Archives par mot-clé : laboratoire des cultures et humanités digitales

D. Fiormonte: Humanités Digitales et Sciences Sociales: un mariage conclu dans les cieux

En ce 31 janvier 2013, l’Université de Lausanne ouvre son «Laboratoire d’Humanités Digitales de l’Université de Lausanne (LADHUL)», interfacultaire et ancré dans la Faculté des Sciences Sociales et Politiques. Des informations plus détaillées suivront ici. Unil et EPFL vont ainsi pouvoir continuer de pair l’aventure des «Humanités Digitales» sur le campus lausannois, en se préparant notamment au DH 2014 (6-13 juillet 2014).

Pour fêter cet heureux événement, Domenico Fiormonte (Roma Tre) nous offre un beau texte sur la rencontre entre Humanités Digitales et Sciences Sociales, que j’ai traduit en français. Pour la version italienne et un commentaire de l’auteur, voir ici.

 

Humanités Digitales et Sciences Sociales : un mariage conclu dans les cieux

Domenico Fiormonte, Université de Roma Tre (IT)

Il existe de nombreuses définitions des Humanités Digitales, au moins autant qu’on compte d’écoles européennes et nord-américaines, qui, de manière indépendante, ont trouvé leur origine dans l’application des méthodes informatiques aux disciplines humanistes. Mais il est sans doute utile de commencer par clarifier un point de terminologie. Le mot anglais Humanities vient, comme nous le savons, du latin studia humanitatis, labellisé à la fin du Moyen-Age/début de la Renaissance, pour désigner un courant d’études qui comprenait la grammaire, la rhétorique, la poésie, l’histoire, la philosophie morale, mais également l’arithmétique et la dialectique. Toutefois, le terme humanitas, en latin classique, a désigné, pour nous les modernes, quelque chose qui s’approche de «civilisation», c’est-à-dire d’un style de vie et de pensée inspiré par des valeurs déterminées – retenues comme universelles. De telles valeurs, transformées et réinterprétées, ont assumé une fonction «prescriptive» et ont déterminé un curriculum à partir du XVIIIème siècle, en particulier grâce à l’élan des Lumières françaises et de l’Aufklärung allemande. Au siècle suivant se sont confirmées de nouvelles disciplines et savoirs (sociologie, psychologie, anthropologie, etc.) qui, de concert avec certaines «migrations» – par exemple philosophie et histoire ont toujours été à cheval entre les sciences humaines et les «humanités» -, ont conduit à la naissance du déploiement des «sciences humaines». Cette expression a fait florès avant tout dans le monde francophone, alors que le monde anglo-saxon a préféré Social Sciences (vs. Arts and the Humanities), augmentant ainsi la Babel académique.

 

Que reste-t-il aujourd’hui d’une histoire si complexe à l’intérieur des lieux de formation occidentaux ? Difficile de le dire. Mais si cette question avait peut-être encore un sens hier, elle ne l’a plus aujourd’hui. Parce qu’il est évident que la dimension digitale de la connaissance (production, transmission, accès) a abattu les barrières créées au 19ème siècle pour diviser les disciplines «scientifiques», basées sur une méthode expérimentale, et les disciplines humanistes, traditionnellement spéculatives. Toutes les différentiations de ce type apparaissent aujourd’hui non seulement comme un résidu académique anachronique, mais aussi comme un obstacle pesant à l’innovation.

 

Si nous nous tournons maintenant vers les HD, je choisirai une définition récente, qui me semble très utile pour illustrer la rigidité futile des divisions disciplinaires actuelles :

(…) the proper object of Digital Humanities is what one might call “media consciousness” in a digital age, a particular kind of critical attitude analogous to, and indeed continuous with, a more general media consciousness as applied to cultural production in any nation or period. Such an awareness will begin in a study of linguistic and rhetorical forms, but it does not stop there. (…) Digital Humanities has also a reciprocal and complementary project. Not only do we study digital media and the cultures and cultural impacts of digital media; also we are concerned with designing and making them. (W. Piez, “Something called Digital Humanities”.

http://digitalhumanities.org/dhq/vol/2/1/000020/000020.html

 

Dans cette définition sont comprises au moins quatre ou cinq disciplines différentes, que nous trouvons aujourd’hui réparties dans différentes facultés : non seulement les langues et les littératures, mais aussi la sociologie de la communication, les études anthropologiques et éthnographiques sur les nouveaux média, l’archivistique, la bibliothéconomie, le patrimoine culturel, et bien sûr, l’informatique.

 

Mais les raisons pour lesquelles il est inutile et nuisible de circonscrire les Humanités Digitales au plan historico-littéraro-linguistique – à part les motifs d’ordre pratique, puisque que nous savons que Social Sciences et Humanités font partie ensemble du secteur «SH» du Conseil Européen de la Recherche) –, sont avant tout d’ordre épistémologique et méthodologique.

 

Du point de vue épistémologique, je crois que le terme central est la redéfinition des objets de connaissance, soit de leurs supports et de leur forme. De tels objets sont devenus perenni mutanti, en sorte à ne plus pouvoir être étudiés et analysés d’un seul point de vue. Je donnerai un seul exemple : le concept de «document». La codification digitale d’un document, de quelque nature qu’il soit (écrit, oral, filmé, etc.), est aujourd’hui un des terrains les plus importants de redéfinition de la connaissance. Avant tout parce que nous savons que toute codification est un acte herméneutique. L’enjeu n’est pas seulement découvrir l’entropie informative du passage du support analogique au digital (qu’on considère l’aspect singulier de l’alphabet hangeul ou le manuscrit d’un auteur canonique), mais c’est aussi choisir ce qu’on conserve et transmet, et comment on le fait. Il ne s’agit pas seulement de dénoncer les limites et les implications géopolitiques de l’algorithme de Google et la commercialisation de notre identité par les média sociaux. L’enjeu est plus profond. Par exemple, pouvons-nous parler aujourd’hui des droits humains sans évoquer en même temps les procédures et les valeurs qui sont médiatisées par les pratiques discursives, les documents et les flux informatifs largement dépendants (je dirais dépendants quant à leur processus même) des technologies informatiques ? L’intervention du sociologue ne peut cependant prendre place seulement en tant que processus achevé, parce que chaque étape du processus de digitalisation (ou production native) – des représentations digitales d’un passage singulier à un produit complet de communication – présente des revers sémiotiques, sociaux, culturels, politiques, etc.

La question méthodologique se résume à ces énoncés, quand bien même elle appelle une auto-réflexion ultérieure (et probablement une auto-critique). Nous avons tous à faire avec des standards, des instruments et des ressources qui influencent et informent notre recherche et notre didactique. Mais l’attrait de nos regards pour les instruments dont nous faisons usage est le plus souvent passif. Chercher à avoir un mot à dire dans le processus de construction de tels instruments et ressources est vital pour garantir non seulement l’efficacité, mais aussi pour éviter les usages détournés, anti-démocratiques et socialement injustes. Les problématiques de la représentation, de la production, de l’accès et de la transmission des savoirs dans les dimensions digitales devraient toutes être conduites à l’articulation des sciences humaines et sociales.

Pour conclure, donc, comment pouvons-nous penser l’affrontement de tous ces défis sans une alliance entre sciences sociales, sciences informatiques et sciences humaines ? D’un certain point de vue, la route conduisant à ce mariage est amplement tracée. Elle a été indiquée, dans les années 50-60, par des pionniers comme Pierre Bourdieu, Régis Debray, Umberto Eco, Jack Goody, Eric Havelock, Harold Innis, André Leroi-Gourhan, Bruno Latour, Marshall McLuhan, Edgar Morin, Walter Ong, Raymond Williams, etc. Je vous souhaite à tous que le Laboratoire des Cultures et Humanités Digitales de l’Université de Lausanne sache relever ce défi magnifique.

Traduction C. Clivaz, Unil

 

Claire Clivaz

Claire Clivaz is Head of Digital Enhanced Learning at the Swiss Institute of Bioinformatics (VITAL-IT, Lausanne, CH) and belongs to an interdisciplinary team that started the Digital Humanities in Switzerland since 2011. She is also a member of the LADHUL (www.unil.ch/ladhul). This blog assumes to developp opinions and discussions on all the events and problematics around the Digital Humanities, particularly in the French speaking aerea. Claire Clivaz est Head of Digital Enhanced Learning à l'Institut Suisse de Bioinformatique (Lausanne, CH) et appartient à une équipe interdisciplinaire qui a lancé les Humanités Digitales en Suisse depuis 2011. Elle est membre du Ladhul (www.unil.ch/ladhul). Ce blog se propose de présenter et développer des sujets de discussions sur les événements et problématiques touchant aux Humanités Digitales, notamment dans l’ère linguistique et culturelle francophone.

More Posts - Website