Des disciplines aux projets: un enjeu pour la recherche et la formation

Paris, 5 décembre 2014, EHESS: DARIAH-FR a organisé une journée sur la formation en humanités digitales/numériques qui a été de grand intérêt. C’était notamment un privilège d’entendre à la suite Susan Schreibman and Elisabeth Burr, deux professeurs qui façonnent le monde des DH depuis bien des années. A l’image du titre du VCC2 de DARIAH, «Research and Education», bien des thématiques de la journée se sont situées au croisement de la recherche et de la formation, une synergie constante dans les DH, qui interagit également constamment avec la recherche sur les infrastructures.

J’ai notamment été ravie d’entendre Elisabeth Burr nous dire que la structuration académique se déplaçait progressivement des «disciplines» vers les «projets», en tous cas en ce qui concerne l’enseignement qu’elle pratique depuis des années dans les universités d’été de Leipzig, les DH summer schools. C’est aussi à partir d’un projet phare qu’elle mène en ce moment que Susan Schreibman a largement décrit son enseignement, «Letters of 1916. Creating History». Voici quelques réflexions que je fais à la suite de cette journée, dont j’ai partagé les slides de ma conférence, «Identité des sciences humaines et formation en humanités digitales».

Il vaut la peine de s’arrêter ici pour prendre le temps de la réflexion: si, pour mener un projet de recherche, il faut former, c’est que la recherche elle-même s’est déplacée depuis qui est – ou aurait été – sa matrice disciplinaire. Un projet de recherche en Humanités Digitales demande toujours un panel de compétences qu’on serait bien en peine de trouver chez des étudiants ou jeunes chercheurs issus de chemins de formation encore souvent centrés sur et façonnés par la notion de «discipline». Il faut donc compter désormais dans un projet de recherche le temps de formation et d’intégration de compétences qui ne sont pas disponibles telles quelles. La recherche devient ainsi recherche fondamentale et pédagogique en même temps, quand elle n’implique pas de surcroît de la recherche en infrastructure.

A lire un article de Jean-Louis Fabiani (2006, «A quoi sert la notion de discipline?»), on comprend mieux ce qui est à l’oeuvre dans les DH. D’une part, il y rappelle que la notion Kuhnienne de discipline – bien loin de l’habitus de Bourdieu, mais dont l’impact a été si fort (p. 17) – est construite sur la notion de textualité : «C’est le corps de textes admis comme référence à un moment donné du temps qui définit les frontières (boundaries) de l’objet et de la communauté qui lui est attachée. La référence à un corpus textuel implique qu’il y ait plusieurs niveaux de structuration des communautés» (p. 16). Comment mieux démontrer que la notion de «discipline» aura eu partie liée à la culture du texte, et en particulier du texte tel que fixé légalement dans la culture imprimée du milieu du 19ème siècle?

De fait, les DH remettent ensemble les deux définitions majeures que Fabiani reconnaît au terme de «discipline», soit celle qui met au centre le discipulus comme récepteur du message, et l’organisation particulière des savoirs modernes, développée dès le 19ème siècle. De fait, dans la recherche-pédagogie DH, toute les étapes de la construction du savoir sont remises en questions, comme le soulignait en 2012 le professeur d’Etudes Asiatiques d’Harvard, Peter Bol, dans son article «The Humanities, Digitized. Reconceiving the Study of the Culture»:«One way that scholars have sought to come to grips with digitization in the humanities is through the lens of information management, by understanding its impact on the four phases of a typical research cycle: finding, organizing, analyzing, and disseminating information. Scholars traditionally begin projects by figuring out what the good research questions are in a given field, and connecting with others interested in the same topics; they then gather and organize data; then analyze it; and finally, disseminate their findings through teaching or publication. Scholarship in a digital environment raises questions about every aspect of this process. For example, in gathering and organizing data».

Comment dès lors ne pas se joindre au cri du coeur de Fabiani, en 2006, mais qui devient de plus en plus une clameur qui s’amplifie: «A rebours des réflexions en cours sur les recompositions disciplinaires, les pratiques des commissions spécialisées insistent toujours sur l’allégeance à des formes ou à des rites considérés comme constituant le coeur de la discipline» (p. 34)?

Claire Clivaz

Claire Clivaz is Head of Digital Enhanced Learning at the Swiss Institute of Bioinformatics (VITAL-IT, Lausanne, CH) and belongs to an interdisciplinary team that started the Digital Humanities in Switzerland since 2011. She is also a member of the LADHUL (www.unil.ch/ladhul). This blog assumes to developp opinions and discussions on all the events and problematics around the Digital Humanities, particularly in the French speaking aerea. Claire Clivaz est Head of Digital Enhanced Learning à l'Institut Suisse de Bioinformatique (Lausanne, CH) et appartient à une équipe interdisciplinaire qui a lancé les Humanités Digitales en Suisse depuis 2011. Elle est membre du Ladhul (www.unil.ch/ladhul). Ce blog se propose de présenter et développer des sujets de discussions sur les événements et problématiques touchant aux Humanités Digitales, notamment dans l’ère linguistique et culturelle francophone.

More Posts - Website