Archives par mot-clé : digital humanities

Les Humanités Digitales: un shaker pour servir les cocktails du savoir de demain

C’est dans le cadre des journées bordelaises 2013 des Humanités Digitales (3-4 avril) que j’ai proposé cette métaphore rapidement twittée par Olivier LeDeuff. En effet, à mon sens, après deux générations de travaux entre Humanités, puis Sciences Sociales, et informatique, le succès fulgurant du nom Digital Humanities indique non pas tant l’émergence d’un nouveau champ d’études, mais le marquage institutionnel fort BG6Z_9kCIAEh92Rd’un tournant épistémologique. Depuis l’énonciation du terme (par oral en 2001, par écrit en 2005 dans le Companion to the Digital Humanities), nous sommes à mon sens en train de traverser une vingtaine d’années de transition culturelle.

J’ouvre le pari que, tels des M. et Mme Jourdain, nous auront réalisé à la fin de la traversée que les Humanités (SHS tout compris) seront devenues digitales: le qualificatif tombera par évidence.

C’est bien ce qui inviterait à penser à des doctorats avec mention DH, plutôt qu’à des doctorats en DH. Ou à créer des crédits de master en spécialisation DH, plutôt que des master en DH. Il s’agit d’accompagner la transition de tous, plutôt que de créer un nouveau champ.

C’est dans cet esprit que s’est ouvert à l’Université de Lausanne le LADHUL, Laboratoire des cultures et humanités digitales de l’Université dCapture d’écran 2013-04-07 à 12.42.23e Lausanne, comme plateforme interfacultaire (description et inscription ici).

C’est dans cet esprit que l’équipe bordelaise, sous l’égide de Valérie Carayol, a rassemblé 8 laboratoires pour lancer une dynamique Humanités Digitales: l’accueil fut magnifique pour ces journées d’avril, un grand merci! Les vidéos et slides seront bientôt à disposition online. Site du colloque: http://www.msha.fr/ihdb/je2013/

Vive les Humanités Digitales, shakers d’aujourd’hui pour les cocktails du savoir de demain!

 

Claire Clivaz

Claire Clivaz is Head of Digital Enhanced Learning at the Swiss Institute of Bioinformatics (VITAL-IT, Lausanne, CH) and belongs to an interdisciplinary team that started the Digital Humanities in Switzerland since 2011. She is also a member of the LADHUL (www.unil.ch/ladhul). This blog assumes to developp opinions and discussions on all the events and problematics around the Digital Humanities, particularly in the French speaking aerea.

Claire Clivaz est Head of Digital Enhanced Learning à l’Institut Suisse de Bioinformatique (Lausanne, CH) et appartient à une équipe interdisciplinaire qui a lancé les Humanités Digitales en Suisse depuis 2011. Elle est membre du Ladhul (www.unil.ch/ladhul). Ce blog se propose de présenter et développer des sujets de discussions sur les événements et problématiques touchant aux Humanités Digitales, notamment dans l’ère linguistique et culturelle francophone.

More Posts - Website

Le Nouveau Testament à Venise au 15ème siècle: vers les Humanités Délivrées

Ce samedi 23 février est marqué par une annonce ats importante pour les Humanités Digitales en Suisse: l’EPFL, avec le DH Lab de Frédéric Kaplan, a signé un contrat avec l’Université Ca Foscari de Venise, pour la création d’un “Joint Research Center for Digital Humanities and Future Cities in Venice”. Gageons que c’est là le début d’une aventure étonnante, qui va voir notamment se créer la «Venice Time Machine», une modélisation de la cité des doges.

Photo wikicommons
Photo wikicommons

Derrière le rêve de cette machine se tient la potentialité de repenser l’histoire dans sa densité géographique et spatiale. Qui se rappelle encore qu’au 15ème siècle, le cardinal Basilios Bessarion, recopiait près de 1’000 manuscrits, s’intéressant et commenant tant Platon qu’Archimède, les poètes ou le Nouveau Testament?

La modernité a développé avec art une philologie des «casiers»: qui se penchait sur la philosophie n’avait pas la moindre opportunité de lire les commentaires de Bessarion sur le Nouveau Testament. Qui traquait l’histoire des mathématiques et des sciences en charchant l’histoire de l’interprétation d’Archimède ne se questionnait pas sur la perspective de Bessarion sur Platon.

Basilios Bessarion, wikicommons
Basilios Bessarion, wikicommons

La modernité a classé les manuscrits par branche, imposant à une culture humaniste la répartition stricte des champs clôturé de la culture imprimée, stabilisée juridiquement. Le 19ème siècle intrônisera la momification des textes.

La perspective de la «Venice Time Machine» devrait nous permettre de resituer le geste intellectuel de Bessarion dans son entier, à travers un corpus de textes très vaste, dans une cité où se font tractations commerciales, créations musicales, et où se vivent des épisodes anecdotiques de toutes sortes. Gageons qu’il pourrait émerger de cette entreprise un regard très neuf sur le manuscrit Gr. Z. 5 (420), 15ème siècle, NT: fol. 362-441 (GA 205), ce morceau du Nouveau Testament transmis par la plume de Bessarion.  Numérisé, accessible, il reprendra en plus sa place dans une cité vibrant de vie et d’énigmes, en plein humanisme.

Les manuscrits vénitiens digitalisés sont prêts à nous faire vivre les Humanités Délivrées.

 

Claire Clivaz

Claire Clivaz is Head of Digital Enhanced Learning at the Swiss Institute of Bioinformatics (VITAL-IT, Lausanne, CH) and belongs to an interdisciplinary team that started the Digital Humanities in Switzerland since 2011. She is also a member of the LADHUL (www.unil.ch/ladhul). This blog assumes to developp opinions and discussions on all the events and problematics around the Digital Humanities, particularly in the French speaking aerea.

Claire Clivaz est Head of Digital Enhanced Learning à l’Institut Suisse de Bioinformatique (Lausanne, CH) et appartient à une équipe interdisciplinaire qui a lancé les Humanités Digitales en Suisse depuis 2011. Elle est membre du Ladhul (www.unil.ch/ladhul). Ce blog se propose de présenter et développer des sujets de discussions sur les événements et problématiques touchant aux Humanités Digitales, notamment dans l’ère linguistique et culturelle francophone.

More Posts - Website

How to avoid the return of the risks of the Classical Age in the Digital Humanities?

This article has been corrected by Jon Wilcox (UK), after a first automatized translation from my French blog article.

Nobody likes the role of Cassandra. However, since my presentation in the Symposium in August 2011, my fear of a return of the Classical Age in the approach to knowledge has increased every day. Rather than enable the multidisciplinary research team to interrogate from, and engage with, different points of view, the machinery to standardise knowledge that the Digital Humanities represents could once again expel différance and the asymmetry, to take the words of Derrida. I ask myself this face-to-face with the “object-centred” approach which promises us a global, transparent and unequivocal knowledge base. ”OCHRE” (Object-centred high-level reference ontology) comes from Leipzig.

To take an example of the dangers of such an approach and which urgently requires  multi-disciplinary research, let us consider the “computer graphics” of the English version of the “miserable” Jeff Clarke, very judiciously presented in French by the Pegasus Data team (here Yannick Rochat) on their website. Rochet commenced with an excellent review, which continues in the blog discussion. I add here some thoughts on this ‘infographic’ that visually represents some quantitative data of an English translation of les Misérables:

Interdisciplinary teams are necessary if we are to understand how to connect and relate all quantitative and qualitative analysis in the humanities, as is the practice of the social sciences. The social sciences integrate the qualitative with the quantitative, sometimes with a great deal of pain and effort. The humanities will have to proclaim the right to the qualitative in the wave of the quantitative. Indeed, I imagine already primary and secondary school teachers filling with beautiful coloured paintings their classes about French Literature…practical, effective, aesthetic: the children and young people will develop a taste for it very quickly!

It is clear that Clarke’s infographics are all based on the choice of translation from French into English. It seems to me we must consider this infographic from the perspective of “versioning” of les Misérables. This is not an analysis of les Misérables, but a version of it, in a dated English translation. A text – and its rewriting – can no longer be regarded as a fixed and stable entity. When technologically re-produced, that which proceeds is only ever a “version” of the text. This is what led the research team of Homer Multitexte to start quoting verses of The Iliad by “manuscript”; by “version” rather than text. Even the concept of archiving is undoubtedly moving towards this “versioning”, via the regular recording of what we want to retain, which will necessarily evolve over time.

It is seriously cringe-worthy to read in Clarke’s first infographic (image above) that there is ‘positive’ words, such as “love”, and negative ones. A century of psychoanalysis has shown us that a “mother who loves her child”, is potentially ambiguous for the rest of the story… If there is “absolute values” in words (to combine the language of mathematics and literature), then perhaps we could be certain! But the peculiarity of language is its ambiguity, its floating appearance. All human sciences are built on the small percentage of meaning which always escapes all ontologies, because it is not possible to equate totally “words and things”, to quote Foucault. The celebrated French thinker has rightly diagnosed the reign of the novel in the 19th century as the revenge of language of its “canning” in the Classical Age. Since all of this has been said and thought, we will not reproduce at the end of post-modernity a Classical Age part 2!

To say, as Clarke does, that the frequency determines the importance of the characters is reductive. The concepts of the butterfly effect and of serendipity, well remind us that it may be those characters mentioned on just a few pages, or even in two paragraphs, that will change everything. In this beautiful and breathtaking meeting across fields and genres, it would be appropriate to talk of the Digital Humanities as being not just a meeting between geeks and poets, but perhaps between geeks, poets and philosophers, to extending the expression of Martin Foys in the NY Times.

 

Claire Clivaz

Claire Clivaz is Head of Digital Enhanced Learning at the Swiss Institute of Bioinformatics (VITAL-IT, Lausanne, CH) and belongs to an interdisciplinary team that started the Digital Humanities in Switzerland since 2011. She is also a member of the LADHUL (www.unil.ch/ladhul). This blog assumes to developp opinions and discussions on all the events and problematics around the Digital Humanities, particularly in the French speaking aerea.

Claire Clivaz est Head of Digital Enhanced Learning à l’Institut Suisse de Bioinformatique (Lausanne, CH) et appartient à une équipe interdisciplinaire qui a lancé les Humanités Digitales en Suisse depuis 2011. Elle est membre du Ladhul (www.unil.ch/ladhul). Ce blog se propose de présenter et développer des sujets de discussions sur les événements et problématiques touchant aux Humanités Digitales, notamment dans l’ère linguistique et culturelle francophone.

More Posts - Website

Comment éviter le retour des travers de l’Age Classique dans les DH?

Personne n’aime endosser un rôle de Cassandre. Pourtant, depuis que je l’avais énoncé en colloque en août 2011, ma crainte d’un retour des travers de l’Age Classique dans l’approche du savoir se renforce chaque jour davantage: à moins de mener les recherches en équipe pluridisciplinaires s’interpellant depuis différents points de vue, les machines à standardiser la connaissance pourraient une nouvelle fois expulser la différance et l’assymétrie, pour reprendre les termes chers à Derrida. Je m’interroge devant les approches «object-centered» qui nous promettent un savoir global, transparent et non équivoque. «OCHRE» (Object-centered high-level reference ontology) nous vient de Leipzig.

Comme autre exemple qui demande urgemment un travail en équipe multi-disciplinaire, il y a cette «infographie» de la version anglaise des «Misérables» de Jeff Clarke, très judicieusemement présentée en français par l’équipe de Pégasus Data (ici Yannick Rochat) sur leur site. Y. Rochat en amorce une très bonne critique, qui se poursuit dans le blog de discussion. J’ajoute ici quelques réflexions sur cette infographie qui met en représentations visuelles certaines données quantitatives de cette traduction anglaise des Misérables, tel ceci:

Des équipes interdisciplinaires sont nécessaires pour comprendre comment associer analyse quantitative et qualitative en sciences humaines, toute comme le font les science sociales. Les sciences sociales intègrent le qualitatif au quantitatif, parfois dans l’effort et la douleur; les sciences humaines vont devoir clamer le droit au qualitatif dans la déferlante du quantitatif. J’imagine en effet déjà les enseignants du primaire et secondaire remplir de jolis tableaux en couleur les salles de classe de littérature française… Pratique, efficace, esthétique: les enfants et jeunes y prendront goût très vite!

Il est clair que les infographies de Clarke reposent toutes sur les choix de traduction du français en anglais. Il me semble qu’il faut considérer cette infographie dans une perspective de «versionning» des Misérables. Ce n’est pas une analyse des Misérables, mais de la version n° XX des Misérables, dans une traduction anglaise datée. Un texte – et ses réécritures – ne peut plus être considéré comme une entité fixe et stable. On travaillera informatiquement toujours sur une «version» du texte. C’est ce qui amène l’équipe d’Homère Multitexte à commencer à citer les versets de l’Iliade par «manuscrit», par «version» donc du texte. Le concept d’archivage même est sans doute appeler à évoluer vers du «versionning», via des enregistrements réguliers de ce qu’on veut garder et qui va forcément évoluer au cours du temps.

Cela fait sérieusement grincer des dents de lire dans la première infographie de Clarke (image ci-dessus) qu’il y aurait des mots «positifs», tel «amour», et des mots négatifs. Un bon siècle de psychanalyse nous a pourtant montré qu’une «mère qui aime son enfant», c’est potentiellement ambigu pour la suite de l’histoire… S’il y avait des «valeurs absolues» aux mots (pour mixer les langues mathématiques et littéraires), on le saurait! La particularité du langage est son ambiguité, son aspect flottant. Toutes les sciences humaines se sont construites sur le petit pourcentage de sens qui échappera toujours à toutes les ontologies, car il n’est pas possible de mettre totalement en équation «les mots et les choses», pour reprendre Foucault. Le célèbre penseur a à juste titre diagnostiqué le règne du roman au 19ème comme la revanche du langage sur «sa mise en boîte» à l’Age Classique. Puisque tout cela a été dit et pensé, nous n’allons tout de même pas reproduire au sortir de la post-modernité un Age Classique 2!

Dire, comme le fait Clarke, que la fréquence détermine l’importance des personnages est réducteur. Les concepts d’effet papillon, de sérendipité, nous rappellent bien que c’est peut-être le personnage mentionné le temps de quelques pages, ou même de deux paragraphes, qui va tout changer. Dans cette belle et ébouriffante rencontre par-delà les champs et les genres, il conviendrait que les Humanités Digitales ne soient pas seulement une rencontre entre geeks et poètes, mais sans doute aussi entre geeks, poètes et philosophes, en élargissant l’expression de Martin Foys dans le NY Times.

Claire Clivaz

Claire Clivaz is Head of Digital Enhanced Learning at the Swiss Institute of Bioinformatics (VITAL-IT, Lausanne, CH) and belongs to an interdisciplinary team that started the Digital Humanities in Switzerland since 2011. She is also a member of the LADHUL (www.unil.ch/ladhul). This blog assumes to developp opinions and discussions on all the events and problematics around the Digital Humanities, particularly in the French speaking aerea.

Claire Clivaz est Head of Digital Enhanced Learning à l’Institut Suisse de Bioinformatique (Lausanne, CH) et appartient à une équipe interdisciplinaire qui a lancé les Humanités Digitales en Suisse depuis 2011. Elle est membre du Ladhul (www.unil.ch/ladhul). Ce blog se propose de présenter et développer des sujets de discussions sur les événements et problématiques touchant aux Humanités Digitales, notamment dans l’ère linguistique et culturelle francophone.

More Posts - Website

A Vision of Students Today

Domenico Fiormonte (Roma 3) m’a signalé cette excellente video youtube sur le point de vue des étudiants aujourd’hui.

Certains éléments sont marqués de la culture anglo-saxonnes, mais la plupart des points de vue sont transposables à divers cadres académiques occidentaux. Quelques minutes à ne pas manquer, postées par Michael Wesh.

Pendant ce temps, on teste le dépassement des frontières du côté de Lausanne (CH): voici le début du journal de bord du groupe de doctorants Unil-EPFL en sciences humaines, sociales et technologiques, avec quelques échos de la présentation d’Héloïse Pocry, doctorante en histoire de l’art à Paris et Lausanne, sur l’histoire des écoles de photographie en France, Allemagne et Suisse, 1900-2010, avec un focus sur le tournant des années 1980 en France.

 

Claire Clivaz

Claire Clivaz is Head of Digital Enhanced Learning at the Swiss Institute of Bioinformatics (VITAL-IT, Lausanne, CH) and belongs to an interdisciplinary team that started the Digital Humanities in Switzerland since 2011. She is also a member of the LADHUL (www.unil.ch/ladhul). This blog assumes to developp opinions and discussions on all the events and problematics around the Digital Humanities, particularly in the French speaking aerea.

Claire Clivaz est Head of Digital Enhanced Learning à l’Institut Suisse de Bioinformatique (Lausanne, CH) et appartient à une équipe interdisciplinaire qui a lancé les Humanités Digitales en Suisse depuis 2011. Elle est membre du Ladhul (www.unil.ch/ladhul). Ce blog se propose de présenter et développer des sujets de discussions sur les événements et problématiques touchant aux Humanités Digitales, notamment dans l’ère linguistique et culturelle francophone.

More Posts - Website

Des rencontres doctorales par-delà la frontière sciences humaines / sciences dures à Lausanne (CH)

Cette année 2013 démarre à Lausanne (CH) sur les chapeaux de roue digitaux.

Convaincus que la nouvelle académie et les futures structures de recherches seront pensées et portées par la génération des «born digital», une équipe de chercheurs lausannois a ouvert ce vendredi 11 janvier un groupe de doctorants impliqués en Humanités Digitales et provenant des sciences humaines, sociales et des nouvelles technologies.

Par-delà les divisions nées au 19ème siècles entre sciences dites humaines et sciences dures, il s’agit de retrouver les «Humanités» dans leur sens générique, comprenant sciences humaines, sociales et techniques, et mettant l’humain au centre des recherches. La remise en question des modèles scientifiques et académiques et tout aussi grande pour des branches comme la biologie, la physique ou la chimie que pour l’histoire, la codicologie ou la sociologie. Le mailström digital vient bousculer tous les domaines de recherche, telle est la conviction de l’équipe DH lausannoise.

L’expérience va culminer dans une école d’été DH à Berne (CH), du 26 au 29 juin:

http://www.dhsummerschool.ch/

Une doctorante du labo junior DH de l’ENS de Lyon, Cécile Armand, était présente et a fait un compte-rendu de la séance de ce 11 janvier 2013:

http://dhlyon.hypotheses.org/47

Une première série de présentations de travaux de doctorants auront lieu jusqu’en mars 2013, et sont annoncées dans cet article; site: http://dhlausanne.ch/.

A Berne, les grands noms des Digital Humanities seront présents, dont Ray Siemens et Susan Schreibman, pour initier doctorants et chercheurs de Suisse au Digital Humanities, du 26 au 29 juin 2013, avant le grand rendez-vous du DH 2014, du 6 au 12 juillet 2014 à Lausanne (Unil et EPFL).

Claire Clivaz

Claire Clivaz is Head of Digital Enhanced Learning at the Swiss Institute of Bioinformatics (VITAL-IT, Lausanne, CH) and belongs to an interdisciplinary team that started the Digital Humanities in Switzerland since 2011. She is also a member of the LADHUL (www.unil.ch/ladhul). This blog assumes to developp opinions and discussions on all the events and problematics around the Digital Humanities, particularly in the French speaking aerea.

Claire Clivaz est Head of Digital Enhanced Learning à l’Institut Suisse de Bioinformatique (Lausanne, CH) et appartient à une équipe interdisciplinaire qui a lancé les Humanités Digitales en Suisse depuis 2011. Elle est membre du Ladhul (www.unil.ch/ladhul). Ce blog se propose de présenter et développer des sujets de discussions sur les événements et problématiques touchant aux Humanités Digitales, notamment dans l’ère linguistique et culturelle francophone.

More Posts - Website

Jesus’ Wife Gospel and academic research: how could we join the blog culture, the scholars and the publishers world? Dans le sillage de l’Evangile de la femme de Jésus: comment articuler la culture blogue, les chercheurs et la sphère des éditeurs?

English version below. All collaborative English checking is welcome 🙂

FRENCH VERSION

La préoccupation est partagée (voir notamment ces reprises): la façon dont est publié et discuté le fragment dit «de l’Evangile de la femme de Jésus» appelle à repenser les procédés de discussion, de publication et de peer-review académique. Tout sent le moment de transition, et c’est finalement un joli pied de nez de l’histoire que cela soit l’éventuelle «femme de Jésus» qui provoque ce tournant dans la communication académique dévolue à la recherche sur les christianismes anciens.

Un lecteur du blogue suggère que Brill, pour la publication à venir d’un volume présentant de nouveaux papyrus du Nouveau Testament, anticipe et propose un système de peer-review post-publication, ou, dirais-je, en tous cas un forum de discussion des fragments. Il n’est pas difficile de prévoir qu’il y en aura besoin! J’avais déjà mis en parallèle l’annonce sur youtube par Dan Wallace de ces nouveaux papyrus et celle par Karen King dans un billet précédant. On a là des phénomènes parallèles.

Je liste ici quelques suggestions pratiques pour aller plus loin dans la gestion de ces nouvelles formes de débat académique:

1) Il faut pouvoir désormais citer très précisément les passages des vidéos des chercheurs, tout comme nous le faisons pour les textes. Nous travaillons à un projet autour de cette thématique avec mon collègue Frédéric Kaplan du laboratoire des Humanités Digitales à l’EPFL (CH).

2) Les opinions des chercheurs assurant le peer-review pré-publication doivent être publiées en même temps qu’un article. C’est le cas, anonymement, dans le «draft» de l’article de Karen King.

3) L’acte de publication du chercheur ne s’arrête plus à l’article. Il /elle doit être actif dans la discussion qui suit et développe son travail. La publication devient un processus de recherche en continu, avec des moments de synthèses et de certification qui vont devoir se standardiser

4) Les «publishers» (revues, éditeurs) doivent offrir un lieu de modération et de synthèse des discussions post-publication. On peut aussi imaginer un lieu «neutre», autre que celui de la revue qui publie pour assurer les paramètres de ce débat. La place est à prendre en un sens, pour qui veut. La collaboration avec nos collègues en nouvelles technologies est requise ici aussi: il convient bien sûr de penser à automatiser en bonne partie le travail de synthèse, en témoigne la florescence des blogues sur l’Evangile de la femme de Jésus.

5) La certification devient un processus qui s’étale dans le temps et qui se mesure autant, si ce n’est plus, à la réception d’un article qu’à sa production. Le système académique perdra de son élitisme: mais est-ce grave docteur? La recherche collaborative ne cesse de faire ses preuves, y compris pour la recherche contre le cancer désormais avec clicktoturn.net! Voir Michael Nielsen, Reinventing Discoveries, 2012 (http://press.princeton.edu/titles/9517.html). Je prépare un article où je développe ce thème en l’appliquant aux réseaux existant en critique textuelle du Nouveau Testament (conférence donnée à la SBL internationale d’Amsterdam en juillet 2012).

La recherche collaborative, bien menée, donne plus de résultats que la recherche isolée. En tant que théologienne protestante, cela ne me surprend en aucune manière, et je ne peux que m’en réjouir.

 

ENGLISH VERSION. All collaborative English checking is welcomeJ

It is a shared opinion and preoccupation (look here): we are facing a tuning-point in the habits of the academic publishing, around the episode of the Jesus Wife Gospel. It invites us to reconsider the scholarly discussion, publication and peer-review system. It is quite historically funny that the eventual «wife of Jesus» provokes such an effect in the academic communication on the Christian origins.

A reader of my previous blog suggests that Brill, for the publication of the volume offering new NT papyri, forecasts the evolution of the academic debate and offers a post-publication peer-review. Let’s hope, I will say, that Brill will offer at least a place of moderated scholarly discussion. I have put in parallele in a previous blog Dans Wallace and Karen King on youtube, on the two topics: we have here parallel phenomena.

I do here just some practical suggestions:

1) One needs to quote very closely the scholars words on youtube moovies, as we do it for texts. With my colleague in ICT Frederic Kaplan (Digital Humanities Laboratory, EPFL), we are working on such a tool.

2) The opinions of the scholars doing the peer-review pre-publication have to be accessible at the same time where the article is published. It is the case, anynomously, for Karen King’s draft article.

3) The involvement of the scholar does not stop with the publication of the article any more. She/he has to be active also in the following discussion, and to develop his/her work. The «publication» begins a continuous process of research, with moments of synthesis and certification, that will have to be standardized.

4) The publishers (reviews, etc.) have to offer website for the post-publication discussion, moderated and with a synthesis. One could also imagine a «neutral place», different from the review that published the article, to offer such a debate. The position is to who will take it first… One needs also here the collaborative work with ICT colleagues: a part of the job could be automatized, notably the search for and the synthesis of the information. Regarding the Jesus Gospel Wife, we could only wish to have such an automatized or half-automatized tool.

5) The certification begins a process that continues to develop and will be evaluated as much – if not more – by the reception than at the moment of the production. In such a perspective, the academic system will loose a part of its elitism: but is it annoying? The collaborative research gets points every day, included the new tool for the research against the cancer: clicktoturn.net! See Michael Nielsen, Reinventing Discoveries, 2012 (http://press.princeton.edu/titles/9517.html). I am preparing an article on New Testament textual criticism online forums of discussion (papers of the international SBL, Amsterdam July 2012).

The collaborative research, well done, offers more results than the isolated one. As protestant theologian, I can only approve and I am not surprised.

Claire Clivaz

Claire Clivaz is Head of Digital Enhanced Learning at the Swiss Institute of Bioinformatics (VITAL-IT, Lausanne, CH) and belongs to an interdisciplinary team that started the Digital Humanities in Switzerland since 2011. She is also a member of the LADHUL (www.unil.ch/ladhul). This blog assumes to developp opinions and discussions on all the events and problematics around the Digital Humanities, particularly in the French speaking aerea.

Claire Clivaz est Head of Digital Enhanced Learning à l’Institut Suisse de Bioinformatique (Lausanne, CH) et appartient à une équipe interdisciplinaire qui a lancé les Humanités Digitales en Suisse depuis 2011. Elle est membre du Ladhul (www.unil.ch/ladhul). Ce blog se propose de présenter et développer des sujets de discussions sur les événements et problématiques touchant aux Humanités Digitales, notamment dans l’ère linguistique et culturelle francophone.

More Posts - Website

Le véritable scoop de «l’Evangile de la femme de Jésus»: la transformation des normes de publication académique (peer-review)

Quoi qu’il en soit de l’authenticité du fragment dit de l’«Evangile de la femme de Jésus», la publicité donnée à ce fragment aura eu l’avantage de mettre le projecteur sur le rôle des femmes dans certains mouvements chrétiens anciens, et de faire parler de textes apocryphes peu connus du grand public, comme l’Evangile selon Philippe. On ne peut que s’en réjouir.

Mais le véritable «scoop» de cet effet d’annonce se situe à un autre niveau, car un article de Live Science, écrit par Jeanna Bryner, a signalé le 19 octobre que la Harvard Theological Review (HTR) retirait pour l’instant de la publication du numéro de janvier 2013 l’article de la prof. Karen King, dont le brouillon est disponible online.

Comme je l’avais développé dans mon blog du 23 septembre, le point le plus intéressant de cet épisode médiatique est sans doute son impact en termes de culture digitale, et la transformation qu’il annonce du système «peer-review» des articles scientifiques en sciences humaines, pilier sans faille du débat et de la promotion académique.

La suspension de la publication par la HTR suscite diverses réactions, relayées par J. Bryner: Andrew Bernhard, diplômé d’Oxford, considère qu’on assiste probablement là à un moment historique dans l’histoire des processus académiques, en assistant à un progrès vers l’ouverture et la transparence dans le système du «peer-review». Hershel Shanks (Biblical Archeological Society) qualifie quant à lui d’«honteux» et de «couard» le retrait de l’article par HTR, tandis que Robert Bagnall, célèbre papyrologue qui a cautionné l’authenticité du document, se tait prudemment en attendant la fin de l’expertise.

Il est passionnant de voir se réaliser ici un tournant annoncé depuis au moins trois ans par Kathleen Fitzpatrick dans son excellent ouvrage Planned Obsolescence. Publishing, Technology, and the Future of the Academy, disponible online: «je souhaiterais suggérer que le moment est venu de considérer que nous pouvons obtenir de meilleurs résultats en séparant la question de l’accréditation de celle du processus de publication, en permettant un large accès à la publication, et en mettant au point un processus de peer review post-publication qui mette en lumière la manière dont un texte académique doit être reçu, plutôt que comment il doit être produit».

De fait, l’exemple de l’article de Karen King publié online sous forme de brouillon ouvre la porte à cette étape. Premièrement, il fait mention au début du texte du travail des reviewers officiels, nouveauté pour HTR. Deuxièmement, il est en ce moment en train d’être «reviewé» par de nombreux pairs, sur de multiples sites web, y compris sur ce blog. On voit que ce qui manque ici, c’est la centralisation et la modération des informations. En effet, comme je l’ai souligné dans mon blog précédant, Harvard n’a pas été jusqu’à oser la mise en discussion – le processus peer-review post-publication – de l’article «brouillon». Il aurait fallu, il faudrait encore le faire, plutôt que batailler sur l’accès à une publication dans une revue dont le format n’est plus satisfaisant.

Le regard historique est ici plus qu’instructif: le 17ème siècle a vu la naissance des revues scientifiques, parce que c’était le meilleur moyen de diffuser rapidement des opinions. Dans le monde anglo-saxon, ce sont les «Philosophical transactions» qui ouvrirent le bal des articles académiques en 1662. Dans le monde francophone, comme le rappelle Dominique Vinck dans un article (Hermès 57, 2010), c’est le «Journal des Savants» qui en 1665 succéda au système informel des 200 correspondants épistoliers du Père Mersenne à travers toute l’Europe.

N’est-il pas quasi tautologique d’affirmer que nous sommes désormais à un tournant similaire, et que la qualité des échanges et de la pratique scientifique en sciences humaines et sociales demande, exige, appelle la transformation du système de production académique? Comme le propose Kathleen Fitzpatrick, il faut désormais dissocier le moment de la publication de celui de l’accréditation. Il faut mettre en place une modalité efficace de peer-review post-publication, qui modère et intègre les meilleurs réactions du domaine sur la question.

Qu’aurons-nous alors fait? Rien d’autre que ce que le philosophe Charles S. Peirce exprimait si clairement il y a plusieurs décennies: «L’origine même de la conception de la réalité montre que cette conception implique essentiellement la notion d’une communauté sans limites définies et susceptible d’une croissance indéfinie de la connaissance. Et ainsi ces deux séries de connaissances – le réel et l’irréel – comprennent celles qu’à une époque suffisamment future la communauté continuera toujours de réaffirmer, et celles que, dans les mêmes conditions, elle ne cessera jamais de nier» (Peirce, The Essential Peirce, vol. 1, Houser et alii (éd.), p. 52).

Claire Clivaz

Claire Clivaz is Head of Digital Enhanced Learning at the Swiss Institute of Bioinformatics (VITAL-IT, Lausanne, CH) and belongs to an interdisciplinary team that started the Digital Humanities in Switzerland since 2011. She is also a member of the LADHUL (www.unil.ch/ladhul). This blog assumes to developp opinions and discussions on all the events and problematics around the Digital Humanities, particularly in the French speaking aerea.

Claire Clivaz est Head of Digital Enhanced Learning à l’Institut Suisse de Bioinformatique (Lausanne, CH) et appartient à une équipe interdisciplinaire qui a lancé les Humanités Digitales en Suisse depuis 2011. Elle est membre du Ladhul (www.unil.ch/ladhul). Ce blog se propose de présenter et développer des sujets de discussions sur les événements et problématiques touchant aux Humanités Digitales, notamment dans l’ère linguistique et culturelle francophone.

More Posts - Website

L’ «Evangile de la femme de Jésus» vu depuis la culture digitale: la Divinity School de Harvard maîtrise la communication digitale, à un point près.

Le monde académique qui scrute les origines du christianisme et le grand public entendent beaucoup parler ces jours d’un fragment en copte daté du 4ème siècle et venant d’Egypte, présenté par la prof. Karen King (Harvard Divinity School, USA). Ce succès est dû au fait que dans ce fragment de texte, Jésus dit à ses disciples : «Ma femme…»

Dans ce blog, je souhaite décrypter ce phénomène du point de vue de la culture digitale. C’est un exemple très intéressant de la manière dont la Harvard Divinity School (HDS) s’est mise à la maîtrise de la culture et de la communication digitale, à un point près.

Premièrement, sur le site web en question, on peut avoir accès à un brouillon d’un article à paraître dans la Harvard Theological Review, qui intègre des remarques faites par les chercheurs qui ont fait la recension de l’article et signale que des analyses spectrométriques de l’encre sont encore en cours. Ce fait confirme ce qu’annoncent depuis quelques années les spécialistes des Humanités Digitales, soit l’obsolescence à moyen terme du système des revues, car les résultats sont diffusés et discutés avant la publication, comme le montre cet exemple. La certification du savoir académique est entré dans une période de refonte, dont on ne devine pas encore quels seront les nouveaux paramètres.

Deuxièmement, ce site illustre l’aspect multisensoriel de la culture digitale émergeante : l’image et le son sont sollicités en plus du texte. Or, sans prendre de risque, on peut estimer que les visiteurs du site auront souvent cliqué sur la video youtube de la chercheuse, alors que peu d’entre eux auront lu l’article de 52 pages. Un chercheur qui annonce une recherche historique par youtube, avec ce que cela signifie de rhétorique émotionnelle, tranche considérablement avec l’écriture historique que prônait la figure de proue de l’historicisme allemand Leopold von Ranke : une écriture dénuée d’émotions, propre à ennuyer le lecteur. Mon propos n’est ici ni de déplorer, ni de me réjouir de cette évolution, mais de la signaler et d’appeler à construire une communication scientifique qui intègre désormais ces nouveaux paramètres.

Ce mode de communication a presque des allures de contre-offensive académique : en effet, en mai 2012, Dan Wallace, directeur du CSNTM (Dallas) annonçait sur youtube la découverte de 7 papyrus très anciens du Nouveau Testament, dont un fragement de l’Evangile selon Marc qui daterait du premier siècle ! Ces papyri vont être publiés l’an prochain chez Brill, et on attend là aussi de savoir ce qu’il en est. Mais toujours est-il que l’intention rhétorique de Dan Wallace est claire : prouver la stabilité des textes du Nouveau Testament à travers les siècles.

Mais par-delà son savoir-faire en matière de contrôle digital de l’information, HDS a toutefois à mon sens manqué un point important : l’interactivité. En effet, le site ne prévoit aucun moyen de répondre, de laisser son avis, afin que Karen King donne la réponse aux réponses, et que le débat académique ait lieu sur le site. HDS aurait pourtant pu ainsi maîtriser jusqu’au débat, en le modérant. En effet, il a lieu en ce moment sur de multiples sites et forums de discussion, aussi bien que sur youtube. Gageons que ce sera pour la prochaine annonce…

On trouvera d’autres réflexions sur le fond du document dans cette intervention sur la Radio romande, la 1ère, dimanche 23 septembre 2012 dans «Hautes Fréquences»:

Lien sur le site de l’émissions : http://www.rts.ch/la-1ere/programmes/hautes-frequences/

Lien pour télécharger le son : http://download-audio.rts.ch/la-1ere/programmes/hautes-frequences/2012/hautes-frequences_20120923_standard_sequence-1_dab4ae8f-1496-4bb4-a2b8-742fb2941696-128k.mp3

Un débat avec le père Albert Longchamps (directeur de la revue Choisir) a eu lieu sur la télévision suisse le 20 octobre:

http://www.rts.ch/video/emissions/religion/faut-pas-croire/4366777-madame-jesus-a-t-elle-existe.html

Claire Clivaz

Claire Clivaz is Head of Digital Enhanced Learning at the Swiss Institute of Bioinformatics (VITAL-IT, Lausanne, CH) and belongs to an interdisciplinary team that started the Digital Humanities in Switzerland since 2011. She is also a member of the LADHUL (www.unil.ch/ladhul). This blog assumes to developp opinions and discussions on all the events and problematics around the Digital Humanities, particularly in the French speaking aerea.

Claire Clivaz est Head of Digital Enhanced Learning à l’Institut Suisse de Bioinformatique (Lausanne, CH) et appartient à une équipe interdisciplinaire qui a lancé les Humanités Digitales en Suisse depuis 2011. Elle est membre du Ladhul (www.unil.ch/ladhul). Ce blog se propose de présenter et développer des sujets de discussions sur les événements et problématiques touchant aux Humanités Digitales, notamment dans l’ère linguistique et culturelle francophone.

More Posts - Website

What does it mean a “fundamental research question” in DH?

Scholars reluctant to the DH scholarship often say: “OK… you build tools, you are able to deal with a huge amount of data, and what? What is the purpose? What do you get as new ideas, results?”. As far as I can see today, I guess that “fundamental research questions” are coming very often at a second time in the DH approach, by nature one can say, as I will argue.

With a lot of various scholars, I am also frustrated to see so often “fundamental research questions” apparently omitted. For example, I was this afternoon to a DH short paper here in Hamburg on “Experiments in Digital Philosophy” by Lou Bernard. The paper did not offer a word about a fundamental question in philosophy, but only questions regarding TEI encoding of texts and new ways to observe the academic production. Such a phenomenon occurs often in the DH papers. Why?

In May, an Harvard Magazine article clearly explained that “Scholars traditionally begin projects by figuring out what the good research questions are in a given field, and connecting with others interested in the same topics; they then gather and organize data; then analyze it; and finally, disseminate their findings through teaching or publication. Scholarship in a digital environment raises questions about every aspect of this process. For example, in gathering and organizing data”.

Digital Humanities are Humanities «made with the fingers», the «digitus» in Latin. Scholars have begun with a «Homo Faber» step in the DH scholarship, by litteraly «making» them. I am not arguing that it is good or not: it is the present situation. We are facing now a lot, a lot of diverse tools, particularly in the field of history, timelines and cartography representations, but we have got also a lot of diverse tools to analyze textuality. But – at a certain point – that’s logical.

Indeed, as the example developed by Debbie Rabina and Anthony Cocciolo this morning in their short paper shows, user research and user interaction can preceed and lead to theory and Humanities Content research (see the pattern below).

That’s the point: Humanities made with the fingers – Digital Humanities – open next to the research on the content and to reconsider then the produced tools again.

Claire Clivaz

Claire Clivaz is Head of Digital Enhanced Learning at the Swiss Institute of Bioinformatics (VITAL-IT, Lausanne, CH) and belongs to an interdisciplinary team that started the Digital Humanities in Switzerland since 2011. She is also a member of the LADHUL (www.unil.ch/ladhul). This blog assumes to developp opinions and discussions on all the events and problematics around the Digital Humanities, particularly in the French speaking aerea.

Claire Clivaz est Head of Digital Enhanced Learning à l’Institut Suisse de Bioinformatique (Lausanne, CH) et appartient à une équipe interdisciplinaire qui a lancé les Humanités Digitales en Suisse depuis 2011. Elle est membre du Ladhul (www.unil.ch/ladhul). Ce blog se propose de présenter et développer des sujets de discussions sur les événements et problématiques touchant aux Humanités Digitales, notamment dans l’ère linguistique et culturelle francophone.

More Posts - Website