Archives par mot-clé : jesus

L’ «Evangile de la femme de Jésus» vu depuis la culture digitale: la Divinity School de Harvard maîtrise la communication digitale, à un point près.

Le monde académique qui scrute les origines du christianisme et le grand public entendent beaucoup parler ces jours d’un fragment en copte daté du 4ème siècle et venant d’Egypte, présenté par la prof. Karen King (Harvard Divinity School, USA). Ce succès est dû au fait que dans ce fragment de texte, Jésus dit à ses disciples : «Ma femme…»

Dans ce blog, je souhaite décrypter ce phénomène du point de vue de la culture digitale. C’est un exemple très intéressant de la manière dont la Harvard Divinity School (HDS) s’est mise à la maîtrise de la culture et de la communication digitale, à un point près.

Premièrement, sur le site web en question, on peut avoir accès à un brouillon d’un article à paraître dans la Harvard Theological Review, qui intègre des remarques faites par les chercheurs qui ont fait la recension de l’article et signale que des analyses spectrométriques de l’encre sont encore en cours. Ce fait confirme ce qu’annoncent depuis quelques années les spécialistes des Humanités Digitales, soit l’obsolescence à moyen terme du système des revues, car les résultats sont diffusés et discutés avant la publication, comme le montre cet exemple. La certification du savoir académique est entré dans une période de refonte, dont on ne devine pas encore quels seront les nouveaux paramètres.

Deuxièmement, ce site illustre l’aspect multisensoriel de la culture digitale émergeante : l’image et le son sont sollicités en plus du texte. Or, sans prendre de risque, on peut estimer que les visiteurs du site auront souvent cliqué sur la video youtube de la chercheuse, alors que peu d’entre eux auront lu l’article de 52 pages. Un chercheur qui annonce une recherche historique par youtube, avec ce que cela signifie de rhétorique émotionnelle, tranche considérablement avec l’écriture historique que prônait la figure de proue de l’historicisme allemand Leopold von Ranke : une écriture dénuée d’émotions, propre à ennuyer le lecteur. Mon propos n’est ici ni de déplorer, ni de me réjouir de cette évolution, mais de la signaler et d’appeler à construire une communication scientifique qui intègre désormais ces nouveaux paramètres.

Ce mode de communication a presque des allures de contre-offensive académique : en effet, en mai 2012, Dan Wallace, directeur du CSNTM (Dallas) annonçait sur youtube la découverte de 7 papyrus très anciens du Nouveau Testament, dont un fragement de l’Evangile selon Marc qui daterait du premier siècle ! Ces papyri vont être publiés l’an prochain chez Brill, et on attend là aussi de savoir ce qu’il en est. Mais toujours est-il que l’intention rhétorique de Dan Wallace est claire : prouver la stabilité des textes du Nouveau Testament à travers les siècles.

Mais par-delà son savoir-faire en matière de contrôle digital de l’information, HDS a toutefois à mon sens manqué un point important : l’interactivité. En effet, le site ne prévoit aucun moyen de répondre, de laisser son avis, afin que Karen King donne la réponse aux réponses, et que le débat académique ait lieu sur le site. HDS aurait pourtant pu ainsi maîtriser jusqu’au débat, en le modérant. En effet, il a lieu en ce moment sur de multiples sites et forums de discussion, aussi bien que sur youtube. Gageons que ce sera pour la prochaine annonce…

On trouvera d’autres réflexions sur le fond du document dans cette intervention sur la Radio romande, la 1ère, dimanche 23 septembre 2012 dans «Hautes Fréquences»:

Lien sur le site de l’émissions : http://www.rts.ch/la-1ere/programmes/hautes-frequences/

Lien pour télécharger le son : http://download-audio.rts.ch/la-1ere/programmes/hautes-frequences/2012/hautes-frequences_20120923_standard_sequence-1_dab4ae8f-1496-4bb4-a2b8-742fb2941696-128k.mp3

Un débat avec le père Albert Longchamps (directeur de la revue Choisir) a eu lieu sur la télévision suisse le 20 octobre:

http://www.rts.ch/video/emissions/religion/faut-pas-croire/4366777-madame-jesus-a-t-elle-existe.html

Claire Clivaz

Claire Clivaz is Head of Digital Enhanced Learning at the Swiss Institute of Bioinformatics (VITAL-IT, Lausanne, CH) and belongs to an interdisciplinary team that started the Digital Humanities in Switzerland since 2011. She is also a member of the LADHUL (www.unil.ch/ladhul). This blog assumes to developp opinions and discussions on all the events and problematics around the Digital Humanities, particularly in the French speaking aerea.

Claire Clivaz est Head of Digital Enhanced Learning à l’Institut Suisse de Bioinformatique (Lausanne, CH) et appartient à une équipe interdisciplinaire qui a lancé les Humanités Digitales en Suisse depuis 2011. Elle est membre du Ladhul (www.unil.ch/ladhul). Ce blog se propose de présenter et développer des sujets de discussions sur les événements et problématiques touchant aux Humanités Digitales, notamment dans l’ère linguistique et culturelle francophone.

More Posts - Website

Harvard Divinity School’s Digital Control and Omission. The ‘Jesus Wife Gospel’ at the Digital stake

In the scholarly world of early Christian origins and in a wider Western public audience, the news of a Coptic Egyptian Gospel fragment presented by Karen King (Harvard Divinity School, HDS) has mooved very fast, because of these words: ‘Jesus said to them: my wife…’.

I would like here to decipher the phenomenon from the digital culture point of view. It is a very interesting case of digital control by HDS, but the famous institution did also a big omission or mistake regarding the use of the new digital culture, as I will develop in a few remarks.

The website page illustrates in an acute way the emergent digital culture. First of all, a draft of a Harvard Theological Review article is already available online, underlining what is announced since a long time by DH experts: the inadequacy of the «review» system regarding the digital support of publication. If Harvard itself offers online its articles before to publish them in the journals, it is an evidence that the academic system of the peer-reviewing articles is in transformation.

Secondly, the webpage illustrates the multisensoriality proper to the digital culture, and even the victory of the image and sound on the written information. Indeed, I take no risk by considering that almost all the people will have cliked on the 2’29 min youtube moovie of the HDS webpage, but only very few of them would have read the 52 pages article… A scientific news is announced by a media that uses emotional impact (image, sound of a voice, words transmitting emotion, etc). It is a total revolution in the academic style of expression. We are here very far away from Leopold von Ranke advising to put out all emotional style from the historical writing, and worried to annoy his readers…

Such a youtube impact is also to situate in the US context: in May 2012, Dan Wallace, from the CNTM in Dallas, announced also on a youtube moovie the discover of seven very early NT manuscripts… Does HDS try here to offer a kind of «counter-announcement»? Academic fight and discussions are now largely using youtube. What a news…

But, last and not least, HDS did also a very important digital cultural omission in its website page, in my opinion. HDS did not consider one of the main features of the emerging digital culture: the interactivity. There is no possibility to add a point of view, to react – may by with another youtube moovie!!! – on the HDS website page. A lot of blogs have begun to react, as we can see, as well as comments on youtube. HDS would have got a still more strong impact by adding the possibility to react on the website. By offering an interactive rubric, HDS would have been able to moderate the reaction of people, to choose the critics and comments, and so to offer a webpage with the scholarly debate as well, and with Karen King answers. That would have been a complete digital control of the communication. For the next time, probably….

Claire Clivaz

Claire Clivaz is Head of Digital Enhanced Learning at the Swiss Institute of Bioinformatics (VITAL-IT, Lausanne, CH) and belongs to an interdisciplinary team that started the Digital Humanities in Switzerland since 2011. She is also a member of the LADHUL (www.unil.ch/ladhul). This blog assumes to developp opinions and discussions on all the events and problematics around the Digital Humanities, particularly in the French speaking aerea.

Claire Clivaz est Head of Digital Enhanced Learning à l’Institut Suisse de Bioinformatique (Lausanne, CH) et appartient à une équipe interdisciplinaire qui a lancé les Humanités Digitales en Suisse depuis 2011. Elle est membre du Ladhul (www.unil.ch/ladhul). Ce blog se propose de présenter et développer des sujets de discussions sur les événements et problématiques touchant aux Humanités Digitales, notamment dans l’ère linguistique et culturelle francophone.

More Posts - Website