D. Fiormonte: Humanités Digitales et Sciences Sociales: un mariage conclu dans les cieux

En ce 31 janvier 2013, l’Université de Lausanne ouvre son «Laboratoire d’Humanités Digitales de l’Université de Lausanne (LADHUL)», interfacultaire et ancré dans la Faculté des Sciences Sociales et Politiques. Des informations plus détaillées suivront ici. Unil et EPFL vont ainsi pouvoir continuer de pair l’aventure des «Humanités Digitales» sur le campus lausannois, en se préparant notamment au DH 2014 (6-13 juillet 2014).

Pour fêter cet heureux événement, Domenico Fiormonte (Roma Tre) nous offre un beau texte sur la rencontre entre Humanités Digitales et Sciences Sociales, que j’ai traduit en français. Pour la version italienne et un commentaire de l’auteur, voir ici.

 

Humanités Digitales et Sciences Sociales : un mariage conclu dans les cieux

Domenico Fiormonte, Université de Roma Tre (IT)

Il existe de nombreuses définitions des Humanités Digitales, au moins autant qu’on compte d’écoles européennes et nord-américaines, qui, de manière indépendante, ont trouvé leur origine dans l’application des méthodes informatiques aux disciplines humanistes. Mais il est sans doute utile de commencer par clarifier un point de terminologie. Le mot anglais Humanities vient, comme nous le savons, du latin studia humanitatis, labellisé à la fin du Moyen-Age/début de la Renaissance, pour désigner un courant d’études qui comprenait la grammaire, la rhétorique, la poésie, l’histoire, la philosophie morale, mais également l’arithmétique et la dialectique. Toutefois, le terme humanitas, en latin classique, a désigné, pour nous les modernes, quelque chose qui s’approche de «civilisation», c’est-à-dire d’un style de vie et de pensée inspiré par des valeurs déterminées – retenues comme universelles. De telles valeurs, transformées et réinterprétées, ont assumé une fonction «prescriptive» et ont déterminé un curriculum à partir du XVIIIème siècle, en particulier grâce à l’élan des Lumières françaises et de l’Aufklärung allemande. Au siècle suivant se sont confirmées de nouvelles disciplines et savoirs (sociologie, psychologie, anthropologie, etc.) qui, de concert avec certaines «migrations» – par exemple philosophie et histoire ont toujours été à cheval entre les sciences humaines et les «humanités» -, ont conduit à la naissance du déploiement des «sciences humaines». Cette expression a fait florès avant tout dans le monde francophone, alors que le monde anglo-saxon a préféré Social Sciences (vs. Arts and the Humanities), augmentant ainsi la Babel académique.

 

Que reste-t-il aujourd’hui d’une histoire si complexe à l’intérieur des lieux de formation occidentaux ? Difficile de le dire. Mais si cette question avait peut-être encore un sens hier, elle ne l’a plus aujourd’hui. Parce qu’il est évident que la dimension digitale de la connaissance (production, transmission, accès) a abattu les barrières créées au 19ème siècle pour diviser les disciplines «scientifiques», basées sur une méthode expérimentale, et les disciplines humanistes, traditionnellement spéculatives. Toutes les différentiations de ce type apparaissent aujourd’hui non seulement comme un résidu académique anachronique, mais aussi comme un obstacle pesant à l’innovation.

 

Si nous nous tournons maintenant vers les HD, je choisirai une définition récente, qui me semble très utile pour illustrer la rigidité futile des divisions disciplinaires actuelles :

(…) the proper object of Digital Humanities is what one might call “media consciousness” in a digital age, a particular kind of critical attitude analogous to, and indeed continuous with, a more general media consciousness as applied to cultural production in any nation or period. Such an awareness will begin in a study of linguistic and rhetorical forms, but it does not stop there. (…) Digital Humanities has also a reciprocal and complementary project. Not only do we study digital media and the cultures and cultural impacts of digital media; also we are concerned with designing and making them. (W. Piez, “Something called Digital Humanities”.

http://digitalhumanities.org/dhq/vol/2/1/000020/000020.html

 

Dans cette définition sont comprises au moins quatre ou cinq disciplines différentes, que nous trouvons aujourd’hui réparties dans différentes facultés : non seulement les langues et les littératures, mais aussi la sociologie de la communication, les études anthropologiques et éthnographiques sur les nouveaux média, l’archivistique, la bibliothéconomie, le patrimoine culturel, et bien sûr, l’informatique.

 

Mais les raisons pour lesquelles il est inutile et nuisible de circonscrire les Humanités Digitales au plan historico-littéraro-linguistique – à part les motifs d’ordre pratique, puisque que nous savons que Social Sciences et Humanités font partie ensemble du secteur «SH» du Conseil Européen de la Recherche) –, sont avant tout d’ordre épistémologique et méthodologique.

 

Du point de vue épistémologique, je crois que le terme central est la redéfinition des objets de connaissance, soit de leurs supports et de leur forme. De tels objets sont devenus perenni mutanti, en sorte à ne plus pouvoir être étudiés et analysés d’un seul point de vue. Je donnerai un seul exemple : le concept de «document». La codification digitale d’un document, de quelque nature qu’il soit (écrit, oral, filmé, etc.), est aujourd’hui un des terrains les plus importants de redéfinition de la connaissance. Avant tout parce que nous savons que toute codification est un acte herméneutique. L’enjeu n’est pas seulement découvrir l’entropie informative du passage du support analogique au digital (qu’on considère l’aspect singulier de l’alphabet hangeul ou le manuscrit d’un auteur canonique), mais c’est aussi choisir ce qu’on conserve et transmet, et comment on le fait. Il ne s’agit pas seulement de dénoncer les limites et les implications géopolitiques de l’algorithme de Google et la commercialisation de notre identité par les média sociaux. L’enjeu est plus profond. Par exemple, pouvons-nous parler aujourd’hui des droits humains sans évoquer en même temps les procédures et les valeurs qui sont médiatisées par les pratiques discursives, les documents et les flux informatifs largement dépendants (je dirais dépendants quant à leur processus même) des technologies informatiques ? L’intervention du sociologue ne peut cependant prendre place seulement en tant que processus achevé, parce que chaque étape du processus de digitalisation (ou production native) – des représentations digitales d’un passage singulier à un produit complet de communication – présente des revers sémiotiques, sociaux, culturels, politiques, etc.

La question méthodologique se résume à ces énoncés, quand bien même elle appelle une auto-réflexion ultérieure (et probablement une auto-critique). Nous avons tous à faire avec des standards, des instruments et des ressources qui influencent et informent notre recherche et notre didactique. Mais l’attrait de nos regards pour les instruments dont nous faisons usage est le plus souvent passif. Chercher à avoir un mot à dire dans le processus de construction de tels instruments et ressources est vital pour garantir non seulement l’efficacité, mais aussi pour éviter les usages détournés, anti-démocratiques et socialement injustes. Les problématiques de la représentation, de la production, de l’accès et de la transmission des savoirs dans les dimensions digitales devraient toutes être conduites à l’articulation des sciences humaines et sociales.

Pour conclure, donc, comment pouvons-nous penser l’affrontement de tous ces défis sans une alliance entre sciences sociales, sciences informatiques et sciences humaines ? D’un certain point de vue, la route conduisant à ce mariage est amplement tracée. Elle a été indiquée, dans les années 50-60, par des pionniers comme Pierre Bourdieu, Régis Debray, Umberto Eco, Jack Goody, Eric Havelock, Harold Innis, André Leroi-Gourhan, Bruno Latour, Marshall McLuhan, Edgar Morin, Walter Ong, Raymond Williams, etc. Je vous souhaite à tous que le Laboratoire des Cultures et Humanités Digitales de l’Université de Lausanne sache relever ce défi magnifique.

Traduction C. Clivaz, Unil

 

Claire Clivaz

Claire Clivaz is Head of Digital Enhanced Learning at the Swiss Institute of Bioinformatics (VITAL-IT, Lausanne, CH) and belongs to an interdisciplinary team that started the Digital Humanities in Switzerland since 2011. She is also a member of the LADHUL (www.unil.ch/ladhul). This blog assumes to developp opinions and discussions on all the events and problematics around the Digital Humanities, particularly in the French speaking aerea.

Claire Clivaz est Head of Digital Enhanced Learning à l’Institut Suisse de Bioinformatique (Lausanne, CH) et appartient à une équipe interdisciplinaire qui a lancé les Humanités Digitales en Suisse depuis 2011. Elle est membre du Ladhul (www.unil.ch/ladhul). Ce blog se propose de présenter et développer des sujets de discussions sur les événements et problématiques touchant aux Humanités Digitales, notamment dans l’ère linguistique et culturelle francophone.

More Posts - Website

Comment éviter le retour des travers de l’Age Classique dans les DH?

Personne n’aime endosser un rôle de Cassandre. Pourtant, depuis que je l’avais énoncé en colloque en août 2011, ma crainte d’un retour des travers de l’Age Classique dans l’approche du savoir se renforce chaque jour davantage: à moins de mener les recherches en équipe pluridisciplinaires s’interpellant depuis différents points de vue, les machines à standardiser la connaissance pourraient une nouvelle fois expulser la différance et l’assymétrie, pour reprendre les termes chers à Derrida. Je m’interroge devant les approches «object-centered» qui nous promettent un savoir global, transparent et non équivoque. «OCHRE» (Object-centered high-level reference ontology) nous vient de Leipzig.

Comme autre exemple qui demande urgemment un travail en équipe multi-disciplinaire, il y a cette «infographie» de la version anglaise des «Misérables» de Jeff Clarke, très judicieusemement présentée en français par l’équipe de Pégasus Data (ici Yannick Rochat) sur leur site. Y. Rochat en amorce une très bonne critique, qui se poursuit dans le blog de discussion. J’ajoute ici quelques réflexions sur cette infographie qui met en représentations visuelles certaines données quantitatives de cette traduction anglaise des Misérables, tel ceci:

Des équipes interdisciplinaires sont nécessaires pour comprendre comment associer analyse quantitative et qualitative en sciences humaines, toute comme le font les science sociales. Les sciences sociales intègrent le qualitatif au quantitatif, parfois dans l’effort et la douleur; les sciences humaines vont devoir clamer le droit au qualitatif dans la déferlante du quantitatif. J’imagine en effet déjà les enseignants du primaire et secondaire remplir de jolis tableaux en couleur les salles de classe de littérature française… Pratique, efficace, esthétique: les enfants et jeunes y prendront goût très vite!

Il est clair que les infographies de Clarke reposent toutes sur les choix de traduction du français en anglais. Il me semble qu’il faut considérer cette infographie dans une perspective de «versionning» des Misérables. Ce n’est pas une analyse des Misérables, mais de la version n° XX des Misérables, dans une traduction anglaise datée. Un texte – et ses réécritures – ne peut plus être considéré comme une entité fixe et stable. On travaillera informatiquement toujours sur une «version» du texte. C’est ce qui amène l’équipe d’Homère Multitexte à commencer à citer les versets de l’Iliade par «manuscrit», par «version» donc du texte. Le concept d’archivage même est sans doute appeler à évoluer vers du «versionning», via des enregistrements réguliers de ce qu’on veut garder et qui va forcément évoluer au cours du temps.

Cela fait sérieusement grincer des dents de lire dans la première infographie de Clarke (image ci-dessus) qu’il y aurait des mots «positifs», tel «amour», et des mots négatifs. Un bon siècle de psychanalyse nous a pourtant montré qu’une «mère qui aime son enfant», c’est potentiellement ambigu pour la suite de l’histoire… S’il y avait des «valeurs absolues» aux mots (pour mixer les langues mathématiques et littéraires), on le saurait! La particularité du langage est son ambiguité, son aspect flottant. Toutes les sciences humaines se sont construites sur le petit pourcentage de sens qui échappera toujours à toutes les ontologies, car il n’est pas possible de mettre totalement en équation «les mots et les choses», pour reprendre Foucault. Le célèbre penseur a à juste titre diagnostiqué le règne du roman au 19ème comme la revanche du langage sur «sa mise en boîte» à l’Age Classique. Puisque tout cela a été dit et pensé, nous n’allons tout de même pas reproduire au sortir de la post-modernité un Age Classique 2!

Dire, comme le fait Clarke, que la fréquence détermine l’importance des personnages est réducteur. Les concepts d’effet papillon, de sérendipité, nous rappellent bien que c’est peut-être le personnage mentionné le temps de quelques pages, ou même de deux paragraphes, qui va tout changer. Dans cette belle et ébouriffante rencontre par-delà les champs et les genres, il conviendrait que les Humanités Digitales ne soient pas seulement une rencontre entre geeks et poètes, mais sans doute aussi entre geeks, poètes et philosophes, en élargissant l’expression de Martin Foys dans le NY Times.

Claire Clivaz

Claire Clivaz is Head of Digital Enhanced Learning at the Swiss Institute of Bioinformatics (VITAL-IT, Lausanne, CH) and belongs to an interdisciplinary team that started the Digital Humanities in Switzerland since 2011. She is also a member of the LADHUL (www.unil.ch/ladhul). This blog assumes to developp opinions and discussions on all the events and problematics around the Digital Humanities, particularly in the French speaking aerea.

Claire Clivaz est Head of Digital Enhanced Learning à l’Institut Suisse de Bioinformatique (Lausanne, CH) et appartient à une équipe interdisciplinaire qui a lancé les Humanités Digitales en Suisse depuis 2011. Elle est membre du Ladhul (www.unil.ch/ladhul). Ce blog se propose de présenter et développer des sujets de discussions sur les événements et problématiques touchant aux Humanités Digitales, notamment dans l’ère linguistique et culturelle francophone.

More Posts - Website

A Vision of Students Today

Domenico Fiormonte (Roma 3) m’a signalé cette excellente video youtube sur le point de vue des étudiants aujourd’hui.

Certains éléments sont marqués de la culture anglo-saxonnes, mais la plupart des points de vue sont transposables à divers cadres académiques occidentaux. Quelques minutes à ne pas manquer, postées par Michael Wesh.

Pendant ce temps, on teste le dépassement des frontières du côté de Lausanne (CH): voici le début du journal de bord du groupe de doctorants Unil-EPFL en sciences humaines, sociales et technologiques, avec quelques échos de la présentation d’Héloïse Pocry, doctorante en histoire de l’art à Paris et Lausanne, sur l’histoire des écoles de photographie en France, Allemagne et Suisse, 1900-2010, avec un focus sur le tournant des années 1980 en France.

 

Claire Clivaz

Claire Clivaz is Head of Digital Enhanced Learning at the Swiss Institute of Bioinformatics (VITAL-IT, Lausanne, CH) and belongs to an interdisciplinary team that started the Digital Humanities in Switzerland since 2011. She is also a member of the LADHUL (www.unil.ch/ladhul). This blog assumes to developp opinions and discussions on all the events and problematics around the Digital Humanities, particularly in the French speaking aerea.

Claire Clivaz est Head of Digital Enhanced Learning à l’Institut Suisse de Bioinformatique (Lausanne, CH) et appartient à une équipe interdisciplinaire qui a lancé les Humanités Digitales en Suisse depuis 2011. Elle est membre du Ladhul (www.unil.ch/ladhul). Ce blog se propose de présenter et développer des sujets de discussions sur les événements et problématiques touchant aux Humanités Digitales, notamment dans l’ère linguistique et culturelle francophone.

More Posts - Website

Des rencontres doctorales par-delà la frontière sciences humaines / sciences dures à Lausanne (CH)

Cette année 2013 démarre à Lausanne (CH) sur les chapeaux de roue digitaux.

Convaincus que la nouvelle académie et les futures structures de recherches seront pensées et portées par la génération des «born digital», une équipe de chercheurs lausannois a ouvert ce vendredi 11 janvier un groupe de doctorants impliqués en Humanités Digitales et provenant des sciences humaines, sociales et des nouvelles technologies.

Par-delà les divisions nées au 19ème siècles entre sciences dites humaines et sciences dures, il s’agit de retrouver les «Humanités» dans leur sens générique, comprenant sciences humaines, sociales et techniques, et mettant l’humain au centre des recherches. La remise en question des modèles scientifiques et académiques et tout aussi grande pour des branches comme la biologie, la physique ou la chimie que pour l’histoire, la codicologie ou la sociologie. Le mailström digital vient bousculer tous les domaines de recherche, telle est la conviction de l’équipe DH lausannoise.

L’expérience va culminer dans une école d’été DH à Berne (CH), du 26 au 29 juin:

http://www.dhsummerschool.ch/

Une doctorante du labo junior DH de l’ENS de Lyon, Cécile Armand, était présente et a fait un compte-rendu de la séance de ce 11 janvier 2013:

http://dhlyon.hypotheses.org/47

Une première série de présentations de travaux de doctorants auront lieu jusqu’en mars 2013, et sont annoncées dans cet article; site: http://dhlausanne.ch/.

A Berne, les grands noms des Digital Humanities seront présents, dont Ray Siemens et Susan Schreibman, pour initier doctorants et chercheurs de Suisse au Digital Humanities, du 26 au 29 juin 2013, avant le grand rendez-vous du DH 2014, du 6 au 12 juillet 2014 à Lausanne (Unil et EPFL).

Claire Clivaz

Claire Clivaz is Head of Digital Enhanced Learning at the Swiss Institute of Bioinformatics (VITAL-IT, Lausanne, CH) and belongs to an interdisciplinary team that started the Digital Humanities in Switzerland since 2011. She is also a member of the LADHUL (www.unil.ch/ladhul). This blog assumes to developp opinions and discussions on all the events and problematics around the Digital Humanities, particularly in the French speaking aerea.

Claire Clivaz est Head of Digital Enhanced Learning à l’Institut Suisse de Bioinformatique (Lausanne, CH) et appartient à une équipe interdisciplinaire qui a lancé les Humanités Digitales en Suisse depuis 2011. Elle est membre du Ladhul (www.unil.ch/ladhul). Ce blog se propose de présenter et développer des sujets de discussions sur les événements et problématiques touchant aux Humanités Digitales, notamment dans l’ère linguistique et culturelle francophone.

More Posts - Website

Jesus’ Wife Gospel and academic research: how could we join the blog culture, the scholars and the publishers world? Dans le sillage de l’Evangile de la femme de Jésus: comment articuler la culture blogue, les chercheurs et la sphère des éditeurs?

English version below. All collaborative English checking is welcome 🙂

FRENCH VERSION

La préoccupation est partagée (voir notamment ces reprises): la façon dont est publié et discuté le fragment dit «de l’Evangile de la femme de Jésus» appelle à repenser les procédés de discussion, de publication et de peer-review académique. Tout sent le moment de transition, et c’est finalement un joli pied de nez de l’histoire que cela soit l’éventuelle «femme de Jésus» qui provoque ce tournant dans la communication académique dévolue à la recherche sur les christianismes anciens.

Un lecteur du blogue suggère que Brill, pour la publication à venir d’un volume présentant de nouveaux papyrus du Nouveau Testament, anticipe et propose un système de peer-review post-publication, ou, dirais-je, en tous cas un forum de discussion des fragments. Il n’est pas difficile de prévoir qu’il y en aura besoin! J’avais déjà mis en parallèle l’annonce sur youtube par Dan Wallace de ces nouveaux papyrus et celle par Karen King dans un billet précédant. On a là des phénomènes parallèles.

Je liste ici quelques suggestions pratiques pour aller plus loin dans la gestion de ces nouvelles formes de débat académique:

1) Il faut pouvoir désormais citer très précisément les passages des vidéos des chercheurs, tout comme nous le faisons pour les textes. Nous travaillons à un projet autour de cette thématique avec mon collègue Frédéric Kaplan du laboratoire des Humanités Digitales à l’EPFL (CH).

2) Les opinions des chercheurs assurant le peer-review pré-publication doivent être publiées en même temps qu’un article. C’est le cas, anonymement, dans le «draft» de l’article de Karen King.

3) L’acte de publication du chercheur ne s’arrête plus à l’article. Il /elle doit être actif dans la discussion qui suit et développe son travail. La publication devient un processus de recherche en continu, avec des moments de synthèses et de certification qui vont devoir se standardiser

4) Les «publishers» (revues, éditeurs) doivent offrir un lieu de modération et de synthèse des discussions post-publication. On peut aussi imaginer un lieu «neutre», autre que celui de la revue qui publie pour assurer les paramètres de ce débat. La place est à prendre en un sens, pour qui veut. La collaboration avec nos collègues en nouvelles technologies est requise ici aussi: il convient bien sûr de penser à automatiser en bonne partie le travail de synthèse, en témoigne la florescence des blogues sur l’Evangile de la femme de Jésus.

5) La certification devient un processus qui s’étale dans le temps et qui se mesure autant, si ce n’est plus, à la réception d’un article qu’à sa production. Le système académique perdra de son élitisme: mais est-ce grave docteur? La recherche collaborative ne cesse de faire ses preuves, y compris pour la recherche contre le cancer désormais avec clicktoturn.net! Voir Michael Nielsen, Reinventing Discoveries, 2012 (http://press.princeton.edu/titles/9517.html). Je prépare un article où je développe ce thème en l’appliquant aux réseaux existant en critique textuelle du Nouveau Testament (conférence donnée à la SBL internationale d’Amsterdam en juillet 2012).

La recherche collaborative, bien menée, donne plus de résultats que la recherche isolée. En tant que théologienne protestante, cela ne me surprend en aucune manière, et je ne peux que m’en réjouir.

 

ENGLISH VERSION. All collaborative English checking is welcomeJ

It is a shared opinion and preoccupation (look here): we are facing a tuning-point in the habits of the academic publishing, around the episode of the Jesus Wife Gospel. It invites us to reconsider the scholarly discussion, publication and peer-review system. It is quite historically funny that the eventual «wife of Jesus» provokes such an effect in the academic communication on the Christian origins.

A reader of my previous blog suggests that Brill, for the publication of the volume offering new NT papyri, forecasts the evolution of the academic debate and offers a post-publication peer-review. Let’s hope, I will say, that Brill will offer at least a place of moderated scholarly discussion. I have put in parallele in a previous blog Dans Wallace and Karen King on youtube, on the two topics: we have here parallel phenomena.

I do here just some practical suggestions:

1) One needs to quote very closely the scholars words on youtube moovies, as we do it for texts. With my colleague in ICT Frederic Kaplan (Digital Humanities Laboratory, EPFL), we are working on such a tool.

2) The opinions of the scholars doing the peer-review pre-publication have to be accessible at the same time where the article is published. It is the case, anynomously, for Karen King’s draft article.

3) The involvement of the scholar does not stop with the publication of the article any more. She/he has to be active also in the following discussion, and to develop his/her work. The «publication» begins a continuous process of research, with moments of synthesis and certification, that will have to be standardized.

4) The publishers (reviews, etc.) have to offer website for the post-publication discussion, moderated and with a synthesis. One could also imagine a «neutral place», different from the review that published the article, to offer such a debate. The position is to who will take it first… One needs also here the collaborative work with ICT colleagues: a part of the job could be automatized, notably the search for and the synthesis of the information. Regarding the Jesus Gospel Wife, we could only wish to have such an automatized or half-automatized tool.

5) The certification begins a process that continues to develop and will be evaluated as much – if not more – by the reception than at the moment of the production. In such a perspective, the academic system will loose a part of its elitism: but is it annoying? The collaborative research gets points every day, included the new tool for the research against the cancer: clicktoturn.net! See Michael Nielsen, Reinventing Discoveries, 2012 (http://press.princeton.edu/titles/9517.html). I am preparing an article on New Testament textual criticism online forums of discussion (papers of the international SBL, Amsterdam July 2012).

The collaborative research, well done, offers more results than the isolated one. As protestant theologian, I can only approve and I am not surprised.

Claire Clivaz

Claire Clivaz is Head of Digital Enhanced Learning at the Swiss Institute of Bioinformatics (VITAL-IT, Lausanne, CH) and belongs to an interdisciplinary team that started the Digital Humanities in Switzerland since 2011. She is also a member of the LADHUL (www.unil.ch/ladhul). This blog assumes to developp opinions and discussions on all the events and problematics around the Digital Humanities, particularly in the French speaking aerea.

Claire Clivaz est Head of Digital Enhanced Learning à l’Institut Suisse de Bioinformatique (Lausanne, CH) et appartient à une équipe interdisciplinaire qui a lancé les Humanités Digitales en Suisse depuis 2011. Elle est membre du Ladhul (www.unil.ch/ladhul). Ce blog se propose de présenter et développer des sujets de discussions sur les événements et problématiques touchant aux Humanités Digitales, notamment dans l’ère linguistique et culturelle francophone.

More Posts - Website

Ebook published: Reading Tomorrow/ Lire Demain, PPUR, Lausanne, 2012

Voici paru l’ebook du premier colloque en Suisse d’Humanités Digitales, qui a eu lieu à Lausanne en août 2011. On pourra se le procurer sur ce site pour 17frs50:

http://www.ppur.com/produit/549/9782889141494/Lire%20demain

Plus de quarante contributions y figurent, en français ou en anglais, parfois dans les deux langues.

79 pages peuvent être consultées online gratuitement:

Des chercheurs de différents horizons réfléchissent à la transformation en cours des supports scientifiques et de leurs techniques de recherche. Plus généralement, ils envisagent les modes de lecture/écriture émergents, liés à l’évolution de l’internet et aux technologies de lecture digitale. Cet ouvrage propose un tour d’horizon de l’histoire de la lecture et des littératies, c’est- à-dire des diverses formes du « savoir-lire », ainsi qu’une large réflexion épistémologique sur les nouvelles formes de communication savante engendrées par la révolution de la dématérialisation de la lecture. Une version ebook propose une publication élargie, enrichie de différents liens multimédia, regroupant toutes les conférences du premier colloque lausannois sur les Humanités Digitales. Edité par Claire Clivaz, Jérôme Meizoz, François Vallotton, Joseph Verheyden. Avec la collaboration de Benjamin Bertho.

Claire Clivaz

Claire Clivaz is Head of Digital Enhanced Learning at the Swiss Institute of Bioinformatics (VITAL-IT, Lausanne, CH) and belongs to an interdisciplinary team that started the Digital Humanities in Switzerland since 2011. She is also a member of the LADHUL (www.unil.ch/ladhul). This blog assumes to developp opinions and discussions on all the events and problematics around the Digital Humanities, particularly in the French speaking aerea.

Claire Clivaz est Head of Digital Enhanced Learning à l’Institut Suisse de Bioinformatique (Lausanne, CH) et appartient à une équipe interdisciplinaire qui a lancé les Humanités Digitales en Suisse depuis 2011. Elle est membre du Ladhul (www.unil.ch/ladhul). Ce blog se propose de présenter et développer des sujets de discussions sur les événements et problématiques touchant aux Humanités Digitales, notamment dans l’ère linguistique et culturelle francophone.

More Posts - Website

The real “scoop” of the so-called Jesus’ Wife Gospel: the transformation of the peer-review process

Whatever the so-called “Jesus’ Wife Gospel” is authentic or not, the media marketing around this fragment has the advantage of making more visible the presence of women in Ancient Christianities and speaking to a wide audience about some Gnostic texts such as the Gospel of Philip. This is of benefit in itself.

But the authentic “scoop” of this announcement stands at another level: in an article written by Jeanna Bryner in LiveScience, on the 19th of October, we learn that the Harvard Theological Review renounces to publish Karen King’s article in in the  January 2013 issue, a draft of which is available online. As I suggested in another blog, the most interesting point of this episode is probably its impact in terms of digital culture. It forecasts and figures the transformation of the peer-review process of the scientific articles in Humanities, a strongly established point in the scholarly life.

The withdrawal of the article by HTR raised diverse reactions, as J. Bryner informs us: Andrew Bernhard, an Oxford university graduate, considers that it is an historical moment in the academic process, with a moove to more transparence and openess in the peer-review process. Hershel Shanks (Biblical Archeogical Society) considers this withdrawing as a «shame» and something «coward», whereas Robert Bagnall waits prudently for the more recent analysis of the document.

We have here an interesting example of the turning-point announced by Kathleen Fitzpatrick in her excellent book Planned Obsolescence. Publishing, Technology, and the Future of the Academy, available online: «I want to suggest that the time has come for us to consider whether, really, we might all be better served by separating the question of credentialing from the publishing process, by allowing everything through the gate, and by designing a post-publication peer review process taht focuses on how a scholarly text should be received rather than whether it should be out there in the first place».

Karen King’s article’s draft leads to such a transformation. First, it mentions some opinions of the peer-reviewers of the article, something unusual and new. Secondly, it is now reviewed by a number of other scholars on diverse websites, including this one. What is missing here is the centralisation and the moderation of the debate. As I told in my preceding blog, the Harvard Divinity School did not dare to propose also a blog / forum of discussion, kind of a first «post-publication peer-review » process of the draft article. It should have been done, it should be done, rather than to count of an old mode of publication in a journal.

A historical point of view is here required: at the 17th century, the scientific journals emerged, because they were because they were a more appropriate means of quickly diffusing opinions. In the English speaking world, the «Philosophical Transactions» have begun to s to disseminate widely scientific articles from 1662. In the French speaking world, as Dominique Vinck reminds (Hermès 57, 2010), the «Journal des Savants» succeded in 1665 to the informal network of scientific letters, held by Father Mersenne with 200 scholars in Europe.

It is almost evident to assert today that we are facing a similar turn. The quality of the scientific exchanges requires now the transformation of the academic literary production. As Kathleen Fitzpatrick proposes it, one has now to dissociate the moment of the publication from this one of the credentialing. One needs an efficient post-publication peer-review process, with the moderation of the opinions of the best scholars in the field.

If we go in that direction, we will only realize what Charles S. Pierce discribed several decades ago:«The very origin of the conception of reality shows that this conception essentially involves the notion of a COMMUNITY, without definite limits, and capable of an indefinite increase of knowledge. And so those two series of cognitions – the real and the unreal – consist of those which, at a time sufficiently future, the community will always continue to reaffirm; and of those which, under the same conditions, will ever after be denied» (Peirce, The Essential Peirce, vol. 1, Houser et alii (ed.), p. 52).

Claire Clivaz

Claire Clivaz is Head of Digital Enhanced Learning at the Swiss Institute of Bioinformatics (VITAL-IT, Lausanne, CH) and belongs to an interdisciplinary team that started the Digital Humanities in Switzerland since 2011. She is also a member of the LADHUL (www.unil.ch/ladhul). This blog assumes to developp opinions and discussions on all the events and problematics around the Digital Humanities, particularly in the French speaking aerea.

Claire Clivaz est Head of Digital Enhanced Learning à l’Institut Suisse de Bioinformatique (Lausanne, CH) et appartient à une équipe interdisciplinaire qui a lancé les Humanités Digitales en Suisse depuis 2011. Elle est membre du Ladhul (www.unil.ch/ladhul). Ce blog se propose de présenter et développer des sujets de discussions sur les événements et problématiques touchant aux Humanités Digitales, notamment dans l’ère linguistique et culturelle francophone.

More Posts - Website

Le véritable scoop de «l’Evangile de la femme de Jésus»: la transformation des normes de publication académique (peer-review)

Quoi qu’il en soit de l’authenticité du fragment dit de l’«Evangile de la femme de Jésus», la publicité donnée à ce fragment aura eu l’avantage de mettre le projecteur sur le rôle des femmes dans certains mouvements chrétiens anciens, et de faire parler de textes apocryphes peu connus du grand public, comme l’Evangile selon Philippe. On ne peut que s’en réjouir.

Mais le véritable «scoop» de cet effet d’annonce se situe à un autre niveau, car un article de Live Science, écrit par Jeanna Bryner, a signalé le 19 octobre que la Harvard Theological Review (HTR) retirait pour l’instant de la publication du numéro de janvier 2013 l’article de la prof. Karen King, dont le brouillon est disponible online.

Comme je l’avais développé dans mon blog du 23 septembre, le point le plus intéressant de cet épisode médiatique est sans doute son impact en termes de culture digitale, et la transformation qu’il annonce du système «peer-review» des articles scientifiques en sciences humaines, pilier sans faille du débat et de la promotion académique.

La suspension de la publication par la HTR suscite diverses réactions, relayées par J. Bryner: Andrew Bernhard, diplômé d’Oxford, considère qu’on assiste probablement là à un moment historique dans l’histoire des processus académiques, en assistant à un progrès vers l’ouverture et la transparence dans le système du «peer-review». Hershel Shanks (Biblical Archeological Society) qualifie quant à lui d’«honteux» et de «couard» le retrait de l’article par HTR, tandis que Robert Bagnall, célèbre papyrologue qui a cautionné l’authenticité du document, se tait prudemment en attendant la fin de l’expertise.

Il est passionnant de voir se réaliser ici un tournant annoncé depuis au moins trois ans par Kathleen Fitzpatrick dans son excellent ouvrage Planned Obsolescence. Publishing, Technology, and the Future of the Academy, disponible online: «je souhaiterais suggérer que le moment est venu de considérer que nous pouvons obtenir de meilleurs résultats en séparant la question de l’accréditation de celle du processus de publication, en permettant un large accès à la publication, et en mettant au point un processus de peer review post-publication qui mette en lumière la manière dont un texte académique doit être reçu, plutôt que comment il doit être produit».

De fait, l’exemple de l’article de Karen King publié online sous forme de brouillon ouvre la porte à cette étape. Premièrement, il fait mention au début du texte du travail des reviewers officiels, nouveauté pour HTR. Deuxièmement, il est en ce moment en train d’être «reviewé» par de nombreux pairs, sur de multiples sites web, y compris sur ce blog. On voit que ce qui manque ici, c’est la centralisation et la modération des informations. En effet, comme je l’ai souligné dans mon blog précédant, Harvard n’a pas été jusqu’à oser la mise en discussion – le processus peer-review post-publication – de l’article «brouillon». Il aurait fallu, il faudrait encore le faire, plutôt que batailler sur l’accès à une publication dans une revue dont le format n’est plus satisfaisant.

Le regard historique est ici plus qu’instructif: le 17ème siècle a vu la naissance des revues scientifiques, parce que c’était le meilleur moyen de diffuser rapidement des opinions. Dans le monde anglo-saxon, ce sont les «Philosophical transactions» qui ouvrirent le bal des articles académiques en 1662. Dans le monde francophone, comme le rappelle Dominique Vinck dans un article (Hermès 57, 2010), c’est le «Journal des Savants» qui en 1665 succéda au système informel des 200 correspondants épistoliers du Père Mersenne à travers toute l’Europe.

N’est-il pas quasi tautologique d’affirmer que nous sommes désormais à un tournant similaire, et que la qualité des échanges et de la pratique scientifique en sciences humaines et sociales demande, exige, appelle la transformation du système de production académique? Comme le propose Kathleen Fitzpatrick, il faut désormais dissocier le moment de la publication de celui de l’accréditation. Il faut mettre en place une modalité efficace de peer-review post-publication, qui modère et intègre les meilleurs réactions du domaine sur la question.

Qu’aurons-nous alors fait? Rien d’autre que ce que le philosophe Charles S. Peirce exprimait si clairement il y a plusieurs décennies: «L’origine même de la conception de la réalité montre que cette conception implique essentiellement la notion d’une communauté sans limites définies et susceptible d’une croissance indéfinie de la connaissance. Et ainsi ces deux séries de connaissances – le réel et l’irréel – comprennent celles qu’à une époque suffisamment future la communauté continuera toujours de réaffirmer, et celles que, dans les mêmes conditions, elle ne cessera jamais de nier» (Peirce, The Essential Peirce, vol. 1, Houser et alii (éd.), p. 52).

Claire Clivaz

Claire Clivaz is Head of Digital Enhanced Learning at the Swiss Institute of Bioinformatics (VITAL-IT, Lausanne, CH) and belongs to an interdisciplinary team that started the Digital Humanities in Switzerland since 2011. She is also a member of the LADHUL (www.unil.ch/ladhul). This blog assumes to developp opinions and discussions on all the events and problematics around the Digital Humanities, particularly in the French speaking aerea.

Claire Clivaz est Head of Digital Enhanced Learning à l’Institut Suisse de Bioinformatique (Lausanne, CH) et appartient à une équipe interdisciplinaire qui a lancé les Humanités Digitales en Suisse depuis 2011. Elle est membre du Ladhul (www.unil.ch/ladhul). Ce blog se propose de présenter et développer des sujets de discussions sur les événements et problématiques touchant aux Humanités Digitales, notamment dans l’ère linguistique et culturelle francophone.

More Posts - Website

L’ «Evangile de la femme de Jésus» vu depuis la culture digitale: la Divinity School de Harvard maîtrise la communication digitale, à un point près.

Le monde académique qui scrute les origines du christianisme et le grand public entendent beaucoup parler ces jours d’un fragment en copte daté du 4ème siècle et venant d’Egypte, présenté par la prof. Karen King (Harvard Divinity School, USA). Ce succès est dû au fait que dans ce fragment de texte, Jésus dit à ses disciples : «Ma femme…»

Dans ce blog, je souhaite décrypter ce phénomène du point de vue de la culture digitale. C’est un exemple très intéressant de la manière dont la Harvard Divinity School (HDS) s’est mise à la maîtrise de la culture et de la communication digitale, à un point près.

Premièrement, sur le site web en question, on peut avoir accès à un brouillon d’un article à paraître dans la Harvard Theological Review, qui intègre des remarques faites par les chercheurs qui ont fait la recension de l’article et signale que des analyses spectrométriques de l’encre sont encore en cours. Ce fait confirme ce qu’annoncent depuis quelques années les spécialistes des Humanités Digitales, soit l’obsolescence à moyen terme du système des revues, car les résultats sont diffusés et discutés avant la publication, comme le montre cet exemple. La certification du savoir académique est entré dans une période de refonte, dont on ne devine pas encore quels seront les nouveaux paramètres.

Deuxièmement, ce site illustre l’aspect multisensoriel de la culture digitale émergeante : l’image et le son sont sollicités en plus du texte. Or, sans prendre de risque, on peut estimer que les visiteurs du site auront souvent cliqué sur la video youtube de la chercheuse, alors que peu d’entre eux auront lu l’article de 52 pages. Un chercheur qui annonce une recherche historique par youtube, avec ce que cela signifie de rhétorique émotionnelle, tranche considérablement avec l’écriture historique que prônait la figure de proue de l’historicisme allemand Leopold von Ranke : une écriture dénuée d’émotions, propre à ennuyer le lecteur. Mon propos n’est ici ni de déplorer, ni de me réjouir de cette évolution, mais de la signaler et d’appeler à construire une communication scientifique qui intègre désormais ces nouveaux paramètres.

Ce mode de communication a presque des allures de contre-offensive académique : en effet, en mai 2012, Dan Wallace, directeur du CSNTM (Dallas) annonçait sur youtube la découverte de 7 papyrus très anciens du Nouveau Testament, dont un fragement de l’Evangile selon Marc qui daterait du premier siècle ! Ces papyri vont être publiés l’an prochain chez Brill, et on attend là aussi de savoir ce qu’il en est. Mais toujours est-il que l’intention rhétorique de Dan Wallace est claire : prouver la stabilité des textes du Nouveau Testament à travers les siècles.

Mais par-delà son savoir-faire en matière de contrôle digital de l’information, HDS a toutefois à mon sens manqué un point important : l’interactivité. En effet, le site ne prévoit aucun moyen de répondre, de laisser son avis, afin que Karen King donne la réponse aux réponses, et que le débat académique ait lieu sur le site. HDS aurait pourtant pu ainsi maîtriser jusqu’au débat, en le modérant. En effet, il a lieu en ce moment sur de multiples sites et forums de discussion, aussi bien que sur youtube. Gageons que ce sera pour la prochaine annonce…

On trouvera d’autres réflexions sur le fond du document dans cette intervention sur la Radio romande, la 1ère, dimanche 23 septembre 2012 dans «Hautes Fréquences»:

Lien sur le site de l’émissions : http://www.rts.ch/la-1ere/programmes/hautes-frequences/

Lien pour télécharger le son : http://download-audio.rts.ch/la-1ere/programmes/hautes-frequences/2012/hautes-frequences_20120923_standard_sequence-1_dab4ae8f-1496-4bb4-a2b8-742fb2941696-128k.mp3

Un débat avec le père Albert Longchamps (directeur de la revue Choisir) a eu lieu sur la télévision suisse le 20 octobre:

http://www.rts.ch/video/emissions/religion/faut-pas-croire/4366777-madame-jesus-a-t-elle-existe.html

Claire Clivaz

Claire Clivaz is Head of Digital Enhanced Learning at the Swiss Institute of Bioinformatics (VITAL-IT, Lausanne, CH) and belongs to an interdisciplinary team that started the Digital Humanities in Switzerland since 2011. She is also a member of the LADHUL (www.unil.ch/ladhul). This blog assumes to developp opinions and discussions on all the events and problematics around the Digital Humanities, particularly in the French speaking aerea.

Claire Clivaz est Head of Digital Enhanced Learning à l’Institut Suisse de Bioinformatique (Lausanne, CH) et appartient à une équipe interdisciplinaire qui a lancé les Humanités Digitales en Suisse depuis 2011. Elle est membre du Ladhul (www.unil.ch/ladhul). Ce blog se propose de présenter et développer des sujets de discussions sur les événements et problématiques touchant aux Humanités Digitales, notamment dans l’ère linguistique et culturelle francophone.

More Posts - Website

Harvard Divinity School’s Digital Control and Omission. The ‘Jesus Wife Gospel’ at the Digital stake

In the scholarly world of early Christian origins and in a wider Western public audience, the news of a Coptic Egyptian Gospel fragment presented by Karen King (Harvard Divinity School, HDS) has mooved very fast, because of these words: ‘Jesus said to them: my wife…’.

I would like here to decipher the phenomenon from the digital culture point of view. It is a very interesting case of digital control by HDS, but the famous institution did also a big omission or mistake regarding the use of the new digital culture, as I will develop in a few remarks.

The website page illustrates in an acute way the emergent digital culture. First of all, a draft of a Harvard Theological Review article is already available online, underlining what is announced since a long time by DH experts: the inadequacy of the «review» system regarding the digital support of publication. If Harvard itself offers online its articles before to publish them in the journals, it is an evidence that the academic system of the peer-reviewing articles is in transformation.

Secondly, the webpage illustrates the multisensoriality proper to the digital culture, and even the victory of the image and sound on the written information. Indeed, I take no risk by considering that almost all the people will have cliked on the 2’29 min youtube moovie of the HDS webpage, but only very few of them would have read the 52 pages article… A scientific news is announced by a media that uses emotional impact (image, sound of a voice, words transmitting emotion, etc). It is a total revolution in the academic style of expression. We are here very far away from Leopold von Ranke advising to put out all emotional style from the historical writing, and worried to annoy his readers…

Such a youtube impact is also to situate in the US context: in May 2012, Dan Wallace, from the CNTM in Dallas, announced also on a youtube moovie the discover of seven very early NT manuscripts… Does HDS try here to offer a kind of «counter-announcement»? Academic fight and discussions are now largely using youtube. What a news…

But, last and not least, HDS did also a very important digital cultural omission in its website page, in my opinion. HDS did not consider one of the main features of the emerging digital culture: the interactivity. There is no possibility to add a point of view, to react – may by with another youtube moovie!!! – on the HDS website page. A lot of blogs have begun to react, as we can see, as well as comments on youtube. HDS would have got a still more strong impact by adding the possibility to react on the website. By offering an interactive rubric, HDS would have been able to moderate the reaction of people, to choose the critics and comments, and so to offer a webpage with the scholarly debate as well, and with Karen King answers. That would have been a complete digital control of the communication. For the next time, probably….

Claire Clivaz

Claire Clivaz is Head of Digital Enhanced Learning at the Swiss Institute of Bioinformatics (VITAL-IT, Lausanne, CH) and belongs to an interdisciplinary team that started the Digital Humanities in Switzerland since 2011. She is also a member of the LADHUL (www.unil.ch/ladhul). This blog assumes to developp opinions and discussions on all the events and problematics around the Digital Humanities, particularly in the French speaking aerea.

Claire Clivaz est Head of Digital Enhanced Learning à l’Institut Suisse de Bioinformatique (Lausanne, CH) et appartient à une équipe interdisciplinaire qui a lancé les Humanités Digitales en Suisse depuis 2011. Elle est membre du Ladhul (www.unil.ch/ladhul). Ce blog se propose de présenter et développer des sujets de discussions sur les événements et problématiques touchant aux Humanités Digitales, notamment dans l’ère linguistique et culturelle francophone.

More Posts - Website

«Humanités Digitales»: mais oui, un néologisme consciemment choisi! Suite

Texte retravaillé le lundi 28 octobre 2013, pour penser ces «Humanités Digitales» comme un shaker pour préparer les coktails du savoir de demain!

L’usage en français de l’expression «Humanités Digitales» a démarré à l’Université de Bordeaux 3 dès 2008, et à celle de Lausanne en 2010, sans qu’il n’y ait eu de contact entre les groupes de chercheurs des deux universités. Depuis 2013, la Suisse compte 3 laboratoires d’Humanités Digitales, à l’Université de Bâle, à l’EPFL et à l’Université de Lausanne.

L’apparition d’un néologisme tient du fait de société, et demandera bien du temps pour être analysé. De fait, les discussions sur ce thème sont en pleine effervescence, d’où la réécriture de ce blog, qui ignorait encore en septembre 2012, lors de sa première rédaction, l’antériorité de l’usage bordelais. En l’état actuel des débats, je vais renvoyer ci-dessous à la bibliographie sur la question, la complétant au fur et à mesure.

Je soulignerai simplement ici qu’ «ordinateur» ou l’anglais «computer» désignent un concept cérébral. Or, d’une part, avec la culture de l’iphone/ipad, nous entrons en contact avec le monde digital avec nos doigts. C’est un tournant que le directeur des bibliothèques de Harvard, Robert Darnton, illustre en évoquant le concept allemand de «Fingerspitzengefühl» dans The Case for Books: Past, Present, Future, PublicAffairs, 2009: “we find our way through the world by means of a sensory disposition that the Germans call Fingerspitzengefühl. If you were trained to guide a pen with your finger index, look at the way young people use their thumbs on mobile phones, and you will see how technology penetrates a new generation, body and soul” (p. XIII).

D’autre part, le chercheur en Humanités Digitales tient de l’Homo Faber et réellement fabrique, crée les nouvelles sciences humaines et sociales. C’est de ces nouveaux moyens d’expression culturelle et académique que naissent en un temps second les questions de recherche fondamentales, complètement transformées, comme l’exprimait en mai dernier un article du magazine de Harvard (Harvard Magazine article :  “Scholars traditionally begin projects by figuring out what the good research questions are in a given field, and connecting with others interested in the same topics; they then gather and organize data; then analyze it; and finally, disseminate their findings through teaching or publication. Scholarship in a digital environment raises questions about every aspect of this process. For example, in gathering and organizing data”).

En amont du débat (forcément en partie stérile) «numérique»/«digital», la question-clé est sans doute de se demander si ce flottement n’indique pas que c’est au terme d’«humanités» qu’il convient de porter attention, et qui est le véritable enjeu des transformations à l’oeuvre.

****************************************************

Indications bibliographiques (liste à compléter, toute suggestion bienvenue!):

Jeffrey Schnapp, Todd Presner et UCLA Digital Humanities & Media Studies (Mellon Seminar), Digital Humanities Manifesto 2.0, 2009, http://www.humanitiesblast.com/manifesto/Manifesto_V2.pdf

Michel Serres, Petite Poucette, Paris: Le Pommier, 2012.

Claire Clivaz, «Common Era 2.0. Mapping the Digital Era from Antiquity and Modernity», in Reading Tomorrow. From Ancient Manuscripts to the Digital Era / Lire Demain. Des manuscrits antiques à l’ère digitale, C. Clivaz – J. Meizoz – F. Vallotton – J. Verheyden (eds.), with Benjamin Bertho, Lausanne : PPUR, 2012, ebook, p. 23-60. Téléchargeable ici: http://www.ppur.org/produit/9782880749583; version française abrégée dans l’ebook.

Actes du THATCamp à Saint-Malo 2013, atelier 1: à paraître online bientôt

Voir aussi, dans la presse:

  • Hubert Guillaud, «La réalité augmentée au bout des doigts», Le Monde, 23.02.2009
  • Joëlle Fabre, «Le monde au bout des doigts. Humanités Digitales. Ressusciter le passé est l’une des promesses du savoir numérisé», 24Heures, 12.09.2013, p. 36.

Claire Clivaz

Claire Clivaz is Head of Digital Enhanced Learning at the Swiss Institute of Bioinformatics (VITAL-IT, Lausanne, CH) and belongs to an interdisciplinary team that started the Digital Humanities in Switzerland since 2011. She is also a member of the LADHUL (www.unil.ch/ladhul). This blog assumes to developp opinions and discussions on all the events and problematics around the Digital Humanities, particularly in the French speaking aerea.

Claire Clivaz est Head of Digital Enhanced Learning à l’Institut Suisse de Bioinformatique (Lausanne, CH) et appartient à une équipe interdisciplinaire qui a lancé les Humanités Digitales en Suisse depuis 2011. Elle est membre du Ladhul (www.unil.ch/ladhul). Ce blog se propose de présenter et développer des sujets de discussions sur les événements et problématiques touchant aux Humanités Digitales, notamment dans l’ère linguistique et culturelle francophone.

More Posts - Website

John Unsworth nominated by president Obama in Humanities

http://www.whitehouse.gov/the-press-office/2012/09/12/president-obama-announces-more-key-administration-posts

Claire Clivaz

Claire Clivaz is Head of Digital Enhanced Learning at the Swiss Institute of Bioinformatics (VITAL-IT, Lausanne, CH) and belongs to an interdisciplinary team that started the Digital Humanities in Switzerland since 2011. She is also a member of the LADHUL (www.unil.ch/ladhul). This blog assumes to developp opinions and discussions on all the events and problematics around the Digital Humanities, particularly in the French speaking aerea.

Claire Clivaz est Head of Digital Enhanced Learning à l’Institut Suisse de Bioinformatique (Lausanne, CH) et appartient à une équipe interdisciplinaire qui a lancé les Humanités Digitales en Suisse depuis 2011. Elle est membre du Ladhul (www.unil.ch/ladhul). Ce blog se propose de présenter et développer des sujets de discussions sur les événements et problématiques touchant aux Humanités Digitales, notamment dans l’ère linguistique et culturelle francophone.

More Posts - Website

The Gene Ontology as a language: Investigating Gene Ontology annotations with Ziph’s law

Un envoi de Marc Robinson, lors d’un échange bio-informatique, médecine, humanités digitales.

Claire Clivaz

Claire Clivaz is Head of Digital Enhanced Learning at the Swiss Institute of Bioinformatics (VITAL-IT, Lausanne, CH) and belongs to an interdisciplinary team that started the Digital Humanities in Switzerland since 2011. She is also a member of the LADHUL (www.unil.ch/ladhul). This blog assumes to developp opinions and discussions on all the events and problematics around the Digital Humanities, particularly in the French speaking aerea.

Claire Clivaz est Head of Digital Enhanced Learning à l’Institut Suisse de Bioinformatique (Lausanne, CH) et appartient à une équipe interdisciplinaire qui a lancé les Humanités Digitales en Suisse depuis 2011. Elle est membre du Ladhul (www.unil.ch/ladhul). Ce blog se propose de présenter et développer des sujets de discussions sur les événements et problématiques touchant aux Humanités Digitales, notamment dans l’ère linguistique et culturelle francophone.

More Posts - Website

What does it mean a “fundamental research question” in DH?

Scholars reluctant to the DH scholarship often say: “OK… you build tools, you are able to deal with a huge amount of data, and what? What is the purpose? What do you get as new ideas, results?”. As far as I can see today, I guess that “fundamental research questions” are coming very often at a second time in the DH approach, by nature one can say, as I will argue.

With a lot of various scholars, I am also frustrated to see so often “fundamental research questions” apparently omitted. For example, I was this afternoon to a DH short paper here in Hamburg on “Experiments in Digital Philosophy” by Lou Bernard. The paper did not offer a word about a fundamental question in philosophy, but only questions regarding TEI encoding of texts and new ways to observe the academic production. Such a phenomenon occurs often in the DH papers. Why?

In May, an Harvard Magazine article clearly explained that “Scholars traditionally begin projects by figuring out what the good research questions are in a given field, and connecting with others interested in the same topics; they then gather and organize data; then analyze it; and finally, disseminate their findings through teaching or publication. Scholarship in a digital environment raises questions about every aspect of this process. For example, in gathering and organizing data”.

Digital Humanities are Humanities «made with the fingers», the «digitus» in Latin. Scholars have begun with a «Homo Faber» step in the DH scholarship, by litteraly «making» them. I am not arguing that it is good or not: it is the present situation. We are facing now a lot, a lot of diverse tools, particularly in the field of history, timelines and cartography representations, but we have got also a lot of diverse tools to analyze textuality. But – at a certain point – that’s logical.

Indeed, as the example developed by Debbie Rabina and Anthony Cocciolo this morning in their short paper shows, user research and user interaction can preceed and lead to theory and Humanities Content research (see the pattern below).

That’s the point: Humanities made with the fingers – Digital Humanities – open next to the research on the content and to reconsider then the produced tools again.

Claire Clivaz

Claire Clivaz is Head of Digital Enhanced Learning at the Swiss Institute of Bioinformatics (VITAL-IT, Lausanne, CH) and belongs to an interdisciplinary team that started the Digital Humanities in Switzerland since 2011. She is also a member of the LADHUL (www.unil.ch/ladhul). This blog assumes to developp opinions and discussions on all the events and problematics around the Digital Humanities, particularly in the French speaking aerea.

Claire Clivaz est Head of Digital Enhanced Learning à l’Institut Suisse de Bioinformatique (Lausanne, CH) et appartient à une équipe interdisciplinaire qui a lancé les Humanités Digitales en Suisse depuis 2011. Elle est membre du Ladhul (www.unil.ch/ladhul). Ce blog se propose de présenter et développer des sujets de discussions sur les événements et problématiques touchant aux Humanités Digitales, notamment dans l’ère linguistique et culturelle francophone.

More Posts - Website

Dh 2012 in Hamburg

The DH 2012 in Hamburg has started with a brilliant conference by Claudine Moulin, available here:

http://lecture2go.uni-hamburg.de/konferenzen/-/k/13910

Image

The first two workshop days were like a «caverne d’Ali Baba», with for example a meeting on the tool «Voyant», a funny new way to do literary analysis.

http://voyant-tools.org/

http://hermeneuti.ca/workshops/dh12

Good news: Lausanne (Unil and EPFL) will organize the DH 2014. DH 2013 will happen in Nebraska (16-22 July 2013).

Claire Clivaz

Claire Clivaz is Head of Digital Enhanced Learning at the Swiss Institute of Bioinformatics (VITAL-IT, Lausanne, CH) and belongs to an interdisciplinary team that started the Digital Humanities in Switzerland since 2011. She is also a member of the LADHUL (www.unil.ch/ladhul). This blog assumes to developp opinions and discussions on all the events and problematics around the Digital Humanities, particularly in the French speaking aerea.

Claire Clivaz est Head of Digital Enhanced Learning à l’Institut Suisse de Bioinformatique (Lausanne, CH) et appartient à une équipe interdisciplinaire qui a lancé les Humanités Digitales en Suisse depuis 2011. Elle est membre du Ladhul (www.unil.ch/ladhul). Ce blog se propose de présenter et développer des sujets de discussions sur les événements et problématiques touchant aux Humanités Digitales, notamment dans l’ère linguistique et culturelle francophone.

More Posts - Website

Un blog sur les Humanités Digitales