D. Fiormonte: Humanités Digitales et Sciences Sociales: un mariage conclu dans les cieux

En ce 31 janvier 2013, l’Université de Lausanne ouvre son «Laboratoire d’Humanités Digitales de l’Université de Lausanne (LADHUL)», interfacultaire et ancré dans la Faculté des Sciences Sociales et Politiques. Des informations plus détaillées suivront ici. Unil et EPFL vont ainsi pouvoir continuer de pair l’aventure des «Humanités Digitales» sur le campus lausannois, en se préparant notamment au DH 2014 (6-13 juillet 2014).

Pour fêter cet heureux événement, Domenico Fiormonte (Roma Tre) nous offre un beau texte sur la rencontre entre Humanités Digitales et Sciences Sociales, que j’ai traduit en français. Pour la version italienne et un commentaire de l’auteur, voir ici.

 

Humanités Digitales et Sciences Sociales : un mariage conclu dans les cieux

Domenico Fiormonte, Université de Roma Tre (IT)

Il existe de nombreuses définitions des Humanités Digitales, au moins autant qu’on compte d’écoles européennes et nord-américaines, qui, de manière indépendante, ont trouvé leur origine dans l’application des méthodes informatiques aux disciplines humanistes. Mais il est sans doute utile de commencer par clarifier un point de terminologie. Le mot anglais Humanities vient, comme nous le savons, du latin studia humanitatis, labellisé à la fin du Moyen-Age/début de la Renaissance, pour désigner un courant d’études qui comprenait la grammaire, la rhétorique, la poésie, l’histoire, la philosophie morale, mais également l’arithmétique et la dialectique. Toutefois, le terme humanitas, en latin classique, a désigné, pour nous les modernes, quelque chose qui s’approche de «civilisation», c’est-à-dire d’un style de vie et de pensée inspiré par des valeurs déterminées – retenues comme universelles. De telles valeurs, transformées et réinterprétées, ont assumé une fonction «prescriptive» et ont déterminé un curriculum à partir du XVIIIème siècle, en particulier grâce à l’élan des Lumières françaises et de l’Aufklärung allemande. Au siècle suivant se sont confirmées de nouvelles disciplines et savoirs (sociologie, psychologie, anthropologie, etc.) qui, de concert avec certaines «migrations» – par exemple philosophie et histoire ont toujours été à cheval entre les sciences humaines et les «humanités» -, ont conduit à la naissance du déploiement des «sciences humaines». Cette expression a fait florès avant tout dans le monde francophone, alors que le monde anglo-saxon a préféré Social Sciences (vs. Arts and the Humanities), augmentant ainsi la Babel académique.

 

Que reste-t-il aujourd’hui d’une histoire si complexe à l’intérieur des lieux de formation occidentaux ? Difficile de le dire. Mais si cette question avait peut-être encore un sens hier, elle ne l’a plus aujourd’hui. Parce qu’il est évident que la dimension digitale de la connaissance (production, transmission, accès) a abattu les barrières créées au 19ème siècle pour diviser les disciplines «scientifiques», basées sur une méthode expérimentale, et les disciplines humanistes, traditionnellement spéculatives. Toutes les différentiations de ce type apparaissent aujourd’hui non seulement comme un résidu académique anachronique, mais aussi comme un obstacle pesant à l’innovation.

 

Si nous nous tournons maintenant vers les HD, je choisirai une définition récente, qui me semble très utile pour illustrer la rigidité futile des divisions disciplinaires actuelles :

(…) the proper object of Digital Humanities is what one might call “media consciousness” in a digital age, a particular kind of critical attitude analogous to, and indeed continuous with, a more general media consciousness as applied to cultural production in any nation or period. Such an awareness will begin in a study of linguistic and rhetorical forms, but it does not stop there. (…) Digital Humanities has also a reciprocal and complementary project. Not only do we study digital media and the cultures and cultural impacts of digital media; also we are concerned with designing and making them. (W. Piez, “Something called Digital Humanities”.

http://digitalhumanities.org/dhq/vol/2/1/000020/000020.html

 

Dans cette définition sont comprises au moins quatre ou cinq disciplines différentes, que nous trouvons aujourd’hui réparties dans différentes facultés : non seulement les langues et les littératures, mais aussi la sociologie de la communication, les études anthropologiques et éthnographiques sur les nouveaux média, l’archivistique, la bibliothéconomie, le patrimoine culturel, et bien sûr, l’informatique.

 

Mais les raisons pour lesquelles il est inutile et nuisible de circonscrire les Humanités Digitales au plan historico-littéraro-linguistique – à part les motifs d’ordre pratique, puisque que nous savons que Social Sciences et Humanités font partie ensemble du secteur «SH» du Conseil Européen de la Recherche) –, sont avant tout d’ordre épistémologique et méthodologique.

 

Du point de vue épistémologique, je crois que le terme central est la redéfinition des objets de connaissance, soit de leurs supports et de leur forme. De tels objets sont devenus perenni mutanti, en sorte à ne plus pouvoir être étudiés et analysés d’un seul point de vue. Je donnerai un seul exemple : le concept de «document». La codification digitale d’un document, de quelque nature qu’il soit (écrit, oral, filmé, etc.), est aujourd’hui un des terrains les plus importants de redéfinition de la connaissance. Avant tout parce que nous savons que toute codification est un acte herméneutique. L’enjeu n’est pas seulement découvrir l’entropie informative du passage du support analogique au digital (qu’on considère l’aspect singulier de l’alphabet hangeul ou le manuscrit d’un auteur canonique), mais c’est aussi choisir ce qu’on conserve et transmet, et comment on le fait. Il ne s’agit pas seulement de dénoncer les limites et les implications géopolitiques de l’algorithme de Google et la commercialisation de notre identité par les média sociaux. L’enjeu est plus profond. Par exemple, pouvons-nous parler aujourd’hui des droits humains sans évoquer en même temps les procédures et les valeurs qui sont médiatisées par les pratiques discursives, les documents et les flux informatifs largement dépendants (je dirais dépendants quant à leur processus même) des technologies informatiques ? L’intervention du sociologue ne peut cependant prendre place seulement en tant que processus achevé, parce que chaque étape du processus de digitalisation (ou production native) – des représentations digitales d’un passage singulier à un produit complet de communication – présente des revers sémiotiques, sociaux, culturels, politiques, etc.

La question méthodologique se résume à ces énoncés, quand bien même elle appelle une auto-réflexion ultérieure (et probablement une auto-critique). Nous avons tous à faire avec des standards, des instruments et des ressources qui influencent et informent notre recherche et notre didactique. Mais l’attrait de nos regards pour les instruments dont nous faisons usage est le plus souvent passif. Chercher à avoir un mot à dire dans le processus de construction de tels instruments et ressources est vital pour garantir non seulement l’efficacité, mais aussi pour éviter les usages détournés, anti-démocratiques et socialement injustes. Les problématiques de la représentation, de la production, de l’accès et de la transmission des savoirs dans les dimensions digitales devraient toutes être conduites à l’articulation des sciences humaines et sociales.

Pour conclure, donc, comment pouvons-nous penser l’affrontement de tous ces défis sans une alliance entre sciences sociales, sciences informatiques et sciences humaines ? D’un certain point de vue, la route conduisant à ce mariage est amplement tracée. Elle a été indiquée, dans les années 50-60, par des pionniers comme Pierre Bourdieu, Régis Debray, Umberto Eco, Jack Goody, Eric Havelock, Harold Innis, André Leroi-Gourhan, Bruno Latour, Marshall McLuhan, Edgar Morin, Walter Ong, Raymond Williams, etc. Je vous souhaite à tous que le Laboratoire des Cultures et Humanités Digitales de l’Université de Lausanne sache relever ce défi magnifique.

Traduction C. Clivaz, Unil

 

Claire Clivaz

Claire Clivaz is Head of Digital Enhanced Learning at the Swiss Institute of Bioinformatics (VITAL-IT, Lausanne, CH) and belongs to an interdisciplinary team that started the Digital Humanities in Switzerland since 2011. She is also a member of the LADHUL (www.unil.ch/ladhul). This blog assumes to developp opinions and discussions on all the events and problematics around the Digital Humanities, particularly in the French speaking aerea.

Claire Clivaz est Head of Digital Enhanced Learning à l’Institut Suisse de Bioinformatique (Lausanne, CH) et appartient à une équipe interdisciplinaire qui a lancé les Humanités Digitales en Suisse depuis 2011. Elle est membre du Ladhul (www.unil.ch/ladhul). Ce blog se propose de présenter et développer des sujets de discussions sur les événements et problématiques touchant aux Humanités Digitales, notamment dans l’ère linguistique et culturelle francophone.

More Posts - Website

Comment éviter le retour des travers de l’Age Classique dans les DH?

Personne n’aime endosser un rôle de Cassandre. Pourtant, depuis que je l’avais énoncé en colloque en août 2011, ma crainte d’un retour des travers de l’Age Classique dans l’approche du savoir se renforce chaque jour davantage: à moins de mener les recherches en équipe pluridisciplinaires s’interpellant depuis différents points de vue, les machines à standardiser la connaissance pourraient une nouvelle fois expulser la différance et l’assymétrie, pour reprendre les termes chers à Derrida. Je m’interroge devant les approches «object-centered» qui nous promettent un savoir global, transparent et non équivoque. «OCHRE» (Object-centered high-level reference ontology) nous vient de Leipzig.

Comme autre exemple qui demande urgemment un travail en équipe multi-disciplinaire, il y a cette «infographie» de la version anglaise des «Misérables» de Jeff Clarke, très judicieusemement présentée en français par l’équipe de Pégasus Data (ici Yannick Rochat) sur leur site. Y. Rochat en amorce une très bonne critique, qui se poursuit dans le blog de discussion. J’ajoute ici quelques réflexions sur cette infographie qui met en représentations visuelles certaines données quantitatives de cette traduction anglaise des Misérables, tel ceci:

Des équipes interdisciplinaires sont nécessaires pour comprendre comment associer analyse quantitative et qualitative en sciences humaines, toute comme le font les science sociales. Les sciences sociales intègrent le qualitatif au quantitatif, parfois dans l’effort et la douleur; les sciences humaines vont devoir clamer le droit au qualitatif dans la déferlante du quantitatif. J’imagine en effet déjà les enseignants du primaire et secondaire remplir de jolis tableaux en couleur les salles de classe de littérature française… Pratique, efficace, esthétique: les enfants et jeunes y prendront goût très vite!

Il est clair que les infographies de Clarke reposent toutes sur les choix de traduction du français en anglais. Il me semble qu’il faut considérer cette infographie dans une perspective de «versionning» des Misérables. Ce n’est pas une analyse des Misérables, mais de la version n° XX des Misérables, dans une traduction anglaise datée. Un texte – et ses réécritures – ne peut plus être considéré comme une entité fixe et stable. On travaillera informatiquement toujours sur une «version» du texte. C’est ce qui amène l’équipe d’Homère Multitexte à commencer à citer les versets de l’Iliade par «manuscrit», par «version» donc du texte. Le concept d’archivage même est sans doute appeler à évoluer vers du «versionning», via des enregistrements réguliers de ce qu’on veut garder et qui va forcément évoluer au cours du temps.

Cela fait sérieusement grincer des dents de lire dans la première infographie de Clarke (image ci-dessus) qu’il y aurait des mots «positifs», tel «amour», et des mots négatifs. Un bon siècle de psychanalyse nous a pourtant montré qu’une «mère qui aime son enfant», c’est potentiellement ambigu pour la suite de l’histoire… S’il y avait des «valeurs absolues» aux mots (pour mixer les langues mathématiques et littéraires), on le saurait! La particularité du langage est son ambiguité, son aspect flottant. Toutes les sciences humaines se sont construites sur le petit pourcentage de sens qui échappera toujours à toutes les ontologies, car il n’est pas possible de mettre totalement en équation «les mots et les choses», pour reprendre Foucault. Le célèbre penseur a à juste titre diagnostiqué le règne du roman au 19ème comme la revanche du langage sur «sa mise en boîte» à l’Age Classique. Puisque tout cela a été dit et pensé, nous n’allons tout de même pas reproduire au sortir de la post-modernité un Age Classique 2!

Dire, comme le fait Clarke, que la fréquence détermine l’importance des personnages est réducteur. Les concepts d’effet papillon, de sérendipité, nous rappellent bien que c’est peut-être le personnage mentionné le temps de quelques pages, ou même de deux paragraphes, qui va tout changer. Dans cette belle et ébouriffante rencontre par-delà les champs et les genres, il conviendrait que les Humanités Digitales ne soient pas seulement une rencontre entre geeks et poètes, mais sans doute aussi entre geeks, poètes et philosophes, en élargissant l’expression de Martin Foys dans le NY Times.

Claire Clivaz

Claire Clivaz is Head of Digital Enhanced Learning at the Swiss Institute of Bioinformatics (VITAL-IT, Lausanne, CH) and belongs to an interdisciplinary team that started the Digital Humanities in Switzerland since 2011. She is also a member of the LADHUL (www.unil.ch/ladhul). This blog assumes to developp opinions and discussions on all the events and problematics around the Digital Humanities, particularly in the French speaking aerea.

Claire Clivaz est Head of Digital Enhanced Learning à l’Institut Suisse de Bioinformatique (Lausanne, CH) et appartient à une équipe interdisciplinaire qui a lancé les Humanités Digitales en Suisse depuis 2011. Elle est membre du Ladhul (www.unil.ch/ladhul). Ce blog se propose de présenter et développer des sujets de discussions sur les événements et problématiques touchant aux Humanités Digitales, notamment dans l’ère linguistique et culturelle francophone.

More Posts - Website

A Vision of Students Today

Domenico Fiormonte (Roma 3) m’a signalé cette excellente video youtube sur le point de vue des étudiants aujourd’hui.

Certains éléments sont marqués de la culture anglo-saxonnes, mais la plupart des points de vue sont transposables à divers cadres académiques occidentaux. Quelques minutes à ne pas manquer, postées par Michael Wesh.

Pendant ce temps, on teste le dépassement des frontières du côté de Lausanne (CH): voici le début du journal de bord du groupe de doctorants Unil-EPFL en sciences humaines, sociales et technologiques, avec quelques échos de la présentation d’Héloïse Pocry, doctorante en histoire de l’art à Paris et Lausanne, sur l’histoire des écoles de photographie en France, Allemagne et Suisse, 1900-2010, avec un focus sur le tournant des années 1980 en France.

 

Claire Clivaz

Claire Clivaz is Head of Digital Enhanced Learning at the Swiss Institute of Bioinformatics (VITAL-IT, Lausanne, CH) and belongs to an interdisciplinary team that started the Digital Humanities in Switzerland since 2011. She is also a member of the LADHUL (www.unil.ch/ladhul). This blog assumes to developp opinions and discussions on all the events and problematics around the Digital Humanities, particularly in the French speaking aerea.

Claire Clivaz est Head of Digital Enhanced Learning à l’Institut Suisse de Bioinformatique (Lausanne, CH) et appartient à une équipe interdisciplinaire qui a lancé les Humanités Digitales en Suisse depuis 2011. Elle est membre du Ladhul (www.unil.ch/ladhul). Ce blog se propose de présenter et développer des sujets de discussions sur les événements et problématiques touchant aux Humanités Digitales, notamment dans l’ère linguistique et culturelle francophone.

More Posts - Website

Des rencontres doctorales par-delà la frontière sciences humaines / sciences dures à Lausanne (CH)

Cette année 2013 démarre à Lausanne (CH) sur les chapeaux de roue digitaux.

Convaincus que la nouvelle académie et les futures structures de recherches seront pensées et portées par la génération des «born digital», une équipe de chercheurs lausannois a ouvert ce vendredi 11 janvier un groupe de doctorants impliqués en Humanités Digitales et provenant des sciences humaines, sociales et des nouvelles technologies.

Par-delà les divisions nées au 19ème siècles entre sciences dites humaines et sciences dures, il s’agit de retrouver les «Humanités» dans leur sens générique, comprenant sciences humaines, sociales et techniques, et mettant l’humain au centre des recherches. La remise en question des modèles scientifiques et académiques et tout aussi grande pour des branches comme la biologie, la physique ou la chimie que pour l’histoire, la codicologie ou la sociologie. Le mailström digital vient bousculer tous les domaines de recherche, telle est la conviction de l’équipe DH lausannoise.

L’expérience va culminer dans une école d’été DH à Berne (CH), du 26 au 29 juin:

http://www.dhsummerschool.ch/

Une doctorante du labo junior DH de l’ENS de Lyon, Cécile Armand, était présente et a fait un compte-rendu de la séance de ce 11 janvier 2013:

http://dhlyon.hypotheses.org/47

Une première série de présentations de travaux de doctorants auront lieu jusqu’en mars 2013, et sont annoncées dans cet article; site: http://dhlausanne.ch/.

A Berne, les grands noms des Digital Humanities seront présents, dont Ray Siemens et Susan Schreibman, pour initier doctorants et chercheurs de Suisse au Digital Humanities, du 26 au 29 juin 2013, avant le grand rendez-vous du DH 2014, du 6 au 12 juillet 2014 à Lausanne (Unil et EPFL).

Claire Clivaz

Claire Clivaz is Head of Digital Enhanced Learning at the Swiss Institute of Bioinformatics (VITAL-IT, Lausanne, CH) and belongs to an interdisciplinary team that started the Digital Humanities in Switzerland since 2011. She is also a member of the LADHUL (www.unil.ch/ladhul). This blog assumes to developp opinions and discussions on all the events and problematics around the Digital Humanities, particularly in the French speaking aerea.

Claire Clivaz est Head of Digital Enhanced Learning à l’Institut Suisse de Bioinformatique (Lausanne, CH) et appartient à une équipe interdisciplinaire qui a lancé les Humanités Digitales en Suisse depuis 2011. Elle est membre du Ladhul (www.unil.ch/ladhul). Ce blog se propose de présenter et développer des sujets de discussions sur les événements et problématiques touchant aux Humanités Digitales, notamment dans l’ère linguistique et culturelle francophone.

More Posts - Website