Archives par mot-clé : leopold von ranke

L’ «Evangile de la femme de Jésus» vu depuis la culture digitale: la Divinity School de Harvard maîtrise la communication digitale, à un point près.

Le monde académique qui scrute les origines du christianisme et le grand public entendent beaucoup parler ces jours d’un fragment en copte daté du 4ème siècle et venant d’Egypte, présenté par la prof. Karen King (Harvard Divinity School, USA). Ce succès est dû au fait que dans ce fragment de texte, Jésus dit à ses disciples : «Ma femme…»

Dans ce blog, je souhaite décrypter ce phénomène du point de vue de la culture digitale. C’est un exemple très intéressant de la manière dont la Harvard Divinity School (HDS) s’est mise à la maîtrise de la culture et de la communication digitale, à un point près.

Premièrement, sur le site web en question, on peut avoir accès à un brouillon d’un article à paraître dans la Harvard Theological Review, qui intègre des remarques faites par les chercheurs qui ont fait la recension de l’article et signale que des analyses spectrométriques de l’encre sont encore en cours. Ce fait confirme ce qu’annoncent depuis quelques années les spécialistes des Humanités Digitales, soit l’obsolescence à moyen terme du système des revues, car les résultats sont diffusés et discutés avant la publication, comme le montre cet exemple. La certification du savoir académique est entré dans une période de refonte, dont on ne devine pas encore quels seront les nouveaux paramètres.

Deuxièmement, ce site illustre l’aspect multisensoriel de la culture digitale émergeante : l’image et le son sont sollicités en plus du texte. Or, sans prendre de risque, on peut estimer que les visiteurs du site auront souvent cliqué sur la video youtube de la chercheuse, alors que peu d’entre eux auront lu l’article de 52 pages. Un chercheur qui annonce une recherche historique par youtube, avec ce que cela signifie de rhétorique émotionnelle, tranche considérablement avec l’écriture historique que prônait la figure de proue de l’historicisme allemand Leopold von Ranke : une écriture dénuée d’émotions, propre à ennuyer le lecteur. Mon propos n’est ici ni de déplorer, ni de me réjouir de cette évolution, mais de la signaler et d’appeler à construire une communication scientifique qui intègre désormais ces nouveaux paramètres.

Ce mode de communication a presque des allures de contre-offensive académique : en effet, en mai 2012, Dan Wallace, directeur du CSNTM (Dallas) annonçait sur youtube la découverte de 7 papyrus très anciens du Nouveau Testament, dont un fragement de l’Evangile selon Marc qui daterait du premier siècle ! Ces papyri vont être publiés l’an prochain chez Brill, et on attend là aussi de savoir ce qu’il en est. Mais toujours est-il que l’intention rhétorique de Dan Wallace est claire : prouver la stabilité des textes du Nouveau Testament à travers les siècles.

Mais par-delà son savoir-faire en matière de contrôle digital de l’information, HDS a toutefois à mon sens manqué un point important : l’interactivité. En effet, le site ne prévoit aucun moyen de répondre, de laisser son avis, afin que Karen King donne la réponse aux réponses, et que le débat académique ait lieu sur le site. HDS aurait pourtant pu ainsi maîtriser jusqu’au débat, en le modérant. En effet, il a lieu en ce moment sur de multiples sites et forums de discussion, aussi bien que sur youtube. Gageons que ce sera pour la prochaine annonce…

On trouvera d’autres réflexions sur le fond du document dans cette intervention sur la Radio romande, la 1ère, dimanche 23 septembre 2012 dans «Hautes Fréquences»:

Lien sur le site de l’émissions : http://www.rts.ch/la-1ere/programmes/hautes-frequences/

Lien pour télécharger le son : http://download-audio.rts.ch/la-1ere/programmes/hautes-frequences/2012/hautes-frequences_20120923_standard_sequence-1_dab4ae8f-1496-4bb4-a2b8-742fb2941696-128k.mp3

Un débat avec le père Albert Longchamps (directeur de la revue Choisir) a eu lieu sur la télévision suisse le 20 octobre:

http://www.rts.ch/video/emissions/religion/faut-pas-croire/4366777-madame-jesus-a-t-elle-existe.html

Claire Clivaz

Claire Clivaz is Head of Digital Enhanced Learning at the Swiss Institute of Bioinformatics (VITAL-IT, Lausanne, CH) and belongs to an interdisciplinary team that started the Digital Humanities in Switzerland since 2011. She is also a member of the LADHUL (www.unil.ch/ladhul). This blog assumes to developp opinions and discussions on all the events and problematics around the Digital Humanities, particularly in the French speaking aerea. Claire Clivaz est Head of Digital Enhanced Learning à l'Institut Suisse de Bioinformatique (Lausanne, CH) et appartient à une équipe interdisciplinaire qui a lancé les Humanités Digitales en Suisse depuis 2011. Elle est membre du Ladhul (www.unil.ch/ladhul). Ce blog se propose de présenter et développer des sujets de discussions sur les événements et problématiques touchant aux Humanités Digitales, notamment dans l’ère linguistique et culturelle francophone.

More Posts - Website