Archives par mot-clé : featured

Des disciplines aux projets: un enjeu pour la recherche et la formation

Paris, 5 décembre 2014, EHESS: DARIAH-FR a organisé une journée sur la formation en humanités digitales/numériques qui a été de grand intérêt. C’était notamment un privilège d’entendre à la suite Susan Schreibman and Elisabeth Burr, deux professeurs qui façonnent le monde des DH depuis bien des années. A l’image du titre du VCC2 de DARIAH, «Research and Education», bien des thématiques de la journée se sont situées au croisement de la recherche et de la formation, une synergie constante dans les DH, qui interagit également constamment avec la recherche sur les infrastructures.

J’ai notamment été ravie d’entendre Elisabeth Burr nous dire que la structuration académique se déplaçait progressivement des «disciplines» vers les «projets», en tous cas en ce qui concerne l’enseignement qu’elle pratique depuis des années dans les universités d’été de Leipzig, les DH summer schools. C’est aussi à partir d’un projet phare qu’elle mène en ce moment que Susan Schreibman a largement décrit son enseignement, «Letters of 1916. Creating History». Voici quelques réflexions que je fais à la suite de cette journée, dont j’ai partagé les slides de ma conférence, «Identité des sciences humaines et formation en humanités digitales».

Il vaut la peine de s’arrêter ici pour prendre le temps de la réflexion: si, pour mener un projet de recherche, il faut former, c’est que la recherche elle-même s’est déplacée depuis qui est – ou aurait été – sa matrice disciplinaire. Un projet de recherche en Humanités Digitales demande toujours un panel de compétences qu’on serait bien en peine de trouver chez des étudiants ou jeunes chercheurs issus de chemins de formation encore souvent centrés sur et façonnés par la notion de «discipline». Il faut donc compter désormais dans un projet de recherche le temps de formation et d’intégration de compétences qui ne sont pas disponibles telles quelles. La recherche devient ainsi recherche fondamentale et pédagogique en même temps, quand elle n’implique pas de surcroît de la recherche en infrastructure.

A lire un article de Jean-Louis Fabiani (2006, «A quoi sert la notion de discipline?»), on comprend mieux ce qui est à l’oeuvre dans les DH. D’une part, il y rappelle que la notion Kuhnienne de discipline – bien loin de l’habitus de Bourdieu, mais dont l’impact a été si fort (p. 17) – est construite sur la notion de textualité : «C’est le corps de textes admis comme référence à un moment donné du temps qui définit les frontières (boundaries) de l’objet et de la communauté qui lui est attachée. La référence à un corpus textuel implique qu’il y ait plusieurs niveaux de structuration des communautés» (p. 16). Comment mieux démontrer que la notion de «discipline» aura eu partie liée à la culture du texte, et en particulier du texte tel que fixé légalement dans la culture imprimée du milieu du 19ème siècle?

De fait, les DH remettent ensemble les deux définitions majeures que Fabiani reconnaît au terme de «discipline», soit celle qui met au centre le discipulus comme récepteur du message, et l’organisation particulière des savoirs modernes, développée dès le 19ème siècle. De fait, dans la recherche-pédagogie DH, toute les étapes de la construction du savoir sont remises en questions, comme le soulignait en 2012 le professeur d’Etudes Asiatiques d’Harvard, Peter Bol, dans son article «The Humanities, Digitized. Reconceiving the Study of the Culture»:«One way that scholars have sought to come to grips with digitization in the humanities is through the lens of information management, by understanding its impact on the four phases of a typical research cycle: finding, organizing, analyzing, and disseminating information. Scholars traditionally begin projects by figuring out what the good research questions are in a given field, and connecting with others interested in the same topics; they then gather and organize data; then analyze it; and finally, disseminate their findings through teaching or publication. Scholarship in a digital environment raises questions about every aspect of this process. For example, in gathering and organizing data».

Comment dès lors ne pas se joindre au cri du coeur de Fabiani, en 2006, mais qui devient de plus en plus une clameur qui s’amplifie: «A rebours des réflexions en cours sur les recompositions disciplinaires, les pratiques des commissions spécialisées insistent toujours sur l’allégeance à des formes ou à des rites considérés comme constituant le coeur de la discipline» (p. 34)?

Claire Clivaz

Claire Clivaz is Head of Digital Enhanced Learning at the Swiss Institute of Bioinformatics (VITAL-IT, Lausanne, CH) and belongs to an interdisciplinary team that started the Digital Humanities in Switzerland since 2011. She is also a member of the LADHUL (www.unil.ch/ladhul). This blog assumes to developp opinions and discussions on all the events and problematics around the Digital Humanities, particularly in the French speaking aerea.

Claire Clivaz est Head of Digital Enhanced Learning à l’Institut Suisse de Bioinformatique (Lausanne, CH) et appartient à une équipe interdisciplinaire qui a lancé les Humanités Digitales en Suisse depuis 2011. Elle est membre du Ladhul (www.unil.ch/ladhul). Ce blog se propose de présenter et développer des sujets de discussions sur les événements et problématiques touchant aux Humanités Digitales, notamment dans l’ère linguistique et culturelle francophone.

More Posts - Website

La «vengeance de la gommette» 2: ne pas crier trop vite «au loup»!

Complément du 16 novembre 2014: en ce jour, dans le quotidien suisse Le Temps, Olivier Perrin signe un article intitulé «On n’apprendra plus à écrire à la main en Finlande». Après vérification, il s’agit, là encore, d’arrêter en Finlande l’apprentissage de l’écriture en attaché (cursive), et non pas l’apprentissage de l’écriture manuelle tout court.

En ces temps de chamboulement digital, l’envie nous prend parfois de crier au «loup» un peu vite (et que celle/celui qui n’y a pas cédé jette la première pierre…).

 

En particulier, la remise en question d’une manière d’enseigner l’écriture manuscrite – l’écriture

CC BY 3.0, auteur: Alisson Wood, http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Hand-writing-exam-classroom.jpg
CC BY 3.0, auteur: Alisson Wood, http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Hand-writing-exam-classroom.jpg  

liée ou «cursive writing» en anglais – a de quoi faire parler dans le Landerneau et nous émouvoir. Mais parfois, il faut savoir prendre le temps du recul, de l’analyse… gare au risque d’emballement d’une certaine culture digitale.

C’est ce qu’il m’est arrivé de penser en lisant cet article transmis sur Facebook par Lorenzo Scavo: «Apprendre à écrire ne sera plus obligatoire dans les écoles de 45 Etats américains».

Son auteur fait apparemment la confusion entre écriture cursive et manuelle. Le débat aux USA porte entre écriture cursive et print wirting, comme on le vérifie en cliquant sur un lien cité dans l’article: http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20121126.FAP6593/aux-etats-unis-l-ecriture-cursive-consideree-comme-un-vestige-du-passe.html

Il n’est pas question pour l’heure de supprimer aux USA l’apprentissage de l’écriture en caractères d’imprimeries, mais en «cursive», ce que nous appelons l’écriture liée. Ma mère enfant à l’école en Suisse, avait appris à écrire en «scripte», disait-elle: c’est ce type d’écriture manuelle que certains Etats américains veulent garder seulement. Mais toucher même à une partie de l’apprentissage de l’écriture manuscrite n’est pas anodin. C’est la transformation de la perception esthétique de l’écriture manuelle qui est en jeu. Laisser tomber la « cursive handwriting » (écriture liée) au profit de la « printed handwriting » semble une rationnalisation à peu de frais, mais elle indique sans doute un bouleversement plus profond, dont nous allons suivre les développements.

Dans mon blog précédant, «La vengeance de la gommette», pour faire faCapture d’écran 2013-06-18 à 11.07.51ce à l’inévitable tristesse surprise d’une telle annonce, j’étais partie à la recherche d’une frustration scolaire de mon enfance, souvenir encore bien vivace, celui d’une gommette avec une cocinelle rouge, un peu comme celle-là, que la maîtresse m’avait refusée. Je devais avoir 6-7 ans, j’apprenais à écrire, et je n’avais pas eu droit à la gommette, parce que mes «a» ne remplissaient pas tout le carré dans la page. Rebelle, j’avais trouvé totalement absurde l’argument, et ne voyais pas au monde pourquoi il fallait qu’un «a» remplisse obligatoirement tout un carré. Quelques 35 ans plus tard, c’est l’heure de la «vengeance de la gommette». Du fond de ma mémoire, le sourire malicieux de la fillette que j’ai été a ressurgi: la vengeance de la gommette m’a saisie. J’avais bien raison de considérer que ce n’était pas si important que cela, que le «a» remplisse tout le carré!

La «vengeance de la gommette» est donc bien là… mais ne jetons pas pour autant le bébé avec l’eau du bain: l’écriture manuelle demeure, y compris chez l’Oncle Sam pour le moment. Et même, c’est vrai, si nous la pratiquons de moins en moins. Pour la suite, la perdra-t-on un jour? Qui vivra verra. Impossible d’en dire plus pour le moment.

Claire Clivaz

Claire Clivaz is Head of Digital Enhanced Learning at the Swiss Institute of Bioinformatics (VITAL-IT, Lausanne, CH) and belongs to an interdisciplinary team that started the Digital Humanities in Switzerland since 2011. She is also a member of the LADHUL (www.unil.ch/ladhul). This blog assumes to developp opinions and discussions on all the events and problematics around the Digital Humanities, particularly in the French speaking aerea.

Claire Clivaz est Head of Digital Enhanced Learning à l’Institut Suisse de Bioinformatique (Lausanne, CH) et appartient à une équipe interdisciplinaire qui a lancé les Humanités Digitales en Suisse depuis 2011. Elle est membre du Ladhul (www.unil.ch/ladhul). Ce blog se propose de présenter et développer des sujets de discussions sur les événements et problématiques touchant aux Humanités Digitales, notamment dans l’ère linguistique et culturelle francophone.

More Posts - Website

«Humanités Digitales»: mais oui, un néologisme consciemment choisi! Suite

Texte retravaillé le lundi 28 octobre 2013, pour penser ces «Humanités Digitales» comme un shaker pour préparer les coktails du savoir de demain!

L’usage en français de l’expression «Humanités Digitales» a démarré à l’Université de Bordeaux 3 dès 2008, et à celle de Lausanne en 2010, sans qu’il n’y ait eu de contact entre les groupes de chercheurs des deux universités. Depuis 2013, la Suisse compte 3 laboratoires d’Humanités Digitales, à l’Université de Bâle, à l’EPFL et à l’Université de Lausanne.

L’apparition d’un néologisme tient du fait de société, et demandera bien du temps pour être analysé. De fait, les discussions sur ce thème sont en pleine effervescence, d’où la réécriture de ce blog, qui ignorait encore en septembre 2012, lors de sa première rédaction, l’antériorité de l’usage bordelais. En l’état actuel des débats, je vais renvoyer ci-dessous à la bibliographie sur la question, la complétant au fur et à mesure.

Je soulignerai simplement ici qu’ «ordinateur» ou l’anglais «computer» désignent un concept cérébral. Or, d’une part, avec la culture de l’iphone/ipad, nous entrons en contact avec le monde digital avec nos doigts. C’est un tournant que le directeur des bibliothèques de Harvard, Robert Darnton, illustre en évoquant le concept allemand de «Fingerspitzengefühl» dans The Case for Books: Past, Present, Future, PublicAffairs, 2009: “we find our way through the world by means of a sensory disposition that the Germans call Fingerspitzengefühl. If you were trained to guide a pen with your finger index, look at the way young people use their thumbs on mobile phones, and you will see how technology penetrates a new generation, body and soul” (p. XIII).

D’autre part, le chercheur en Humanités Digitales tient de l’Homo Faber et réellement fabrique, crée les nouvelles sciences humaines et sociales. C’est de ces nouveaux moyens d’expression culturelle et académique que naissent en un temps second les questions de recherche fondamentales, complètement transformées, comme l’exprimait en mai dernier un article du magazine de Harvard (Harvard Magazine article :  “Scholars traditionally begin projects by figuring out what the good research questions are in a given field, and connecting with others interested in the same topics; they then gather and organize data; then analyze it; and finally, disseminate their findings through teaching or publication. Scholarship in a digital environment raises questions about every aspect of this process. For example, in gathering and organizing data”).

En amont du débat (forcément en partie stérile) «numérique»/«digital», la question-clé est sans doute de se demander si ce flottement n’indique pas que c’est au terme d’«humanités» qu’il convient de porter attention, et qui est le véritable enjeu des transformations à l’oeuvre.

****************************************************

Indications bibliographiques (liste à compléter, toute suggestion bienvenue!):

Jeffrey Schnapp, Todd Presner et UCLA Digital Humanities & Media Studies (Mellon Seminar), Digital Humanities Manifesto 2.0, 2009, http://www.humanitiesblast.com/manifesto/Manifesto_V2.pdf

Michel Serres, Petite Poucette, Paris: Le Pommier, 2012.

Claire Clivaz, «Common Era 2.0. Mapping the Digital Era from Antiquity and Modernity», in Reading Tomorrow. From Ancient Manuscripts to the Digital Era / Lire Demain. Des manuscrits antiques à l’ère digitale, C. Clivaz – J. Meizoz – F. Vallotton – J. Verheyden (eds.), with Benjamin Bertho, Lausanne : PPUR, 2012, ebook, p. 23-60. Téléchargeable ici: http://www.ppur.org/produit/9782880749583; version française abrégée dans l’ebook.

Actes du THATCamp à Saint-Malo 2013, atelier 1: à paraître online bientôt

Voir aussi, dans la presse:

  • Hubert Guillaud, «La réalité augmentée au bout des doigts», Le Monde, 23.02.2009
  • Joëlle Fabre, «Le monde au bout des doigts. Humanités Digitales. Ressusciter le passé est l’une des promesses du savoir numérisé», 24Heures, 12.09.2013, p. 36.

Claire Clivaz

Claire Clivaz is Head of Digital Enhanced Learning at the Swiss Institute of Bioinformatics (VITAL-IT, Lausanne, CH) and belongs to an interdisciplinary team that started the Digital Humanities in Switzerland since 2011. She is also a member of the LADHUL (www.unil.ch/ladhul). This blog assumes to developp opinions and discussions on all the events and problematics around the Digital Humanities, particularly in the French speaking aerea.

Claire Clivaz est Head of Digital Enhanced Learning à l’Institut Suisse de Bioinformatique (Lausanne, CH) et appartient à une équipe interdisciplinaire qui a lancé les Humanités Digitales en Suisse depuis 2011. Elle est membre du Ladhul (www.unil.ch/ladhul). Ce blog se propose de présenter et développer des sujets de discussions sur les événements et problématiques touchant aux Humanités Digitales, notamment dans l’ère linguistique et culturelle francophone.

More Posts - Website