eTalks : une nouvelle forme multi-média (Unil et EPFL, CH)

En cette journée mondiale du livre, ce blog présente une forme de communication qui ne tient pas dans un livre imprimé: l‘eTalk, une nouvelle forme multimédia de présentation et captation de la connaissance, conçue par Claire ClCapture d’écran 2014-04-23 à 12.29.10ivaz (Unil, FTSR et Ladhul), Frédéric Kaplan (DHLab EPFL), Cyril Bornet (DHLab EPFL) et Cécile Pache (FTSR, Unil). Elle fait appel à l’oral, à l’image, au texte, aux hyperliens et ressources online de tous odres, et est entièrement citable dans le détail. En open access ici (fonctionne sur Google Chrome ou Safari):

www.unil.ch/ritesfuneraires

Cette première édition propose douze etalks sur les rites funéraires, co-édités par Claire Clivaz (FTSR, Unil), Nicole Durisch Gauthier (HEPL), Christine Fawer Caputo (HEPL) et Christian Grosse (FTSR, Unil). Les auteurs ont conduit un travail éditorial sur la base d’une production orale, transcrite, en y ajoutant des slides, des images, des hyperliens; tout est citable avec précision via des url. Une video de présentation de l’utilisation des eTalks est disponible sur le site. Au point 3 de ce blog, on trouvera la table des matières. Sur le site, une introduction commente le contenu.

Ce blog présente quelques réflexions analytiques personnelles sur les eTalks:  ils permettent la présentation de la connaissance via une littératie plurielle, et la captation de cette connaissance par ceux et celles qui découvriront les eTalks.

1. Le pari d’une présentation orale dans une littératie plurielle

Que la culture occidentale aille vers une littératie plurielle au gré de l’émergence de la culture digitale, qu’elle redécouvre de plus en plus la transmission orale et visuelle de ce qu’elle produit online, est chaque jour plus évident. C’est ce qu’avait souligné le colloque Unil publié sous le titre Lire Demain. Des manuscrits antiques à l’ère digitale, Lausanne: PPUR, 2012 (ebook), qui avait mis en français au pluriel le terme de «litteracy». Côté anglo-saxon, la prise en compte des formes culturelles orales et visuelles avaient déjà conduit depuis plusieurs années ethnologues, anthropologues, puis spécialistes de l’Antiquité (Johnson & Parker, 2009) à mettre le terme de literacy au pluriel. C’est bien à une littératie plurielle que conduit la culture digitale, mais ses modalités sont à explorer et à construire (voir déjà Kress, 1997). De fait, des lieux culturels artistiques populaires testent déjà les interactions son, image, texte, tel le clip de Menace de mort, de Youssoufa.

Pour ce qui concerne la rhétorique académique, profondément marquée depuis le 19ème siècle par l’exigence rankéenne d’une écriture historique unschön, farblos et ennuyant le lecteur (von Ranke, 2000, p. 4), ses retrouvailles avec l’oralité et le visuel n’iront pas sans de profonds boulversements, comme je l’avais souligné à propos du fait culturel digital de l’«Evangile de la femme de Jésus» en 2012. C’est le retour du pathos et de l’ethos au sein d’une communication académique qui avait privilégié unilatéralement le logos imprimé: de fait, le sommet de la culture imprimée avait fini par chasser l’enseignement de la rhétorique des universités françaises ou allemandes à la fin du 19ème siècle (Belhoste, 1990). Les énoncés s’accompagnent ici de l’éthos et du pathos de leur auteur parlant: ils sont de l’ordre de la «présentation» multimodale.

Le tournant est d’autant plus à souligner que l’oralité est accompagnée ici de la plus grande précision et de la mémoire, car entièrement citable par url: un algorithme a découpé le discours en suivant le rythme du souffle du chercheur, produisant ainsi des «phrasés», groupes d’une, deux ou trois phrases, chacun citable par url, avec les images et liens l’accompagnant. Une transcription textuelle en a été établie de ces phrasés. L’écrit a parfois amené à réviser le découpage de l’oral pour respecter la logique de l’écrit: la rencontre écriture/oralité a sa part de contrainte, se croisant autour de l’algorithme. Dans la logique de l’eTalk, ce qu’aura dit le/la chercheur/se est donc tout autant citable que l’écrit. Ses propos en conférence l’engagent désormais, sans doute avec une pondération différente de celle de l’écrit publié, mais gageons qu’on pourra bientôt confronter les chercheurs en comparant ce qu’ils auront dit et écrit.

Un autre tournant à souligner est celui est celui de la diversité des genres littéraires, ou de présentation, faut-il peut-être dire, comme on est ici sorti du champ littéraire à proprement parler. Les intervenants sont tout aussi bien des personnes de terrain (infirmière en soins palliatifs, directeur de pompes funèbres) que des chercheurs. Les auteurs ont interprété leur eTalk chacun à leur manière, en en soignant plus ou moins l’esthétique: il y a diversité, elle fait partie de ces premières essais. Chacun s’exprimait dans le cader d’une formation continue: ce sont donc des communications à visée du grand public. L’eTalk se prête à tous les genres littéraires, on peut lui donner le degré de complexité ou de simplicité que l’on souhaite.  La forme ici, ne conditionne en rien un genre: elle se prêterait à toute exploration possible. Comme l’avait souligné Roger Chartier,

Enfin, ces discours, «dits» à un moment situé dans le temps, sont référencés par leur date d’énonciation; l’ensemble des eTalks sur les rites funéraires est daté du moment de la fin de leur préparation éditoriale (2014). Par exemple:

– Christian Grosse, «Perspective historique sur les rites funéraires réformés (XVIe-XIXe siècles)» (03.05.2013), dans C. Clivaz, Nicole Durisch Gauthier, Christine Fawer Caputo et Christian Grosse (éd.) en collaboration avec Frédéric Kaplan, Cyril Bornet et Cécile Pache, Rites funéraires (eTalks), 2014; Unil: unil.ch/ritesfuneraires.

2. L’auteur au risque de la captation de la connaissance

Michel Serre, dans une conférence récente, distinguait entre le livre qui nous rend «passager» du voyage, et l’écran qui nous met à la place du «pilote» dans le véhicule de la lecture. L’eTalk permet les deux, en alternance, au gré des souhaits de cette figure qu’on peine désormais à faire tenir dans le rôle de «lecteur». En effet, si dans les eTalks, le pôle de production auctorial demeure – ils sont «produits» par une instance, fût-elle collective, et ne sont pas modifiables –, leur contenu se fait open-ended via les hyperliens, en sorte à ce que les personnes qui s’aventureront dans les eTalks deviennent des «captateurs» de savoir, en développant le vocabulaire proposé par Johanna Drucker. Dans son article de 2011, Humanities Approaches to Graphical Display, elle a proposé en effet de remplacer l’idée de «données» (les data) par celles de «capta», ce qui est attrapé, construit, saisi.

En français, la «captation» est définie dans le Larousse ainsi: «Manœuvres pour s’emparer d’une succession, ou simplement pour arracher quelque libéralité à quelqu’un». Le/la «captateur» définirait donc un geste de prise, dans lequel l’ombre du pirate ne serait pas absent, partant à l’abordage de l’auteur pour aller au-delà des données innombrables pour lesquelles l’eTalk se fait portail. Une telle perspective consonne avec ce qu’Olivier Abel a développé en comparant filbustiers du 17ème siècle et internautes contemporains: «le temps des flibustiers est ouvert, et particulièrement dans les Caraïbes il fleurit entre 1630 et 1670. [D]ans les nouveaux mondes, tout est offert à profusion par la divine Providence. […] On n’est plus dans une économie du don et de l’échange, mais de la « prise », que l’on retrouve jusque le titre d’un livre du philosophe hollandais Grotius Le droit de prise. La tempête de l’histoire a brisé tous les liens, et le bateau pirate c’est l’utopie multi-religieuse et multiraciale d’une libre adhésion, après la tempête, même si on s’y donne des règles plus dures, comme dans une anti-réalité» (Abel, 2009, p. 107; voir Clivaz, à paraître). Ce «droit de la prise», des capta plutôt que des data, est de retour en culture digitale.

Si l’auteur d’un eTalk y présente la connaissance, sur modalité multimédia, les internautes peuvent s’y faire les «captateurs» de cette connaissance, se l’approprier, s’en emparer, en jouer, la remettre en question, la subvertir, et tout simplement aller au-delà d’elle. En effet, les citations sont, à chaque fois que cela a été possible, reliées par hyperlien à leur source: libre alors à celui/celle qui capte la connaissance de remettre en question la citation et son usage. Ainsi donc, si l’auteur de la culture imprimée était bien celui qui autorise, l’auctor, l’auteur de la culture digitale se livre avec son butin, ces «données» dont il avoue en fait la prise, et dont ses captateurs vont faire d’autre butins amalgamés. Ce sont désormais les «captateurs» qui autoriseront, la forme et/ou le contenu, en l’absence de l’armada des éditeurs et diffuseurs. C’est aux flibustiers de faire naviguer l’eTalk sur l’océan digital.

Les captateurs auront-ils ensuite envie à leur tour de se risquer à devenir auteurs d’eTalks? Qu’à cela ne tienne, le code est en open source.

3. Table des matières

On trouvera sur le site un lien en javascript pour citer chaque etalk. Une présentation des auteurs est disponible ici.

  1. Julien Abbeglen Verrazi: Cérémonies humanistes, ou comment faire face à notre besoin de consolation ? (07.02.2013)
  2. François-Xavier Amherdt: Les rites funéraires catholiques aujourd’hui (22.01.2013)
  3. Marc-Antoine Berthod: Vivre un deuil au travail: la mort dans les relations professionnelles (29.08.2013)
  4. Claire Clivaz: Les rites funéraires aujourd’hui: introduction autour d’un exemple vaudois (30.11.2010)
  5. Bernard Crettaz: Les nouveaux rites mortuaires (15.04.2013)
  6. Séverine Desponds et Julie Montandon: Les rites funéraires dans les nouveaux mouvements religieux (24.01.2013)
  7. Nicole Durisch Gauthier: Rites et mythes autour de la mort en Egypte ancienne (07.06.2013)
  8. Christine Fawer Caputo: L’enfant et les rituels autour de la mort (15.03.2013)
  9. Christian Grosse: Perspective historique sur les rites funéraires réformés  (XVIe – XIXe siècle) (03.05.2013)
  10. Nicole Meylan: Le deuil en établissement médico-social (14.06.2013)
  11. Edmond Pittet: Les demandes de rites funéraires auprès de pompes funèbres (09.04.2013)
  12. Monika Salzbrunn: A la découverte des rites musulmans en Suisse et ailleurs (19.04.2013)

4. Bibliographie citée

– O. Abel, «L’océan, le puritain, le pirate», Esprit 356 (2009), p. 104-110.

– B. Belhoste, «L’enseignement secondaire français et les sciences au début du XXe siècle. La réforme de 1902 des plans d’études et des programmes», Revue d’histoire des sciences,1990, n°43, p. 371-400.

– C. Clivaz – J. Meizoz – F. Vallotton – J. Verheyden (éd.), with B. Bertho, Reading Tomorrow. From Ancient Manuscripts to the Digital Era / Lire Demain. Des manuscrits antiques à l’ère digitale, Lausanne : PPUR, 2012. Paper and ebook versions. 734p.

– C. Clivaz, «En quête de couvertures et corpus. Quelques éclats d’humanités digitales», dans V. Carayol – F. Morandi, Les Humanités digitales, le tournant des sciences humaines, Presses Universitaires de Bordeaux, 2014, à paraître.

– Johanna Drucker, Humanities Approaches to Graphical Display, DHQ 5 (2011/1), http://www.digitalhumanities.org/dhq/vol/5/1/000091/000091.html

– G. Kress, “Visual and Verbal Modes of Representation in Electronically Mediated Communication: the potentials of New Forms of Text”, in Page to Screen. Taking Literacy Into the Electronic Era, Ilana Snyder (ed.), London/New York : Routledge, 1997, p. 53-79.

– W. A. Johnson – H. N. Parker (eds), Ancient Literacies. The Culture of Reading in Greece and Rome, New York, Oxford University Press, 2009.

– L. von Ranke, Geschichte der Germanischen Völker. Fürsten und Völker die Geschichte der romanischen und germanischen Völker von 1494 bis 1514, W. Andreas (éd.), Wiesbaden: Emil Vollmer Verlag, 2000.

Claire Clivaz

Claire Clivaz is Head of Digital Enhanced Learning at the Swiss Institute of Bioinformatics (VITAL-IT, Lausanne, CH) and belongs to an interdisciplinary team that started the Digital Humanities in Switzerland since 2011. She is also a member of the LADHUL (www.unil.ch/ladhul). This blog assumes to developp opinions and discussions on all the events and problematics around the Digital Humanities, particularly in the French speaking aerea. Claire Clivaz est Head of Digital Enhanced Learning à l'Institut Suisse de Bioinformatique (Lausanne, CH) et appartient à une équipe interdisciplinaire qui a lancé les Humanités Digitales en Suisse depuis 2011. Elle est membre du Ladhul (www.unil.ch/ladhul). Ce blog se propose de présenter et développer des sujets de discussions sur les événements et problématiques touchant aux Humanités Digitales, notamment dans l’ère linguistique et culturelle francophone.

More Posts - Website

«Evangile de la femme de Jésus» (GJW): nouvel épisode

http://abcnews.go.com/blogs/headlines/2012/09/was-jesus-married-ancient-papyrus-mentions-his-wife/
http://abcnews.go.com/blogs/headlines/2012/09/was-jesus-married-ancient-papyrus-mentions-his-wife/

C’est bientôt Pâques, et voici que nous parvient le nouvel épisode de l’«Evangile de la femme de Jésus», suite à une publication d’un numéro qui lui est consacré dans l’Harvard Theological Review du 10 avril dernier, avec un résumé dans ce communiqué de presse. On trouvera ci-dessous trois types de réflexions sur ce fait typique de la culture «digitalo-académique» en émergence. A écouter également: une émission sur la radio suisse romande sur ce thème.

1) Réponses brèves aux questions récurrentes; 2) une analyse du point de vue de la culture digitale; 3) conclusion: faut-il parler de ce manuscrit?

1) Réponses brèves aux questions récurrentes

«Jésus était-il marié ou non?»: nous n’avons aucune documentation historique ancienne sur les années 12-29 ans de Jésus. Il a donc pu être marié ou non. Dans la période de son ministère, il est présenté comme un prédicateur itinérant sans attache. Il a pu pour ce faire quitter une vie de famille, à la mode de Nicolas de Fluë, ou non. Nous n’en savons rien.

«Si Jésus a été marié, cela change-t-il quelque chose théologiquement?»: pour la confession protestante, cela n’a aucun impacte particulier. On peut présupposer que cela soit problématique pour la confession catholique notamment, mais il est à noter qu’à ce jour, le site du Vatican ne mentionne absolument pas ce manuscrit, ni la thématique elle-même d’un Jésus marié, pour autant que j’ai pu le constater. (http://gsearch.vatican.va).

«Y a-t-il des sources anciennes qui présente Jésus avec une compagne?»: oui, par exemple l’Evangile selon Philippe 59,6-11, qui remonte au 2ème siècle : «Il y avait trois femmes qui étaient proches du Seigneur: sa mère Marie et <sa> soeur et Marie Madeleine, qu’on appelait sa compagner [koinônios]. En effet, sa soeur était une Marie, sa mère et son épouse [hôtre] aussi». Certains mouvements chrétiens des premiers siècles ont donc pu avoir cette représentation de Jésus, et concevoir le couple comme une expression de cheminement spirituel.

«Qu’apprend-t-on de plus avec le papyrus dit de l’«Evangile de la femme de Jésus»?»: ce fragement confirme que des mouvements chrétiens anciens pouvaient concevoir Jésus comme marié, et est la première source mettre sur les lèvres de Jésus le terme copte «ma femme» [tahime].

«De quand date le document en question?»: depuis l’annonce et la première publication de ce papyrus à l’automne 2012, des analyses scientifiques complètes ont été menées quant à la composition chimique de l‘encre, la détermination du radiocarbonne du papyrus par spectométrie de masse accélérée (AMS) et par  spectroscopie infrarouge à transformée de Fourier (spectroscopie IRTF). Ces analyses permettent d’arrêter la marge de datation de 659 à 859 de notre ère. Aucun élément paléographique ne la contredit.

2) Une analyse du point de vue de la culture digitale

2. 1 La communication digitale par Harvard

Comme je l’avais développé dans deux blogs en 2012 (http://claireclivaz.hypotheses.org/147; http://claireclivaz.hypotheses.org/189), le plus particulier dans cet épisode de la recherche sur les christianismes anciens est sans doute son impact sur la culture digitale académique. De manière encore plus nette cette fois, Harvard a pris en main la communication digitale, en offrant un site complet et organisé, avec l’historique et tout le matériel – en open access – du numéro de l’Harvard Theological Review 107/2: http://gospelofjesusswife.hds.harvard.edu/

On remarquera toutefois que la video où Karen King présentait en 2012 le document a été retirée du site: j’avais signalé alors qu’elle indiquait un tournant conséquent au sein de la rhétorique historique, dont Leopold von Ranke avait posé comme norme l’absence de toute émotion. On la trouve encore sur youtube, mais son exil loin du site de la célèbre institution en amoindrit le statut. Je trouve dommageable ce retrait: cette video fait partie à part entière de l’histoire de cet épisode de la recherche.

On constate que le moment de la publication de ce numéro de revue a eu un impact très important: le fait de l’avoir attendu, et qu’il soit publié à un moment précis lui donne un poids énorme, même si le débat est en cours et continue. Le fait que plusieurs chercheurs se prononcent dans ce numéro contribue aussi à sa force. Toutefois, comme je le regrettais déjà en 2012, Harvard ne franchit pas le pas d’offrir un forum de discussion aux chercheurs.  Je persiste à penser que le débat dans son ensemble s’appauvrit ainsi: en effet, si les chercheurs pouvaient adresser leur remarques sur le site même de l’institution, au sein d’un forum qui serait bien sûr modéré, ils seraient poussés à consulter l’entier du dossier, et à réfléchir à deux fois avant d’écrire. Un forum permettrait de façon claire de faire montre la qualité d’ensemble de la discussion de par l’émulation qu’il susciterait en permettant la publication de contre-arguments.

Enfin, on ne pourrait que souhaiter que la Divinity School se dote de compétences en Digital Humanities: un outil d’aggrégation des lieux de débats – twitt, radio, blogs, TV, etc. – serait on ne peut plus intéressant. Il y a donc encore de quoi faire en matière de gestion de ce cas selon une perspective de culture digitale, même si on ne peut qu’apprécier ce qui est déjà fait.

2.2 Les discours subséquents

Les blogs ou remarques sur facebook se multiplient à l’envi, mais on ne peut manquer d’être surpris par certaines réactions. Les réseaux sociaux permettent aux chercheurs d’écrire plus vite, mais parfois à l’emporte-pièce, leurs réactions.

– Il y a les chercheurs qui restent en retrait et s’abstiennent par élitisme de bon ton, cCapture d’écran 2014-04-13 à 20.25.03omme celui-ci sur son site facebook:

 

– Il y a les chercheurs qui ne prennent pas le temps de regarder en détails le dossier, comme Candida Moss qui dit sur son site que «unfortunately, the papyrus was too fragile to allow for carbon testing of the ink». Or au contraire, le site de Harvard explique que «James Yardley, Senior Research Scientist in the Center for Integrated Science and Engineering, Columbia University, and Alexis Hagadorn, Head of Conservation at Columbia University Libraries, used a technique called micro-Raman spectroscopy to determine that the carbon character of the ink matched samples of other papyri that date from the first to eighth centuries CE».

– Il y a les chercheurs, comme Larry Hurtado, qui tentent de renvoyer en corner cette représentation de Jésus en l’imaginant venue de l’Islam, en raison de la datation du papyrus: «in fact, the fragment might reflect in some way the influence of Islamic ideas about Jesus». Or c’est négliger les traces anciennes de cette représentation dans le christianisme lui-même, comme je l’ai souligné au point 1. Par ailleurs, comme Karen King le rappelle, «the Qur’an does not state specifically that Jesus was married». Les échanges d’idées entre Islam et textes apocryphes chrétiens sont nombreux (par exemple, cf. la Vie de Jésus en arabe). Ce fragment est à lire dans cette période historique, mais l’idée d’un Jésus avec une compagne ne peut en aucune manière être rapporté à une influence islamique.

– Ou encore, il y a les chercheurs comme Brice C. Jones, qui trouve qu’on ferait mieux de s’intéresser à leur papyrus qu’à celui-ci, et taxe le thème d’occidento-centré: «the discussions about the GJW are a product of Western political, economic, and social interests». A vrai dire, c’est bien plutôt face à un discours à contre-courant que nous place cet épisode, comme je vais le conclure.

3) Conclusion: faut-il parler de ce manuscrit?

A première vue, dans la mesure où ce document ne change rien ni pour ce qui concerne le Jésus historique, ni théologiquement d’un point de vue protestant, ni n’amène de tsunami pour ce qu’on savait des opinions de certains mouvements chrétiens anciens (cf. EvPhil 59,6-11, cité plus haut), mérite-t-il en effet toute cette effervescence? J’aurais spontanément répondu plutôt non, à part son aspect de test de la nouvelle culture digitale académique, comme je l’avais élaboré en 2012. Au vu des réactions soulignées en 2.2, je porte aujourd’hui un regard un peu différent, notamment pour deux raisons.

Premièrement, cette effervescence montre qu’un des grands tournants de la culture digitale est en train de faire son chemin par-delà les passionnés de manuscrits: un public de plus en plus large, chercheurs et quidam confondus, est en train de réaliser que nous faisons face désormais à des documents, et non plus à des textes. Ce n’est que le début d’un séisme: qui sait en effet, par exemple, que nous n’avons pas d’exmplaire complet de l’Evangile selon Marc antérieur au 4ème siècle? Cet évangile est très mal documenté, nous n’en avons que peu de papyrus anciens, et toujours fragmentaires. Voilà la réalité documentaire pour cet Evangile toujours considéré par la critique moderne comme le plus authentique, et gravé comme un texte des années 60 dans les consciences des exégètes. Si la culture imprimée avait intronisé le statut de «l’oeuvre» et du «texte», la culture digitale nous met radicalement face aux documents. C’est un autre continent de notre rapport à la textualité qui s’annonce, et l’impact de cet épisode le souligne.

Deuxièmement, il est intriguant de voir la vivacité des réactions de plusieurs chercheurs, alors même que tant du point de vue du contenu que de la datation, il n’y a pas de scoop total dans cette affaire. Deux mille ans plus tard, il reste de fait perturbant pour la majorité des théologiens chrétiens de voir des textes anciens indiquer le couple comme un chemin de spiritualité possible, et accorder à la femme la dignitié de dire quelque chose sur ce sujet. Mardi soir 15 avril, Stéphane Bern invite exclusivement des hommes à s’exprimer dans son émission sur le Jésus de l’histoire: gageons qu’on n’y parlera en tous cas pas de l’«Evangile de la femme de Jésus», ni sans doute de l’Evangile de Marie. Chaque année, je lis avec les étudiant(e)s ce passage de la fin de cet évangile apocryphe (composé sans doute dans la 2ème moitié du 2ème siècle). Il faudra poursuivre.

Evangile selon Marie 17,10- 18,11: «André prit la parole et dit à (ses) frères: «Dites, que pensez-vous de ce qu’elle vient d’affirmer? Pour ma part, je ne crois pas que le Sauveur ait dit cela. Car, semble-t-il, ces enseignements diffèrent par la pensée». Pierre prit la parole et, discutant de questions du même ordre, il les interrogea sur le Sauveur: «Est-il possible qu’il se soit entretenu avec une femme en secret – à notre insu – et non ouvertement si bien que nous devrions, nous, former un cercle et tous l’écouter? Il l’aurait choisie, de préférence à nous?». Alors Marie se mit à pleurer. Elle dit à Pierre: «Pierre, mon frère, que vas-tu donc penser? Crois-tu que c’est toute seule dans mon coeur que j’ai eu ces pensées ou que, à propos du Sauveur, je mente?». Lévi prit la prole et dit à Pierre: «Pierre, depuis toujours tu es un tempérament bouillant, je te vois maintenant argumenter contre la femme comme un adversaire. Pourant, si le Sauveur l’a rendue digne, qui es-tu, toi, pour la rejeter?».

Claire Clivaz

Claire Clivaz is Head of Digital Enhanced Learning at the Swiss Institute of Bioinformatics (VITAL-IT, Lausanne, CH) and belongs to an interdisciplinary team that started the Digital Humanities in Switzerland since 2011. She is also a member of the LADHUL (www.unil.ch/ladhul). This blog assumes to developp opinions and discussions on all the events and problematics around the Digital Humanities, particularly in the French speaking aerea. Claire Clivaz est Head of Digital Enhanced Learning à l'Institut Suisse de Bioinformatique (Lausanne, CH) et appartient à une équipe interdisciplinaire qui a lancé les Humanités Digitales en Suisse depuis 2011. Elle est membre du Ladhul (www.unil.ch/ladhul). Ce blog se propose de présenter et développer des sujets de discussions sur les événements et problématiques touchant aux Humanités Digitales, notamment dans l’ère linguistique et culturelle francophone.

More Posts - Website