratiques pour aller plus loin dans la gestion de ces nouvelles formes de débat académique:

1) Il faut pouvoir désormais citer très précisément les passages des vidéos des chercheurs, tout comme nous le faisons pour les textes. Nous travaillons à un projet autour de cette thématique avec mon collègue Frédéric Kaplan du laboratoire des Humanités Digitales à l’EPFL (CH).

2) Les opinions des chercheurs assurant le peer-review pré-publication doivent être publiées en même temps qu’un article. C’est le cas, anonymement, dans le «draft» de l’article de Karen King.

3) L’acte de publication du chercheur ne s’arrête plus à l’article. Il /elle doit être actif dans la discussion qui suit et développe son travail. La publication devient un processus de recherche en continu, avec des moments de synthèses et de certification qui vont devoir se standardiser

4) Les «publishers» (revues, éditeurs) doivent offrir un lieu de modération et de synthèse des discussions post-publication. On peut aussi imaginer un lieu «neutre», autre que celui de la revue qui publie pour assurer les paramètres de ce débat. La place est à prendre en un sens, pour qui veut. La collaboration avec nos collègues en nouvelles technologies est requise ici aussi: il convient bien sûr de penser à automatiser en bonne partie le travail de synthèse, en témoigne la florescence des blogues sur l’Evangile de la femme de Jésus.

5) La certification devient un processus qui s’étale dans le temps et qui se mesure autant, si ce n’est plus, à la réception d’un article qu’à sa production. Le système académique perdra de son élitisme: mais est-ce grave docteur? La recherche collaborative ne cesse de faire ses preuves, y compris pour la recherche contre le cancer désormais avec clicktoturn.net! Voir Michael Nielsen, Reinventing Discoveries, 2012 (http://press.princeton.edu/titles/9517.html). Je prépare un article où je développe ce thème en l’appliquant aux réseaux existant en critique textuelle du Nouveau Testament (conférence donnée à la SBL internationale d’Amsterdam en juillet 2012).

La recherche collaborative, bien menée, donne plus de résultats que la recherche isolée. En tant que théologienne protestante, cela ne me surprend en aucune manière, et je ne peux que m’en réjouir.

 

ENGLISH VERSION. All collaborative English checking is welcomeJ

It is a shared opinion and preoccupation (look here): we are facing a tuning-point in the habits of the academic publishing, around the episode of the Jesus Wife Gospel. It invites us to reconsider the scholarly discussion, publication and peer-review system. It is quite historically funny that the eventual «wife of Jesus» provokes such an effect in the academic communication on the Christian origins.

A reader of my previous blog suggests that Brill, for the publication of the volume offering new NT papyri, forecasts the evolution of the academic debate and offers a post-publication peer-review. Let’s hope, I will say, that Brill will offer at least a place of moderated scholarly discussion. I have put in parallele in a previous blog Dans Wallace and Karen King on youtube, on the two topics: we have here parallel phenomena.

I do here just some practical suggestions:

1) One needs to quote very closely the scholars words on youtube moovies, as we do it for texts. With my colleague in ICT Frederic Kaplan (Digital Humanities Laboratory, EPFL), we are working on such a tool.

2) The opinions of the scholars doing the peer-review pre-publication have to be accessible at the same time where the article is published. It is the case, anynomously, for Karen King’s draft article.

3) The involvement of the scholar does not stop with the publication of the article any more. She/he has to be active also in the following discussion, and to develop his/her work. The «publication» begins a continuous process of research, with moments of synthesis and certification, that will have to be standardized.

4) The publishers (reviews, etc.) have to offer website for the post-publication discussion, moderated and with a synthesis. One could also imagine a «neutral place», different from the review that published the article, to offer such a debate. The position is to who will take it first… One needs also here the collaborative work with ICT colleagues: a part of the job could be automatized, notably the search for and the synthesis of the information. Regarding the Jesus Gospel Wife, we could only wish to have such an automatized or half-automatized tool.

5) The certification begins a process that continues to develop and will be evaluated as much – if not more – by the reception than at the moment of the production. In such a perspective, the academic system will loose a part of its elitism: but is it annoying? The collaborative research gets points every day, included the new tool for the research against the cancer: clicktoturn.net! See Michael Nielsen, Reinventing Discoveries, 2012 (http://press.princeton.edu/titles/9517.html). I am preparing an article on New Testament textual criticism online forums of discussion (papers of the international SBL, Amsterdam July 2012).

The collaborative research, well done, offers more results than the isolated one. As protestant theologian, I can only approve and I am not surprised.

Claire Clivaz

Claire Clivaz is Head of Digital Enhanced Learning at the Swiss Institute of Bioinformatics (VITAL-IT, Lausanne, CH) and belongs to an interdisciplinary team that started the Digital Humanities in Switzerland since 2011. She is also a member of the LADHUL (www.unil.ch/ladhul). This blog assumes to developp opinions and discussions on all the events and problematics around the Digital Humanities, particularly in the French speaking aerea. Claire Clivaz est Head of Digital Enhanced Learning à l'Institut Suisse de Bioinformatique (Lausanne, CH) et appartient à une équipe interdisciplinaire qui a lancé les Humanités Digitales en Suisse depuis 2011. Elle est membre du Ladhul (www.unil.ch/ladhul). Ce blog se propose de présenter et développer des sujets de discussions sur les événements et problématiques touchant aux Humanités Digitales, notamment dans l’ère linguistique et culturelle francophone.

More Posts - Website

The real “scoop” of the so-called Jesus’ Wife Gospel: the transformation of the peer-review process

Whatever the so-called “Jesus’ Wife Gospel” is authentic or not, the media marketing around this fragment has the advantage of making more visible the presence of women in Ancient Christianities and speaking to a wide audience about some Gnostic texts such as the Gospel of Philip. This is of benefit in itself.

But the authentic “scoop” of this announcement stands at another level: in an article written by Jeanna Bryner in LiveScience, on the 19th of October, we learn that the Harvard Theological Review renounces to publish Karen King’s article in in the  January 2013 issue, a draft of which is available online. As I suggested in another blog, the most interesting point of this episode is probably its impact in terms of digital culture. It forecasts and figures the transformation of the peer-review process of the scientific articles in Humanities, a strongly established point in the scholarly life.

The withdrawal of the article by HTR raised diverse reactions, as J. Bryner informs us: Andrew Bernhard, an Oxford university graduate, considers that it is an historical moment in the academic process, with a moove to more transparence and openess in the peer-review process. Hershel Shanks (Biblical Archeogical Society) considers this withdrawing as a «shame» and something «coward», whereas Robert Bagnall waits prudently for the more recent analysis of the document.

We have here an interesting example of the turning-point announced by Kathleen Fitzpatrick in her excellent book Planned Obsolescence. Publishing, Technology, and the Future of the Academy, available online: «I want to suggest that the time has come for us to consider whether, really, we might all be better served by separating the question of credentialing from the publishing process, by allowing everything through the gate, and by designing a post-publication peer review process taht focuses on how a scholarly text should be received rather than whether it should be out there in the first place».

Karen King’s article’s draft leads to such a transformation. First, it mentions some opinions of the peer-reviewers of the article, something unusual and new. Secondly, it is now reviewed by a number of other scholars on diverse websites, including this one. What is missing here is the centralisation and the moderation of the debate. As I told in my preceding blog, the Harvard Divinity School did not dare to propose also a blog / forum of discussion, kind of a first «post-publication peer-review » process of the draft article. It should have been done, it should be done, rather than to count of an old mode of publication in a journal.

A historical point of view is here required: at the 17th century, the scientific journals emerged, because they were because they were a more appropriate means of quickly diffusing opinions. In the English speaking world, the «Philosophical Transactions» have begun to s to disseminate widely scientific articles from 1662. In the French speaking world, as Dominique Vinck reminds (Hermès 57, 2010), the «Journal des Savants» succeded in 1665 to the informal network of scientific letters, held by Father Mersenne with 200 scholars in Europe.

It is almost evident to assert today that we are facing a similar turn. The quality of the scientific exchanges requires now the transformation of the academic literary production. As Kathleen Fitzpatrick proposes it, one has now to dissociate the moment of the publication from this one of the credentialing. One needs an efficient post-publication peer-review process, with the moderation of the opinions of the best scholars in the field.

If we go in that direction, we will only realize what Charles S. Pierce discribed several decades ago:«The very origin of the conception of reality shows that this conception essentially involves the notion of a COMMUNITY, without definite limits, and capable of an indefinite increase of knowledge. And so those two series of cognitions – the real and the unreal – consist of those which, at a time sufficiently future, the community will always continue to reaffirm; and of those which, under the same conditions, will ever after be denied» (Peirce, The Essential Peirce, vol. 1, Houser et alii (ed.), p. 52).

Claire Clivaz

Claire Clivaz is Head of Digital Enhanced Learning at the Swiss Institute of Bioinformatics (VITAL-IT, Lausanne, CH) and belongs to an interdisciplinary team that started the Digital Humanities in Switzerland since 2011. She is also a member of the LADHUL (www.unil.ch/ladhul). This blog assumes to developp opinions and discussions on all the events and problematics around the Digital Humanities, particularly in the French speaking aerea. Claire Clivaz est Head of Digital Enhanced Learning à l'Institut Suisse de Bioinformatique (Lausanne, CH) et appartient à une équipe interdisciplinaire qui a lancé les Humanités Digitales en Suisse depuis 2011. Elle est membre du Ladhul (www.unil.ch/ladhul). Ce blog se propose de présenter et développer des sujets de discussions sur les événements et problématiques touchant aux Humanités Digitales, notamment dans l’ère linguistique et culturelle francophone.

More Posts - Website

Le véritable scoop de «l’Evangile de la femme de Jésus»: la transformation des normes de publication académique (peer-review)

Quoi qu’il en soit de l’authenticité du fragment dit de l’«Evangile de la femme de Jésus», la publicité donnée à ce fragment aura eu l’avantage de mettre le projecteur sur le rôle des femmes dans certains mouvements chrétiens anciens, et de faire parler de textes apocryphes peu connus du grand public, comme l’Evangile selon Philippe. On ne peut que s’en réjouir.

Mais le véritable «scoop» de cet effet d’annonce se situe à un autre niveau, car un article de Live Science, écrit par Jeanna Bryner, a signalé le 19 octobre que la Harvard Theological Review (HTR) retirait pour l’instant de la publication du numéro de janvier 2013 l’article de la prof. Karen King, dont le brouillon est disponible online.

Comme je l’avais développé dans mon blog du 23 septembre, le point le plus intéressant de cet épisode médiatique est sans doute son impact en termes de culture digitale, et la transformation qu’il annonce du système «peer-review» des articles scientifiques en sciences humaines, pilier sans faille du débat et de la promotion académique.

La suspension de la publication par la HTR suscite diverses réactions, relayées par J. Bryner: Andrew Bernhard, diplômé d’Oxford, considère qu’on assiste probablement là à un moment historique dans l’histoire des processus académiques, en assistant à un progrès vers l’ouverture et la transparence dans le système du «peer-review». Hershel Shanks (Biblical Archeological Society) qualifie quant à lui d’«honteux» et de «couard» le retrait de l’article par HTR, tandis que Robert Bagnall, célèbre papyrologue qui a cautionné l’authenticité du document, se tait prudemment en attendant la fin de l’expertise.

Il est passionnant de voir se réaliser ici un tournant annoncé depuis au moins trois ans par Kathleen Fitzpatrick dans son excellent ouvrage Planned Obsolescence. Publishing, Technology, and the Future of the Academy, disponible online: «je souhaiterais suggérer que le moment est venu de considérer que nous pouvons obtenir de meilleurs résultats en séparant la question de l’accréditation de celle du processus de publication, en permettant un large accès à la publication, et en mettant au point un processus de peer review post-publication qui mette en lumière la manière dont un texte académique doit être reçu, plutôt que comment il doit être produit».

De fait, l’exemple de l’article de Karen King publié online sous forme de brouillon ouvre la porte à cette étape. Premièrement, il fait mention au début du texte du travail des reviewers officiels, nouveauté pour HTR. Deuxièmement, il est en ce moment en train d’être «reviewé» par de nombreux pairs, sur de multiples sites web, y compris sur ce blog. On voit que ce qui manque ici, c’est la centralisation et la modération des informations. En effet, comme je l’ai souligné dans mon blog précédant, Harvard n’a pas été jusqu’à oser la mise en discussion – le processus peer-review post-publication – de l’article «brouillon». Il aurait fallu, il faudrait encore le faire, plutôt que batailler sur l’accès à une publication dans une revue dont le format n’est plus satisfaisant.

Le regard historique est ici plus qu’instructif: le 17ème siècle a vu la naissance des revues scientifiques, parce que c’était le meilleur moyen de diffuser rapidement des opinions. Dans le monde anglo-saxon, ce sont les «Philosophical transactions» qui ouvrirent le bal des articles académiques en 1662. Dans le monde francophone, comme le rappelle Dominique Vinck dans un article (Hermès 57, 2010), c’est le «Journal des Savants» qui en 1665 succéda au système informel des 200 correspondants épistoliers du Père Mersenne à travers toute l’Europe.

N’est-il pas quasi tautologique d’affirmer que nous sommes désormais à un tournant similaire, et que la qualité des échanges et de la pratique scientifique en sciences humaines et sociales demande, exige, appelle la transformation du système de production académique? Comme le propose Kathleen Fitzpatrick, il faut désormais dissocier le moment de la publication de celui de l’accréditation. Il faut mettre en place une modalité efficace de peer-review post-publication, qui modère et intègre les meilleurs réactions du domaine sur la question.

Qu’aurons-nous alors fait? Rien d’autre que ce que le philosophe Charles S. Peirce exprimait si clairement il y a plusieurs décennies: «L’origine même de la conception de la réalité montre que cette conception implique essentiellement la notion d’une communauté sans limites définies et susceptible d’une croissance indéfinie de la connaissance. Et ainsi ces deux séries de connaissances – le réel et l’irréel – comprennent celles qu’à une époque suffisamment future la communauté continuera toujours de réaffirmer, et celles que, dans les mêmes conditions, elle ne cessera jamais de nier» (Peirce, The Essential Peirce, vol. 1, Houser et alii (éd.), p. 52).

Claire Clivaz

Claire Clivaz is Head of Digital Enhanced Learning at the Swiss Institute of Bioinformatics (VITAL-IT, Lausanne, CH) and belongs to an interdisciplinary team that started the Digital Humanities in Switzerland since 2011. She is also a member of the LADHUL (www.unil.ch/ladhul). This blog assumes to developp opinions and discussions on all the events and problematics around the Digital Humanities, particularly in the French speaking aerea. Claire Clivaz est Head of Digital Enhanced Learning à l'Institut Suisse de Bioinformatique (Lausanne, CH) et appartient à une équipe interdisciplinaire qui a lancé les Humanités Digitales en Suisse depuis 2011. Elle est membre du Ladhul (www.unil.ch/ladhul). Ce blog se propose de présenter et développer des sujets de discussions sur les événements et problématiques touchant aux Humanités Digitales, notamment dans l’ère linguistique et culturelle francophone.

More Posts - Website

L’ «Evangile de la femme de Jésus» vu depuis la culture digitale: la Divinity School de Harvard maîtrise la communication digitale, à un point près.

Le monde académique qui scrute les origines du christianisme et le grand public entendent beaucoup parler ces jours d’un fragment en copte daté du 4ème siècle et venant d’Egypte, présenté par la prof. Karen King (Harvard Divinity School, USA). Ce succès est dû au fait que dans ce fragment de texte, Jésus dit à ses disciples : «Ma femme…»

Dans ce blog, je souhaite décrypter ce phénomène du point de vue de la culture digitale. C’est un exemple très intéressant de la manière dont la Harvard Divinity School (HDS) s’est mise à la maîtrise de la culture et de la communication digitale, à un point près.

Premièrement, sur le site web en question, on peut avoir accès à un brouillon d’un article à paraître dans la Harvard Theological Review, qui intègre des remarques faites par les chercheurs qui ont fait la recension de l’article et signale que des analyses spectrométriques de l’encre sont encore en cours. Ce fait confirme ce qu’annoncent depuis quelques années les spécialistes des Humanités Digitales, soit l’obsolescence à moyen terme du système des revues, car les résultats sont diffusés et discutés avant la publication, comme le montre cet exemple. La certification du savoir académique est entré dans une période de refonte, dont on ne devine pas encore quels seront les nouveaux paramètres.

Deuxièmement, ce site illustre l’aspect multisensoriel de la culture digitale émergeante : l’image et le son sont sollicités en plus du texte. Or, sans prendre de risque, on peut estimer que les visiteurs du site auront souvent cliqué sur la video youtube de la chercheuse, alors que peu d’entre eux auront lu l’article de 52 pages. Un chercheur qui annonce une recherche historique par youtube, avec ce que cela signifie de rhétorique émotionnelle, tranche considérablement avec l’écriture historique que prônait la figure de proue de l’historicisme allemand Leopold von Ranke : une écriture dénuée d’émotions, propre à ennuyer le lecteur. Mon propos n’est ici ni de déplorer, ni de me réjouir de cette évolution, mais de la signaler et d’appeler à construire une communication scientifique qui intègre désormais ces nouveaux paramètres.

Ce mode de communication a presque des allures de contre-offensive académique : en effet, en mai 2012, Dan Wallace, directeur du CSNTM (Dallas) annonçait sur youtube la découverte de 7 papyrus très anciens du Nouveau Testament, dont un fragement de l’Evangile selon Marc qui daterait du premier siècle ! Ces papyri vont être publiés l’an prochain chez Brill, et on attend là aussi de savoir ce qu’il en est. Mais toujours est-il que l’intention rhétorique de Dan Wallace est claire : prouver la stabilité des textes du Nouveau Testament à travers les siècles.

Mais par-delà son savoir-faire en matière de contrôle digital de l’information, HDS a toutefois à mon sens manqué un point important : l’interactivité. En effet, le site ne prévoit aucun moyen de répondre, de laisser son avis, afin que Karen King donne la réponse aux réponses, et que le débat académique ait lieu sur le site. HDS aurait pourtant pu ainsi maîtriser jusqu’au débat, en le modérant. En effet, il a lieu en ce moment sur de multiples sites et forums de discussion, aussi bien que sur youtube. Gageons que ce sera pour la prochaine annonce…

On trouvera d’autres réflexions sur le fond du document dans cette intervention sur la Radio romande, la 1ère, dimanche 23 septembre 2012 dans «Hautes Fréquences»:

Lien sur le site de l’émissions : http://www.rts.ch/la-1ere/programmes/hautes-frequences/

Lien pour télécharger le son : http://download-audio.rts.ch/la-1ere/programmes/hautes-frequences/2012/hautes-frequences_20120923_standard_sequence-1_dab4ae8f-1496-4bb4-a2b8-742fb2941696-128k.mp3

Un débat avec le père Albert Longchamps (directeur de la revue Choisir) a eu lieu sur la télévision suisse le 20 octobre:

http://www.rts.ch/video/emissions/religion/faut-pas-croire/4366777-madame-jesus-a-t-elle-existe.html

Claire Clivaz

Claire Clivaz is Head of Digital Enhanced Learning at the Swiss Institute of Bioinformatics (VITAL-IT, Lausanne, CH) and belongs to an interdisciplinary team that started the Digital Humanities in Switzerland since 2011. She is also a member of the LADHUL (www.unil.ch/ladhul). This blog assumes to developp opinions and discussions on all the events and problematics around the Digital Humanities, particularly in the French speaking aerea. Claire Clivaz est Head of Digital Enhanced Learning à l'Institut Suisse de Bioinformatique (Lausanne, CH) et appartient à une équipe interdisciplinaire qui a lancé les Humanités Digitales en Suisse depuis 2011. Elle est membre du Ladhul (www.unil.ch/ladhul). Ce blog se propose de présenter et développer des sujets de discussions sur les événements et problématiques touchant aux Humanités Digitales, notamment dans l’ère linguistique et culturelle francophone.

More Posts - Website

Harvard Divinity School’s Digital Control and Omission. The ‘Jesus Wife Gospel’ at the Digital stake

In the scholarly world of early Christian origins and in a wider Western public audience, the news of a Coptic Egyptian Gospel fragment presented by Karen King (Harvard Divinity School, HDS) has mooved very fast, because of these words: ‘Jesus said to them: my wife…’.

I would like here to decipher the phenomenon from the digital culture point of view. It is a very interesting case of digital control by HDS, but the famous institution did also a big omission or mistake regarding the use of the new digital culture, as I will develop in a few remarks.

The website page illustrates in an acute way the emergent digital culture. First of all, a draft of a Harvard Theological Review article is already available online, underlining what is announced since a long time by DH experts: the inadequacy of the «review» system regarding the digital support of publication. If Harvard itself offers online its articles before to publish them in the journals, it is an evidence that the academic system of the peer-reviewing articles is in transformation.

Secondly, the webpage illustrates the multisensoriality proper to the digital culture, and even the victory of the image and sound on the written information. Indeed, I take no risk by considering that almost all the people will have cliked on the 2’29 min youtube moovie of the HDS webpage, but only very few of them would have read the 52 pages article… A scientific news is announced by a media that uses emotional impact (image, sound of a voice, words transmitting emotion, etc). It is a total revolution in the academic style of expression. We are here very far away from Leopold von Ranke advising to put out all emotional style from the historical writing, and worried to annoy his readers…

Such a youtube impact is also to situate in the US context: in May 2012, Dan Wallace, from the CNTM in Dallas, announced also on a youtube moovie the discover of seven very early NT manuscripts… Does HDS try here to offer a kind of «counter-announcement»? Academic fight and discussions are now largely using youtube. What a news…

But, last and not least, HDS did also a very important digital cultural omission in its website page, in my opinion. HDS did not consider one of the main features of the emerging digital culture: the interactivity. There is no possibility to add a point of view, to react – may by with another youtube moovie!!! – on the HDS website page. A lot of blogs have begun to react, as we can see, as well as comments on youtube. HDS would have got a still more strong impact by adding the possibility to react on the website. By offering an interactive rubric, HDS would have been able to moderate the reaction of people, to choose the critics and comments, and so to offer a webpage with the scholarly debate as well, and with Karen King answers. That would have been a complete digital control of the communication. For the next time, probably….

Claire Clivaz

Claire Clivaz is Head of Digital Enhanced Learning at the Swiss Institute of Bioinformatics (VITAL-IT, Lausanne, CH) and belongs to an interdisciplinary team that started the Digital Humanities in Switzerland since 2011. She is also a member of the LADHUL (www.unil.ch/ladhul). This blog assumes to developp opinions and discussions on all the events and problematics around the Digital Humanities, particularly in the French speaking aerea. Claire Clivaz est Head of Digital Enhanced Learning à l'Institut Suisse de Bioinformatique (Lausanne, CH) et appartient à une équipe interdisciplinaire qui a lancé les Humanités Digitales en Suisse depuis 2011. Elle est membre du Ladhul (www.unil.ch/ladhul). Ce blog se propose de présenter et développer des sujets de discussions sur les événements et problématiques touchant aux Humanités Digitales, notamment dans l’ère linguistique et culturelle francophone.

More Posts - Website